Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Des mille et une façons de quitter la Moldavie

moldavie.jpgDes mille et une façons de quitter la Moldavie, Vladimir Lortchenkov, Ed. Mirobole (traduit par Raphaëlle Pache)....


Larga, petit village de Moldavie ; tous les habitants rêvent de l'Italie. Sorte d'Eldorado, le pays de tous les possibles, celui d'où l'on ne revient jamais puisque la vie y est prospère. Tous les moyens sont bons pour partir, de la croisade menée par le pope, au tracteur volant puis sous-marin, en passant par d'autres idées folles. Pas un habitant ne sera tenté un jour où l'autre de sa vie par l'exil ou le départ définitif.


La Moldavie, si vous êtes comme moi, vous pensez que c'est un pays imaginaire, c'est la faute à Hergé qui, dans ses albums parle de la Syldavie. Lequel est le bon si tant est qu'il y en ait un ? Eh, bien, la Moldavie existe, coincée entre la Roumanie et l'Ukraine (qui en ces moments d'annexion de la Crimée par la Russie voit d'ailleurs ses frontières renforcées par peur de Vladimir, pas l'auteur de ce roman joyeux, mais un autre plus désagréable et tristement célèbre qui rêve de grandeur et de puissance) ; capitale Chisinau (ville dans laquelle habite V. Lortchenkov), environ 700 000 habitants pour un total de 3,6 millions de Moldaves. Je vous la fais courte sur l'histoire du pays, qui sorti du joug russe hésite désormais entre un rapprochement avec ce pays ou avec l'Europe (plus de renseignements sur Wikipédia ou en tapant Moldavie sur un moteur de recherches, plein d'articles en parlent en ce moment). J'en parle un peu parce que l'auteur fait plusieurs fois référence au contexte historique, politique de son pays et même si ce n'est pas rédhibitoire, il n'est pas plus mal de se renseigner un peu avant ou pendant (c'est ce que j'ai fait) la lecture. Le gros avantage, c'est qu'on apprend plein de choses utiles pour sa culture personnelle et/ou pour briller en société. C'est d'ailleurs un des points qui m'a intéressé dans ce livre, son exotisme (pour moi j'entends) qui m'a obligé à aller chercher des infos, j'aime quand les livres me poussent à m'instruire.

L'autre point fort de ce roman est sa drôlerie, une tragi-comédie qui fait sourire, rire qui peut être totalement loufoque, ubuesque voire grotesque ; une farce assez féroce et tendre de la Moldavie et des Moldaves écrite par un Moldave. Il y a des passages absolument géniaux comme celui où Séraphim et Tudor, deux personnages récurrents, sont pantois devant la nouvelle équipe de curling de Larga qui compte participer à des championnats en Italie et y rester : "Deux alouettes se posèrent dans les bouches béantes de Séraphim et du vieux Tudor, médusés par tout ce charabia incompréhensible. Elles y bâtirent un nid, pondirent leurs œufs puis, laissant piailler leurs oisillons, s'en furent chercher de la nourriture à travers les champs gelés." (p. 35), suivent deux trois pages de règles du curling, puis des querelles entre les participants, et l'on retrouve Tudor et Séraphim : "Après voir nourri leurs oisillons tout juste éclos avec les quelques vers endormis qu'elles avaient extraits de la terre froide, les alouettes nettoyèrent soigneusement leur plumage et se mirent à gazouiller dans la bouche de Séraphim. Comme tiré d'un profond sommeil, celui-ci ôta précautionneusement la jeune génération de son gosier, aussitôt imité par Tudor." (p. 39) D'autres passages sont totalement barrés, l'auteur s'est lâché dans des idées plus folles les unes que les autres. Mais il n'y a pas que cela dans ce roman, entre les lignes on y voit aussi le constat de la pauvreté de la Moldavie de la dureté de la vie, de la difficulté de vivre de son travail lorsque tous les jours on voit comment on vit dans les pays riches, de l'envie d'émigrer pour atteindre le paradis, le pays où la vie paraît facile. 

En filigrane on peut y voir aussi une critique joyeuse mais sévère de l'embrigadement qu'il soit politique, religieux, de toute sorte ; un jugement des dégâts que peuvent faire les croyances en des êtres ou en des entités ou des idées lorsqu'elles conduisent à l'intolérance et au rejet de l'autre. J'aime aussi ce passage qui dit par la bouche de Tudor : "Comprenez, malheureux, que nous cherchons ailleurs quelque chose que nous pourrions avoir ici. Ici même, en Moldavie ! Nous pouvons nettoyer nous-mêmes nos maisons, refaire nous-mêmes nos routes. Nous pouvons tailler nos arbustes et cultiver nos champs. Nous pouvons cesser de médire, de nous saouler, de fainéanter. [...] Arrêter de truander ! Commencer à vivre honnêtement ! L'Italie, la véritable Italie se trouve en nous-mêmes !" (p.217/218) Message qui vaut bien sur pour les Moldaves, mais aussi pour tous ceux qui préfèrent toujours rejeter la responsabilité de leurs échecs sur les autres, sur l'administration, le gouvernement et autre plutôt que de se retrousser les manches et de se mettre vraiment au boulot. 

Voilà pour ma lecture de ce roman très réussi, drôle mais pas seulement, instructif pour peu que l'on veuille faire un petit effort de recherches d'informations et finalement beaucoup plus profond qu'il pourrait paraitre au premier abord. Je conseille fortement. Eric des Huit Plumes en parle en des termes élogieux.

Cet excellent roman a fait l'objet d'une lecture commune avec la non moins excellente Liliba.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Le Papou 03/10/2016 18:54

Je voudrai bien apprendre le Moldave, ce serait un début...non ?
Le Papou

Yv 03/10/2016 19:45

ça peut, mais tu peux lire la version traduite ;)

praline 25/04/2014 12:21

Il me tente beaucoup aussi. J'aime quand les livres nous font découvrir des lieux et des cultures, qu'ils nous rendent encore plus curieux !

Yv 25/04/2014 18:02



Oui, c'est ce que j'aime moi aussi dans les livres, la découverte



Alex-Mot-à-Mots 18/04/2014 19:05

C'est vrai ça, c'est où, la Moldavie ?!

Yv 19/04/2014 14:30



Pas loin, à gauche en sortant...



zazy 18/04/2014 17:28

Je le note de suite, je DOIS ABSOLUMENT lire ce livre

Yv 18/04/2014 17:50



Il peut voyager...



Aifelle 18/04/2014 10:14

Au contraire de Noukette, je serais plus attirée par le côté politique que déjanté. Déjanté, j'aime, mais sans excès. J'ai dû frôler la Moldavie quand je suis allée en Roumanie.

Yv 18/04/2014 17:49



... mais le côté politique est présent pour qui sait le trouver



Noukette 18/04/2014 09:32

Je suis plus attirée par le côté loufoque du roman que par son côté politique je dois dire... Mais pourquoi pas...?

Yv 18/04/2014 17:41



De fait le côté loufoque ressort plus que le côté politique



Liliba 18/04/2014 09:22

C"est vraiment rigolo qu'on ait les mêmes références ! :) et sans copier !!!

Yv 18/04/2014 17:40



Question de génération sans doute...



keisha 18/04/2014 08:58

Snif, on ne me le propose pas, celui là...
Alors que je connais la Moldavie, j'y ai passé une journée (et même goûté le vin)(avec modération)

Yv 18/04/2014 17:40



Tu le veux ? 



clara 18/04/2014 08:41

Je crois que je vais accepter la proposition de le recevoir..

Yv 18/04/2014 09:58



tu devrais te régaler