Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Conchito

rconchito.jpgConchito, Pascal Juan, Ed. Presque lune, 2010, 235 pages, 17€

Patrick est un jeune homme qui ne trouve pas de travail. Pas d'ambition ni de volonté particulière, il crée sa propre activité : faire le ménage nu. Il devient, dans le travail, Conchito. Mais, Conchito phagocyte Patrick, et celui-ci file un mauvais coton. Plus son entreprise se développe, plus Patrick doit faire face à une "régression pénienne" (p.162). En d'autres mots, "son sexe rétrécit, aspiré de l'intérieur" (4ème de couverture).

Sur une idée de départ originale, un homme qui décide de se lancer dans le ménage nu, Pascal Juan écrit un livre non dénué de longueurs -si je puis m'exprimer ainsi eu égard aux malheureux déboires de Conchito-, mais doté de belles qualités -bon, c'est pareil, évitons toute allusion.

Les longueurs sont au milieu du bouquin où l'on sent que Patrick/Conchito tourne un peu en rond et que le livre n'avance plus. Mésaventures et malheurs s'amoncellent sans que l'on ait vraiment d'empathie pour lui. Mais la fin redonne un peu de couleurs au personnage et d'intérêt à la lecture.

Les belles qualités dont je parlais se révèlent dans la description de la descente de Patrick : sa dépression vient lentement mais sûrement et il touche le fond assez vite, toujours lucide, du moins le croit-il. C'est un homme qui a toujours tout raté et qui continue à rater admirablement ce qu'il tente et à ne pas tenter ce qu'il est sûr de rater.

Mais ce que je retiens surtout ce sont les qualités de l'écriture de Pascal Juan. Pas de fioriture, pas de tentative de "faire du style". Les phrases sont simples, directes, franches et pleines d'humour, d'ironie, de références à des maximes célèbres, à des slogans publicitaires (peut-être même en ai-je raté quelques unes).

"Le café du rendez-vous n'est pas de ceux que je fréquente habituellement. Je me suis rendu compte de ce décalage au bout d'un moment, en laissant traîner une oreille inoccupée sur la banquette d'à côté où un trio de types, vêtus comme une vieille tante à moi qui faisait du veuvage une occupation à plein temps, avait choisi le néo-existentialisme pour thema du jour. Pas inintéressant, même si j'ai eu un peu de mal avec les références citées, les miennes ne dépassant guère celles généralement demandées par les quizz télévisés." (p.83)

Au risque de rouvrir un débat -jamais clos d'ailleurs, conséquemment toujours ouvert, donc je fais une faute en disant "rouvrir", car peut-on rouvrir quelque chose qui n'est pas fermé ? Je vous laisse à vos réflexions, et hop, j'en profite pour revenir dans mon propos, ni vu ni connu, bien embrouillés que je vous ai laissés- ce livre est sans doute  destiné à un lectorat masculin. Tout tourne autour du sexe et particulièrement autour de celui qui rétrécit. Ça me rappelle l'histoire de José Artur entendue sur la radio cette semaine :

" Un petit garçon qui s'ausculte précautionneusement les bourses demande à sa maman :

- Dis maman, c'est là mon cerveau ?

- Pas encore, répond sa maman !"

Là, c'est un peu pareil, Patrick a placé dans son instrument tout son avenir, et lorsque celui-ci flanche, Patrick ne peut plus raisonner, penser, réfléchir : il sombre, diminue à ses propres yeux, comme son pénis.

Néanmoins malgré quelques plaisanteries ou tournures de phrases très ciblées, la lecture n'est point du tout à réserver à un public averti. Je ne sais pas si mesdames, vous vous retrouverez dans ce roman, mais je suis curieux de connaître vos réactions : achetez-le pour vos maris et lisez-le -comme ils font avec vos magazines féminins-, juste pour voir et pour combler ma curiosité.

Il m'a été permis de lire Conchito grâce aux Agents Littéraires qui sévissent sur la Toile depuis quelques mois, leur but étant de faire connaître des petits éditeurs, des auto-éditeurs, enfin des gens peu exposés, mais qui pourtant mériteraient de l'être ! Merci Vincent.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Asphodèle 16/07/2011 21:15


C'est mieux effectivement ! Mais on ne le sait pas à l'avance non plus !! ;)


Yv 17/07/2011 19:37



Ah non, à chaque fois c'est une surprise à l'intérieur d'un livre. Bonne ou mauvaise.



Asphodèle 08/07/2011 18:19


Effectivement il me plaît bien ce Conchito ! Moi les A.L m'ont envoyé de ...la poésie pour mon premier rendez-vous avec eux ! Bon, j'aime, donc pas de souci mais visiblement ça n'a intéressé
PERSONNE !! Si, une ! Mais j'aime bien leur démarche et j'attends le prochain, quel qu'il soit, c'est bien d'en parler, bon ou mauvais d'ailleurs...


Yv 16/07/2011 17:38



Le principal c'est de se faire plaisir à soi