Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Des trains à travers la plaine

des-trains.jpgDes trains à travers la plaine, Collectif, Ed. de l'Atelier In8, 2011

Quatre auteurs s'inspirent des textes d'Alain Bashung pour écrire des nouvelles. Ceux qui viennent me lire de temps en temps savent mon admiration pour cet artiste depuis son album intitulé Novice (de 1989), après le succès de Gaby. Je ne pouvais donc que lire ces textes parus chez l'Atelier In8 (que l'on peut avoir en coffret de 4 ou chacun séparément).

Le jour où je suis mort, de Claude Chambard, inspiré de La nuit je mens, de Samuel Hall et de Jamais d'autre que toi de Bashung est une nouvelle très inspirée des écrivains états-uniens Jim Thompson ou Steinbeck, par exemple. L'atmosphère est poussiéreuse, miséreuse, alcoolisée et religieuse. Un jeune homme mal dans sa peau, souffrant de maux de tête terribles raconte sa vie, ses rencontres et ses méfaits. L'écriture est formidable qui oscille entre phrases courtes, percutantes et d'autres beaucoup plus longues comme celle-ci : "Je rêve d'abricots & de ciboulette, de groseilles, de tisanes de serpolet, de jasmins jaunes, de tilleul, de chrysanthèmes & d'oranges sanguines qu'on m'écrase sur le visage, dont la pulpe épaisse m'étouffe, dont le jus rouge dégouline sur moi, m'ensanglante." (p.22)

Croiser les méduses, Éric Pessan qui sample Gaby, oh Gaby, La nuit je mens, Aucun express. Beaucoup plus onirique, une écriture que je peux qualifier de la même manière que pour la nouvelle précédente : formidable. Voici le tout début : "La mer : dans le miroitement bleu-gris des eaux froides, je nage. Ondine, souple, je traverse en apnée les éternelles nuits sous-marines, j'épie les sonars des baleines et me tisse des colliers de planctons luminescents. Sur ma peau nue se dépose une pellicule un peu grasse de douceurs, je glisse dans l'eau, vite. Je nage. Ma mémoire peu à peu se dissout, perle noire. Je nage et rien ne peut m'arriver au-dessous des lagons et des abysses. C'est mon pouvoir, ma force : sirène, je nage, invincible." (p.7) Et c'est comme ça jusqu'au bout ! Beaucoup de poésie, de sensualité, de désir. Rien à dire de plus, à part peut-être, excellent.

Nage entre deux eaux, de Jérôme Lafargue qui parle de Bleu pétrole : "Je ne dirai pas que Bleu pétrole m'a sauvé, non, il faut être honnête, ce qui m'a sauvé, c'est le bruit de la dizaine de CD balancés à terre par Jed une nuit de septembre." (p.7) Un jeune homme de bonne famille raconte comment il cotoie et fait les 400 coups avec une bande de zonards. Nouvelle noire, rapide qui reprend les thèmes inhérents au genre et bien agréable à lire. Pas révolutionnaire, mais un très bon moment de lecture, ce qui est déjà une grande qualité.

Où vont les vaisseaux maudits ?, de Marie Cosnay qui déjà dans le titre reprend les paroles d'Angora. Très onirique, pas ancrée dans le réel, et donc assez différente des autres nouvelles (à rapprocher quand même un peu de celle d'Éric Pessan) : "Angora sourit invariable. Elle sait comment je vais poursuivre. Mon frère m'avait tué et contre toute attente c'est lui qui disparut. cette fois il le fit définitivement." (p.21) Difficilement racontable, il faut se laisser porter par le rythme, l'écriture et l'histoire.

Ces quatre nouvelles inspirées par les chansons d'Alain Bashung sont à découvrir : chacun pourra y trouver son bonheur. L'oeuvre de Bashung suggère aux écrivains des textes sombres, noirs, mélancoliques. C'est vrai qu'on ne peut pas dire que le chanteur interprétait des bluettes légères. C'est une très belle idée d'avoir demandé à des auteurs d'écrire sur ce thème, en tant qu'amateur de l'artiste, j'ai eu énormément de plaisir à lire ces nouvelles. Une toute petite préférence pour les deux premières citées, mais les deux autres sont très bien également. Le conseil ? lisez les quatre !

Merci Isabelle.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Emma 18/12/2011 16:06

Voilà un beau livre qu'il faut que je me procure absolument, je ne savais pas ton admiration pour Bashung, peut-être que ça ne fait pas assez longtemps que je te lis. Ma première rencontre avec ce
grand monsieur est aussi pour moi l'album Novice dont je me lasse pas, avec des textes majestueux et très noirs que j'ai retrouvés dans l'album Fantaisie Militaire. Merci pour cette belle
découverte de livre.

Yv 18/12/2011 19:43



J'aime beaucoup aussi Chatterton et L'imprudence, moins connus sans doute, à part Ma petite entreprise.