Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

De mal à personne

pbouhier.jpgDe mal à personne, Odile Bouhier, Presses de la cité, 2012

Lyon, 1920, un riche industriel est retrouvé mort dans une petite rue, derrière un hôtel-restaurant. Frappé à mort par un enfant sans doute, ou une personne de petite taille. Le commissaire Kolvair aidé par le professeur Salacan enquêtent. Salacan est un spécialiste de la science au service de la police. Encore balbutiante mais en plein essor. On retrouve aussi Bianca Serraggio, l'aliéniste, Jacques Durieux l'assistant de Salacan ainsi que le controversé inspecteur Legone des Brigades du Tigre pour cette deuxième aventure du premier laboratoire de police scientifique au monde !

Ah, quelle joie de revoir toute l'équipe du laboratoire, Victor Kolvair et le professeur Salacan en tête ! Sans publier bien un autre personnage important, Bianca Serraggio qui entame une liaison pas toujours facile avec le commissaire. La première enquête intitulée Le sang des bistanclaques m'avait plu et avait fait parlé notamment le très connu libraire de La griffe noire Gérard Collard qui avait aimé lui aussi. Cette seconde intrigue est encore mieux selon moi. Les personnages sont bien installés, Odile Bouhier sait leur donner vie en dehors de leur travail ; il s'affirment, tissent des liens entre eux, d'amitié, d'amour, de respect, de pouvoir mais aussi de défiance, notamment Kolvair/Legone. L'intrigue est prenante jusqu'au bout et les à-côtés, la vie des différents protagonistes donne de l'humanité au roman.

Ce qui est très bien également dans ce roman, c'est tout le travail qu'a dû faire Odile Bouhier pour se -et nous- plonger dans le Lyon de 1920. La ville, certes, mais aussi bien sûr les débuts de la police scientifique et encore les colonies pénitentiaires pour mineurs délinquants. Car, comme il est envisageable qu'un enfant ait commis le meurtre, l'auteure nous emmène visiter un centre de détention pour mineurs et franchement, ça fait peur. Au départ, les raisons pour lesquelles les enfants sont envoyés dans ces centres ne sont pas toujours justifiées :

"- Savez-vous que pour le même larcin, alors qu'un voleur adulte est condamné à quelques semaines d'emprisonnement, le jeune voleur, sous prétexte d'éducation, s'en va pour trois, quatre voire dix ans en internat ?" (p.132)

Ensuite, les conditions d'accueil, si je puis utiliser ce vocable, sont plus que déplorables, elles sont absolument lamentables. Les enfants sont battus, certains isolés, au mitard et d'autres abusés par des plus grands ou victimes de réseaux de pédophilie. Le constat est terrible. Un juge, le juge Puzin se bat -dans ce roman- pour tenter de créer le premier tribunal pour enfants de Lyon contre sa hiérarchie et contre une partie de l'opinion publique qui raffole encore et assiste aux exécutions publiques. Alors, certes, les conditions actuelles de Protection de l'enfance ne sont pas au top -essentiellement pour cause de manque de fonds : il vaut mieux sauver les banques que les enfants en danger (raccourci facile sûrement)-mais, je le sais pour travailler dans ce domaine depuis 5 ans, énormément d'efforts, de travail et de professionnalisation ont été fort heureusement effectués depuis ces années terribles et même depuis une vingtaine d'années.

Voilà, c'est tout cela ce roman d'Odile Bouhier. On peut le lire sans avoir lu le premier mais si vous avez l'occasion, lisez les deux, je vous promets que vous ne le regretterez pas ! Vous ai-je déjà menti ? Bien sûr que non, donc faites-moi confiance et allez-y les yeux fermés (et rouvrez les pour lire, ce sera plus facile.)

Merci beaucoup Laura.

D'autres avis : le blog du polar,  Claude Le Nocher

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

divorce 27/04/2012 19:41

Il est rare que je me laisse conseiller dans le choix de mes lectures ! Mais vous avez l’art et la manière de le faire et cela est très plaisant en fin de compte, de ne pas passer à côté d’un bon
livre ! Mon choix s’est porté sur un polar “De mal à personne“ d’Odile Bouhier. Je reviendrai vers vous après sa lecture pour vous donner mon impression. Bien à vous

Yv 27/04/2012 22:20



Ah, j'ai hate d'avoir votre retour et j'espère ne pas m'être trompé. Je vous souhaite une bonne lecture et un bon moment avec cette équipe des débuts de la police scientifique.



Emma 26/04/2012 12:12

Je note donc les deux les yeux fermés...

Yv 26/04/2012 13:18



Ouvre-les pour lire, c'est mieux, sauf si tu prends la version audiolivre ;)



clara 04/04/2012 13:55

Tu sais te montrer convaincant !

Yv 05/04/2012 11:06



J'essaie :)



keisha 02/04/2012 20:25

je reçois aussi le catalogue (ou je le recevais?) et j'avais failli craquer pour l'histoire du médecin. Cela ou un polar, c'est plus dans mes cordes!

Yv 03/04/2012 07:59



Dans les miennes aussi, c'est pour cela que je choisis ce genre (mais demain, chez le même éditeur, j'écris un billet sur un livre étonnant que je croyais être un simple polar...)



Alex-Mot-à-Mots 02/04/2012 13:54

Je crois que je vais commencer par ce roman de cet auteur, alors. Je note.

Yv 02/04/2012 15:56



ou par le premier de la série qui est très bien aussi : Les sang des bistanclaques !



keisha 02/04/2012 10:06

On m'a envoyé deux romans pas mal écrits du tout mais l'histoire un peu cousue de fil blanc m'a découragée ; ceci étant, belle qualité, choix plus larges qu'on ne le pense, et ces polars m'ont
l'air bien!Je ne sais plus trop qui me les envoyait, pas laura, une autre, je dois avoir son adresse mail au cas où.

Yv 02/04/2012 15:55



Laura m'envoie le catalogue et je choisis, c'est donc sans doute pour cela que je suis plus satisfait que toi.



keisha 02/04/2012 08:33

Tiens, peut être serais je plus en phase avec ces romans policiers qu'avec les autres parutions de l'éditeur.

Yv 02/04/2012 08:59



Eh bien, pour tout t'avouer, je vais de surprise en surprise avec cet éditeur. J'avais des a priori (populaire péjorativement, facile, régional gnangnan, enfin tous les poncifs liés à une édition
française s'intitulant Presses de la cité et parfois même collection Terres de France) qui ne sont pas tous levés quand je vois le catalogue, mais parfois on tombe sur des bouquins vraiment bien
(Bocaj, Jaouen, Bouhier, Pélissier, ...) qui valent certaisn romans (polars ou thrillers notamment) états-uniens bien vendus par les attachés de presse et par les médias.