Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Commissaire Garon : Les cahiers du ministre

25423323cover-cahiers-du-ministre-jpg.jpgCommissaire Garon : Les cahiers du ministre, Saint-Luc, Ed. Beaurepaire, septembre 2011

Un ex-secrétaire d'Etat, Patrice Warth, trouve la mort dans un accident de voiture. Une lettre posthume parvient au ministre de l'Intérieur, Dominique Galarzot dans laquelle Warth explique que s'il n'est pas mort dans son lit, c'est qu'il s'agit d'un meurtre et qu'il a mis en lieu sûr des cahiers particulièrement sensibles à dévoiler si la lumière n'est pas faite sur les circonstances de son décès. Le commissaire Albéric Garon de Bouziq, patron lyonnais de la Brigade des Affaires Générales est appelé à la rescousse pour mener à bien cette enquête, en toute discrétion.

Voilà donc le tome deux des aventures du commissaire Garon, la suite de La jeune chair. Le moins que l'on puisse dire c'est que Garon prend de l'épaisseur, ainsi que l'enquête et le contexte. L'avertissement d'avant roman est plus que jamais de rigueur : "Les personnages que ce roman met en scène sont purement imaginaires. Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé ne peut être que fortuite." Parce qu'en fait entre un ex-ministre mort accidentellement, Warth -et non pas Woerth, qui je vous le rappelle n'est pas mort. Bon peut-être politiquement, mais pas physiquement. Et encore, dans notre société, peut-être peut-il ressusciter en politique ?-, un ministre de l'Intérieur Dominique Galarzot, grand homme cultivé, à la crinière blanche -mais non pas D. Galouzeau De Villepin !- un Président Balkücy -non, non, pas Sarkozy- et une vieille dame qui donne de l'argent aux gens en place du parti l'Union des Conservateurs de Progrès (sic) et qui se nomme Mme Guyancourt -là non plus, point de Bettencourt- eh bien, tout tourne autour de personnages fictifs donc, mais qui ressemblent un peu à ceux qu'on ne connaît que trop !

Saint-Luc n'a guère besoin de beaucoup d'imagination pour ses personnages, la réalité se chargeant de les lui fournir gracieusement. Pour son intrigue itou : entre magouilles, fric qui finance les partis politiques illégalement, hommes politiques qui cherchent la faille de l'adversaire -qui peut être un ami de trente ans, du même parti- pour pouvoir si possible l'anéantir -le mot n'est pas trop fort. Chacun joue pour soi dans ce monde où l'on ne réussit pas sans argent, sans soutien.

Le commissaire Garon nage dans ce milieu aux eaux plus que troubles. Comme lors de sa précédente enquête, il ne s'embarrasse pas de principes : d'ailleurs sa hiérarchie lui a donné carte blanche. Il en profite. Et si ses méthodes peuvent parfois être discutées, il faut bien dire qu'elles sont efficaces.

Comme je le disais plus haut, il prend de l'épaisseur, une légitimité qu'il n'avait pas dans le premier opus, peut-être un peu léger, une esquisse de ce qu'il devient là. Et puis, Saint-Luc nous fait les présentations avec Mme Garon, un passage rapide, certes, mais on en apprend un peu plus sur le personnage. Certains des actes qu'il commet pourront choquer ou faire grincer des dents : on est parfois à la limite de faire pire que ceux qu'on veut coincer, mais bon, ce n'est que de la littérature policière. Pour ma part, je l'aime bien ce Garon aux méthodes contestables qui est loin d'être un flic lisse, inodore et sans saveur.

Très direct, il pousse ses réflexions sur tous les sujets, la politique, évidemment, mais aussi, lui l'adepte d'une monarchie à l'anglaise se permet de renvoyer dos à dos les tricheurs, magouilleurs et les donneurs de leçon bien-pensants qui dénoncent sans faire avancer le schmilblick.

Saint-Luc n'est pas politiquement correct et c'est tant mieux ! Du moins dans ses écrits, le reste, je ne sais pas ! Il surfe sur l'actualité -on ne peut plus, puisque une histoire du même acabit ressurgit en ce moment !- pour le plus grand bonheur de ses lecteurs qui peuvent même comprendre par quels moyens certains de nos dirigeants arrivent au pouvoir. Attention, loin de moi l'idée de crier : "Tous pourris", je ne le crois pas et je vote depuis mes 18 ans sérieusement et consciencieusement pour justement participer à l'élection de ceux que je crois honnêtes.

Bon trêve de digression, passons au final : lisez le commissaire Garon, parce que c'est bien, parce que c'est bien écrit (y'a même des imparfaits du subjonctif, c'est dire si c'est bien !), parce que ça fourmille d'anecdotes et de références littéraires. Même si vous n'avez pas lu le premier, vous pouvez attaquer par celui-ci sans problème (c'est mieux même).

Noir de polars et Critiques libres font aussi des articles sur Garon II et toujours le site de l'auteur, ici.

Les cahiers du ministre est un roman de la rentrée littéraire qui entre totalement dans le cadre du Challenge des Agents Littéraires.

 

challenge-rentrée-littéraire-2011

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Métaphore 18/09/2011 14:00


J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ton billet, beaucoup d'humour, j'ai même eu envie de lire ce livre et pourtant ce n'est pas le genre de lecture que j'affectionne! Merci, je passe toujours un
bon moment quand je passe par ici :)


Yv 19/09/2011 09:07



C'est gentil merci et ... reviens vite pour rire un peu !



Claude LE NOCHER 18/09/2011 07:06


Bienvenue dans la communauté Culture Polar, cher Yv...
Belle chronique ! J'avoue être passé à côté de ce commissaire-là, alors que politique et société dans le polar m'intéressent souvent (je suis en train d'en lire un sur la question). A bientôt !
Amitiés.


Yv 18/09/2011 11:26



Très actuel, bien écrit tout pour plaire. Ravi d'être de la communauté Culture Polar, même si ce n'est pas ma spécialité, j'en lis quelques uns qui pourront donc y entrer. A bientôt


PS : je peux te faire parvenir ce livre à destination s'il t'intéresse.