Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Claude Gueux

gueux.jpgClaude Gueux, Victor Hugo, Mille et une nuits, 1994 (1ère parution, 1834).....

 

Claude Gueux, est un ouvrier pauvre qui un jour est obligé de voler pour nourrir sa compagne et leur enfant. Pris, il écope d'une peine de prison de cinq années. Incarcéré à la maison d'arrêt de Clairvaux, ancienne abbaye, il devient assez vite, malgré son analphabétisme et son instruction limitée un homme vers lequel les autres détenus se tournent, une sorte de chef naturel. Claude, gros mangeur, souffre de la faim, jusqu'à ce qu'Albin un jeune homme, lui propose de lui donner ce que lui a en trop. Une profonde amitié se noue entre eux. Mais MD, le directeur des ateliers décide de les séparer, sans raison, juste "parce que"

 

Victor Hugo est un des premiers classiques que j'aie lu, et tant qu'à faire, j'ai commencé par Les Misérables ! Claude Gueux est un tout petit récit, basé sur des faits réels, qui préfigure le personnage de Jean Valjean qui est jusqu'à aujourd'hui mon personnage de fiction préféré, sans doute aussi parce que je l'ai rencontré de bonne heure. Contrairement à son habitude, Hugo écrit un texte très court, trente-six pages, et on peut même, chose impensable chez cet écrivain de la démesure lire au hasard des pages un "Abrégeons." (p. 29) pour éviter une description des soins prodigués à Claude Gueux avant son ultime procès. J'ai déjà lu et relu ce texte, et là, je l'ai vu dans ma bibliothèque et hop je l'ai pris en main et re-relu. Quelques points m'ont un peu surpris, je les avais oubliés, comme lorsque Hugo se lance dans sa harangue contre les puissants qui gouvernent et qu'il dit qu'il faut donner de l'espoir aux pauvres : "Donnez au peuple qui travaille et qui souffre, donnez au peuple pour qui ce monde-ci est mauvais, la croyance à un meilleur monde fait pour lui. Il sera tranquille, il sera patient. La patience est faite d'espérance. Donc ensemencez les villages d'évangiles. Une Bible par cabane. Que chaque livre et chaque champ produisent à eux deux un travailleur moral." (p.43) Mon anticléricalisme bout en moi, je savais qu'au début de sa vie Hugo était très croyant, l'époque était aussi très religieuse, mais ce discours m'est difficile à lire, "La religion est l'opium du peuple" disait Karl Marx, on est en plein dedans ; certes, on sent bien que Hugo veut le bien du peuple, mais la religion pour qu'il oublie les difficultés de sa condition, non, je ne peux pas adhérer.

Le reste du livre est par contre tout simplement formidable, puissant. Hugo décrit, sans artifice, les conditions de vie dans la prison, il fait un portrait terrible et peu flatteur du directeur des ateliers : "C'était un de ces hommes qui n'ont rien de vibrant ni d'élastique, qui sont composés de molécules inertes, qui ne résonnent au choc d'aucune idée, au contact d'aucun sentiment, qui ont des colères glacées, des haines mortes, des emportements sans émotion, qui prennent feu sans s'échauffer, dont la capacité de calorique est nulle, et qu'on dirait souvent fait de bois : ils flambent par un bout et sont froids par l'autre." (p.9), et encore je ne cite qu'une phrase, deux pages entières sont consacrées à cet homme qui éloigne Albin et Claude, juste parce que c'est son bon vouloir, pour montrer son ascendant sur les autres, car lui, contrairement à Claude a besoin de le montrer. 

