Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Épépé

epepe.jpgÉpépé, Ferenc Karinthy, Zulma, 2013 (Denoël, 1999, 2005), (traduit par Judith et Pierre Karinthy)...,

Budaï est un linguiste renommé et distingué qui part pour un congrès à Helsinki. Dans l'avion, il s'endort et se réveille dans une ville inconnue surpeuplée. Il suit la foule, se retrouve à l'hôtel où il compte rester peu de temps avant de reprendre un avion vers sa destination initiale. Las, dans ce pays, les habitants parlent une langue inconnue et totalement hermétique que même Budaï pourtant spécialiste ne peut intégrer. Incompris, personne ne parle d'autre langue, Budaï va de surprise en désagréments et se retrouve dans une situation inextricable.

Zulma réédite ce livre de Ferenc Karinthy, auteur hongrois (1921-1992), écrit en 1970 et initialement paru chez Denoël presque trente ans plus tard. Préfacé par Emmanuel Carrère qui explique pourquoi ce roman est  grand livre et comment il l'a rencontré : je lis rarement les préfaces, mais j'ai pris du temps pour icelle qui permet de rentrer dans le roman avec quelques billes et les envies que les lignes d'E. Carrère suscitent.

Et nous voilà dans cette ville surpeuplée où les files d'attente sont présentes à tous les coins de rues et dans tous les bâtiments, à la conciergerie de l'hôtel, devant les magasins, devant les cabines téléphoniques. On pourrait hâtivement faire un rapprochement avec les ex-dictatures des pays de l'est, mais Ferenc Karinthy, s'il s'en est forcément inspiré, a exagéré le trait jusqu'à faire des habitants de ce pays de véritables robots, innombrables et toujours en mouvement ne se comprenant qu'entre eux. Toutes les interprétations sont possibles, parce que l'auteur crée également une société aux multiples origines : des blancs, des noirs, des asiatiques, des peaux de toutes les teintes qui cohabitent ("pour reprendre ici le cri du crapaud en rut", selon Pierre Desproges). On peut même y voir un constat de la mondialisation, 30 ou 40 ans avant qu'on en parle quotidiennement : "Les aliments vendus à l'épicerie ne révèlent pas grand-chose du climat local, c'est comme partout ailleurs, des viandes, des charcuteries, des fromages, pommes, citrons, oranges, bananes, des conserves et des bocaux, des jus de fruits, du café, des sucreries, des poissons de mer : mais comment déterminer ce qui est produit local et ce qui est importé ? La mode ne dévie pas significativement des standards du monde civilisé, les différences entre les boutiques de couture et le prêt-à-porter résident dans la qualité, tandis que les autres articles répondent aux normes internationales." (p.44) C'est un bouquin à la fois drôle, absurde et terriblement angoissant : quoi de pire que de se retrouver dans une telle situation ubuesque dont il semble impossible de sortir ? 

Une fois que j'ai dit tout cela, je me dois de signaler également que le bouquin est parfois empreint de longueurs : la situation de Budaï n'évolue pas et Ferenc Karinthy tourne un peu autour du pot, si je puis me permettre cette expression. Beaucoup de redites, de répétitions dont je pourrais me passer, moi qui aime les romans qui vont droit au but. Mais que mes remarques ne vous empêchent pas de découvrir ce que certains qualifient de roman culte, et qui, si ce mot est très largement galvaudé en général, est sans aucun doute marquant. D'ailleurs, rien ne dit qu'un roman marquant -ou culte- doive être lu de bout en bout sans ressentir de longueurs ; par exemple et sans comparaison entre les deux livres, j'ai lu et relu ce qui est mon roman préféré en en passant des pages et des pages, et à chaque fois, en le trouvant admirable. Les Misérables de Victor Hugo. 

Épépé est un roman qui touche et qui marque par la situation qu'il décrit et par cet homme Budaï totalement englué dans ce pays dont il veut absolument sortir. Un roman qu'il faut avoir lu ou qu'il faut lire. 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Liliba 14/10/2013 08:42

;-)

Liliba 13/10/2013 21:34

Tu sais bien que quand ça vient de toi, je suis soumise...

Yv 14/10/2013 07:33



Mais que vont penser -ou deviner- les lecteurs des commentaires de notre relation ???



Liliba 13/10/2013 16:50

Bien chef, j'obéis à tes conseils : je note !

Yv 13/10/2013 17:37



Ah, enfin quelqu'un de docile ! ;)



zazy 12/10/2013 19:10

je te dirai lorsque je l'aurai lu

Yv 13/10/2013 11:36



Je t'attends...



zazy 11/10/2013 19:50

c'est plutôt le terme science-fiction qui me chagrine un peu

Yv 11/10/2013 20:40



Ce n'est pas de la SF, c'est plutôt de l'absurde pourssé jusqu'au bout



zazy 11/10/2013 13:58

Une fois encore, je vais augmenter ma PAL bibliothèque. Je viens de le retenir, mais irai-je au bout, je n'en sais rien, mais tu donnes vraiment envie d'essayer

Yv 11/10/2013 15:26



Il en est souvent ainsi de ce genre de livres classiques, on sait qu'ils sont bien, mais on ne sait jamais si on parviendra à les finir.