Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des gens très bien

Publié le par Yv

Des gens très bien, Alexandre Jardin, Grasset, 2011

Alexandre Jardin est un écrivain populaire, célèbre pour ses romans légers, des bluettes. Ce que l'on sait moins, c'est que son grand-père "Jean Jardin dit le Nain Jaune fut, du 20 avril 1942 au 30 octobre 1943, le principal collaborateur de plus collabo des hommes d'Etat français : Pierre Laval, chef du gouvernement du maréchal Pétain. Le matin de la rafle du Vel d'Hiv, le 16 juillet 1942, il était son directeur de cabinet ; son double. Ses yeux, son flair, sa bouche, sa main. Pour ne pas dire : sa conscience." (p.11)

Depuis longtemps, la famille Jardin renferme ce passé peu glorieux sous des pirouettes : même les biographes de Jean Jardin ne parlent que peu de cet épisode. Son fils, Pascal Jardin -le père d'Alexandre- a lui aussi écrit un livre sur Jean, Le Nain Jaune, dans lequel il évoque très vite, sans s'arrêter, cette période de la vie de son père. Rien n'est dit dans cette famille, sauf en rigolant. D'ailleurs, Alexandre l'avoue lui aussi : s'il a écrit des romans légers, faciles, c'est pour rester dans la ligne familiale, pour évacuer ce secret dans des éclats de rire.

Et puis, approchant de l'âge du décès de son père, Alexandre ne peut plus dissimuler. Il écrit sur son grand-père, lui qui compile depuis des années de la documentation sur la rafle du Vel d'Hiv (13 000 juifs déportés dont 4 000 enfants), sur les années de guerre et sur l'implication de son grand-père dans la collaboration active du gouvernement de Vichy.

Je n'ai lu aucun autre livre d'Alexandre Jardin, je ne peux donc pas comparer, mais j'imagine assez bien ce qu'était sa littérature avant Des gens très bien. Naïvement, je pensais qu'il écrivait comme il se doit dans ce genre de livres, légèrement et avec un vocabulaire volontairement limité. Là point ; son livre est bien écrit, beau style, quoique parfois un peu ronflant. Heureusement d'ailleurs, car le propos est fort et pesant, et sans style, le récit serait indigeste.

On pourrait lui reprocher de dénoncer et de juger 70 ans après les faits, certes. Mais ce livre, sert plus à Alexandre pour se libérer de son ascendance pesante. Il le dit d'ailleurs dans ses dernières phrases dans lesquelles il s'adresse à son père, Pascal  : "Plus tard, tu ne pourras pas vivre avec le secret des Jardin. Il te tuera. Tu feras un livre pour le camoufler. Au même âge que toi, j'en ferai un pour l'exposer. Et je vivrai la deuxième partie de ta vie... la mienne. En essayant d'aimer Jean, un jour. Dors, dors mon petit papa..." (p.295)

Dans l'ensemble, j'ai aimé ce livre, qui part très vite et annonce la couleur dès les premières pages. Cependant, je dois admettre que sur les presque 300 pages, Alexandre Jardin tourne en rond et se répète. Assez mal reçu, d'après ce que j'ai pu entendre et lire, -il est indéniable que l'auteur doit moins gêner en écrivant Fanfan- ce bouquin revient donc sur des années dont la France n'est pas fière. En outre, Alexandre Jardin, n'y va pas avec le dos de la cuillère ! Il flingue. Des critiques lui reprochent ce que d'autres approuvent (lire ici). Selon eux, qui n'est pas historien ne peut pas savoir et a fortiori écrire sur cette période. Mais Jardin écrit avec ses tripes, avec ses gènes, avec ses rancoeurs mais aussi avec l'amour qu'il a pour les siens, père et grand-père notamment.

Maladroit parfois, redondant souvent, intéressant et remuant tout du long c'est un livre qui ne laisse pas indifférent et on ne peut pas, enfin il me semble, en ressortir sans avoir rien éprouvé.

Un "livre étrange que je tiens pour mon acte de renaissance. Le cri de chagrin par lequel je me désassigne de mon passé" dit l'auteur page 271. Une renaissance pour Alexandre Jardin, qui ne pourra donc plus revenir en arrière et écrire ce qu'il écrivait précédemment.

