Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Du pur amour et du saut à l'élastique

du-pur-amour.jpg Du pur amour et du saut à l'élastique, Frédéric Pagès, Ed. Libella-Maren Sell, 2011

Max de Kool est un philosophe, obsédé par le passage de son agrégation. Entre deux travaux sur Kant, il rencontre Blandina Blandinova, célèbre top model "doté des plus belles jambes du monde". Malheureusement pour elle, il lui arrive d'écouter Julio Iglesias auquel Max est violemment allergique. Pour faire un point sur sa vie, Max s'isole dans un hôtel qui semble être à l'abandon, en pleine montagne. Mais il est écrit que ce n'est pas lors de ce week-end qu'il aura la paix.

Attention, ce roman est drôle et gentiment intelligent. Gentiment intelligent, parce qu'il est truffé de citations philosophiques, de réflexions qui le sont tout autant et de situations qui donnent matière à penser, sans pour autant être un manuel de philosophie. Drôle parce que Frédéric Pagès se moque des puissants, des intellectuels qui se prennent au sérieux, "ces imposteurs, brasseurs de vent et marchands de prétendus "concepts", qui sont à la philosophie ce que Julio Iglesias est à la chanson" (p.130), de "cette haute société bien nourrie" qui vient dans les vernissages pour "s'empiffrer et entasser dans ses assiettes le plus de victuailles possible" (p.16). Drôle aussi parce qu'il crée des personnages et des situations auxquels on ne s'attend pas.

Venons-en maintenant au titre quelque peu énigmatique qui pourrait se retranscrire de la manière suivante : comment en ne cherchant même pas le pur amour, mais en craignant de le perdre, on peut se retrouver à faire un saut à l'élastique du haut d'un pont. Tout un programme !

C'est aussi, même pas déguisée, une critique de ceux qui veulent laisser la philosophie comme un pré carré aux seuls philosophes, à la seule élite capable de l'entendre. L'auteur prouve -c'est sûr puisqu'il l'a écrit !- que tout le monde philosophe, du moindre quidam à l'agrégé de philosophie, même si Max "n'est pas loin de penser que, si on n'a pas son agrégation à cinquante ans, on a raté sa vie." (p.26)

Plein de références à l'actualité, aux anecdotes plutôt qu'aux grands faits, le livre nous fait sourire -voire rire- tout du long. Max aura énormément de mal à poursuivre sa réflexion personnelle, tant les rencontres -de femmes surtout- le perturbent. Ah Bintou, la sublime Bintou ! "... sublime ? Quelle erreur conceptuelle ! Cette fille est sexy, je veux bien le croire mais sublime, non ! La contemplation d'une bombe sexuelle ne peut pas ouvrir sur l'Infini, mais seulement sur la fornication. Or le sublime est contradictoire avec toute idée de consommation." (p.168)

J'ai aimé ce roman écrit par Frédéric Pagès, journaliste au Canard Enchaîné, connu aussi comme le créateur du désormais célèbre et vivant philosophe, cité par les plus grands (?), Jean-Baptiste Botul. D'ailleurs, l'un des brefs personnages du roman se nomme Tonio Botul et l'une des citations mises en exergue à chaque chapitre est de J-B Botul. Botul dont l'oeuvre contient des titres tels que La Métaphysique du mou, Landru, précurseur du féminisme, entre autres.

Ce roman fait partie de la sélection du Prix des Lecteurs de l'Express, et tant mieux ! Enfin un livre drôle, un peu "barré" il faut bien le dire, mais de qualité avec lequel on passe un très bon moment.


rire-copie

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

fashion 21/03/2011 19:24


Eh bien, contrairement à toi, j'ai trouvé ce roman profondément indigeste. Je vois que nous sommes rarement d'accord, ça promet des délibérations intéressantes. :-)


Yv 22/03/2011 10:22



Ah chouette alors



Dominique 13/03/2011 10:31


je ne connais pas ce livre là donc je prends note car Frédéric Pagès est de premier ordre question humour j'ai plusieurs de ses livres dont "le philosophe sort à 5 heures" des petits chef d'oeuvre
d'humour


Yv 13/03/2011 12:05



Il est donc dans la lignée de ce qu'il a fait précédemment.



keisha 13/03/2011 09:04


Mais oui, Botul! A l'époque j'avais "marché" (remarque, au fin fond de la province, peu importe, tout ça)(si non e vero...)
Bon, si c'est barré, c'est pour moi aussi! Tu as raison, il faut s'amuser aussi quand on lit!


Yv 13/03/2011 12:03



A l'époque, je n'avais pas marché, m^me du fond de ma Province, parce que j'avais lu Nueva Königsberg de Paul Vacca, que je te recommande également, sur les conférences de Botul en Amérique du
Sud.