Victor Hugo élude la question de l'homosexualité dans les prisons et pourtant, à lire ses lignes de nos jours, on sent que la relation entre Albin et Claude est homosexuelle, que ces deux hommes s'aiment et ont besoin l'un de l'autre pour tenir, mais le dix-neuvième siècle n'était pas enclin à lire ou à entendre ce genre de relations, le nôtre l'est plus même s'il existe encore beaucoup de réticences voire d'oppositions en France et ailleurs. Par contre Hugo n'élude pas la question de la peine de mort qu'il avait déjà abordée dans Le dernier jour d'un condamné cinq ans plus tôt ; c'est un véritable plaidoyer contre la sentence ultime : "Messieurs, il se coupe trop de têtes par an en France. Puisque vous êtes en train de faire des économies, faites-en là-dessus. Puisque vous êtes en verve de suppressions, supprimez le bourreau. Avec la solde de vos quatre-vingts bourreaux, vous paierez six cents maîtres d'école." (p.41), un message pour instruire les pauvres, comme les riches pour que cessent les vols pour vivre et manger et par là même les incarcérations et les situations comme celles de Claude Gueux. Un message pas très courant à l'époque dans les milieux favorisés, qui ne fut pas forcément bien accepté. 

Une post-face explique qu'on a pu étudier le véritable parcours de Claude Gueux qui fut sans doute un peu différent de ce qu'en a écrit Victor Hugo : pour les besoins de sa démonstration, il en a gommé certains aspects gênants, comme ses divers séjours en prison, mais rien de ce qu'il écrit n'est inventé.

Classique. Formidable. Puissant. 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

yuko 29/04/2014 11:52

Oui, dans la même veine, il y a "le dernier jour d'un condamné".

Yv 29/04/2014 17:29



Exact, sur le même thème et très accessible



yuko 28/04/2014 20:04

Je suis bien d'accord avec ton analyse. C'est un classique à mettre entre toutes les mains !

Yv 29/04/2014 07:36



Malheureusement assez méconnu, dommage car il permet d'aborder Hugo sans l'épaisseur de ses autres livres



le Merydien 17/04/2014 20:47

Jean Valjean, ça c'est du solide, un personnage qui creve l'écran. Tellement bien écrit que quel que soit l'acteur qui l’interprète, il reste émouvant et fort. De même que Javert. J'arrive même à
trouver Depardieu acceptable dedans, c'est dire si le personnage doit etre bien écrit, parce que Depardieu, lui n'est pas ma tasse de thé, et bien avant qu'il ne devienne belgo-poutinien.

Yv 18/04/2014 07:31



C'est effectivement LE personnage romanesque par excellence, joué et rejoué de multiples fois et donc inspiré librement et directement de Claude Gueux



Hélène 17/04/2014 10:43

Ah toi aussi tu retournes vers tes classiques... J'ai relu "Ruy Blas" dernièrement, un chef d'oeuvre ! Du coup j'ai acheté la bio de Hugo de André Maurois... A suivre..

Yv 17/04/2014 13:38



Oui, j'essaye d'en relire un de temps en temps, ce que je n'avais pas fait depuis un petit moment. Ruy Blas est extra, court, efficace et tellement un beau texte. J'ai lu et relu la bio de Hugo
écrite par Alain Decaux, plus de 1000 pages, c'est qu'il a vécu intensément et vieux le Victor !



Soie 16/04/2014 14:57

Bonjour,
J'en ai vu une adaptation à la télé lors de la série consacrée au XIXème siècle, je me souviens avoir bien aimé (mais je ne me rappelle plus si c'est très fidèle au récit).
Le dernier jour d'un condamné m'a beaucoup émue, je trouve d'ailleurs que c'est une des forces de Victor Hugo, savoir faire naître les émotions, être humain là où d'autres sont plutôt factuels.

Yv 16/04/2014 18:30



Oui je l'ai vue également avec Samuel Le Bihan, mais je ne saurais plus dire si elle était fidèle au livre, et je partage ton avis sur Hugo !



keisha 16/04/2014 13:37

Hé bien, oui, Hugo... (j'avais commencé par ND de Paris je crois)

Yv 16/04/2014 18:29



pas le plus facile, je l'ai lu bien après, après Bug-Jargal, Han d'Islande, ...