Une sélection du Prix des lecteurs de l'Express, lue aussi par : Lili, Jostein, La Pyrénéenne, Livr-esse

Commenter cet article

Gwenaelle 07/04/2011 16:49


Ah, j'ai un peu de mal avec les gens qui n'en finissent pas de régler leurs histoires de famille en public et en droits d'auteur... Il y a eu les romans légers sur ses amours, le Zubial sur son
père et maintenant son grand-père avec ces Gens très bien... Franchement, je ne suis pas sûre d'y trouver un quelconque intérêt...


Yv 07/04/2011 18:47



Moi aussi sur ceux qui déballent, mais ce bouquin, sans être formidable a un je ne sais quoi de sincérité (mais peut-être me trmpé-je ?) qui me plait bien. Long, redondant, mais pas si mal. et
puis, la polémique qu'il a créée a éveillé ma curiosité.



Flora 03/04/2011 11:39


ouf, je viens de publier mon commentaire sur mon blog... cela a été l'occasion de reprendre le livre et de me replonger dedans. Livre intéressant je trouve. Intéressant aussi de lire toutes les
critiques et de voir la polémique autour : je pense que ce passé effectivement ne passe toujours pas pour certaines personnes.


Yv 03/04/2011 11:58



J'aime bien lorsqu'un livre fait réagir -pas à n'importe quel prix, bien sûr-, ça prouve que l'auteur touche des points sensibles. A. Jardin ne devait pas être habitué à ce genre de réactions.



Florinette 27/03/2011 18:13


Il faudrait que je relise cet auteur, car ça fait un petit moment que je ne me suis pas intéressée à ses ouvrages...


Yv 27/03/2011 18:33



Celui-ci est apriori très différent de sa production précédente, très fleur bleue



Isa 26/03/2011 18:08


Je ne réussis pas bien à analyser mon ressenti à propos de ce livre. Malgré la belle plume, malgré l'analyse assez fine de l'Histoire et de sa famille, je reste sur une impression de "tournage en
rond".


Yv 26/03/2011 21:35



C'est un peu ce que je ressens aussi. Difficile à cerner, mais loin d'être inintéressant. Je reconnais que Jardin surjoue, mais sa réflexion me semble légitime.



Mathilde 25/03/2011 09:15


J'ai lu il y a quelques années un ou deux livres de Jardin et, si le propos est léger, j'avais trouvé le style travaillé et agréable à lire.


Yv 25/03/2011 13:12



Le style est comme tu le dis, par contre le propos n'est plus léger !



Ys 24/03/2011 21:33


Je l'ai entendu à une émission de France Culture et franchement, j'ai trouvé que ce type se mettait en scène. C'est un homme comme les autres, que le succès a rendu trop populaire, il veut se faire
une histoire qui sorte de l'ordinaire, un ancêtre qui fait souffrir la famille, un truc terrible mais c'est en fait un pétard mouillé... Il veut attirer les regards sur lui, il en est risible et
vraiment pas crédible, à mes yeux...


Yv 25/03/2011 13:11



J'ai eu aussi parfois le même sentiment en l'écoutant. Cependant Jean Jardin a bel et bien existé et il a bien occupé les fonctions de collaborateur de Laval pendant la rafle du Vel d'Hiv, ça on
ne peut le remettre en cause. Son aïeul n'est pas inventé, et il ne me paraît pas illogique qu'un petit-fils pose ses questions sur son grand-père. C'est surjoué ? sûrement ! C'est illégitime ?
Certes non !



alain 24/03/2011 13:56


J'étais partagé après avoir entendu l'auteur


Yv 24/03/2011 17:45



Moi aussi, j'ai pu me faire ma propre opinion et... je reste partagé



Alex-Mot-à-Mots 24/03/2011 13:51


Quelle scandale à sa sortie ! Mais aussi des critiques négatives sur la narration.


Yv 24/03/2011 17:44



Pas toujours exempte de lourdeur la narration effectivement, mais on peut lui reprocher tout et son contraire. Lui reprocher son écriture alors qu'on encense d'autres qui ne savent pas écrire
correctement ou tombent dans la facilité me fait sourire.



Marie 24/03/2011 08:24


Alexandre Jardin était un de mes auteurs préférés lorsque j'étais ado. Maintenant, j'hésite à m'y replonger car j'ai peur d'être déçue...


Yv 24/03/2011 17:42



Je n'ai rien lu d'autre d'Alexandre Jardin, mais a priori, il change totalement de style et acquiert une maturité d'écrivain.