Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Charlotte Isabel Hansen

Publié le par Yv

Charlotte Isabel Hansen, Tore Renberg, Mercure de France, 2011

Jarle, 24 ans voit un jour arriver dans sa vie d'étudiant chercheur une petite fille de 7 ans, Charlotte Isabel Hansen. Sa fille. Conçue lors d'une soirée très arrosée, avec Annette Hansen qu'il n'a ensuite jamais revue. Lui, l'intellectuel, très loin du monde réel, qui fait une étude sur l'onomastique (=science qui étudie les noms propres, merci M. Larousse) proustienne se trouve alors confronté à cette petite fille qui risque bien de chambouler son existence.

Ce livre débute bien, le premier chapitre, celui dans lequel Jarle apprend qu'il est père, est plutôt drôle et amène bien le personnage principal, sa vie, son œuvre :

- d'abord, le futur père pas préparé à l'être, pas motivé pour l'être et mis devant le fait accompli s'interroge sur sa paternité, puis une fois celle-ci avérée, sur ses capacités à y faire face, à s'occuper de sa fille, lui qui n'a d'expérience des enfants que sa propre enfance ;

- ensuite, le périple de Jarle pour arriver jusqu'à l'aéroport émaillé de rencontres et enfin la première fois qu'il voit sa fille et que Charlotte Isabel (dite Lotte) le voit. Voilà par exemple ce que ça donne lorsqu'il reçoit la lettre contenant le résultat du test de paternité :

" Jarle inspira et expira avec anxiété.

Il s'assit et ouvrit l'enveloppe.

Jarle lut.

Il lut et en resta bouche bée de stupeur.

Quoi ?

Était-ce possible ?

Il lâcha la lettre, la reprit immédiatement, et la relut.

Était-ce vraiment possible ?

Un enfant ?

Un petit enfant ?

Est-ce que lui, Jarle Klepp, avait un enfant ?

Est-ce que lui, Jarle Klepp, était père ?

D'un enfant ?" (p.30)

Et puis, dès le second chapitre, le livre revient en arrière, repose les mêmes questions sur la paternité, etc (pour la suite, prière de vous reporter plus haut). Il exploite le filon du premier chapitre, entre drôlerie et gravité, mais les blagues répétitives sont parfois lassantes.

Tore Renberg nous présente un héros peu sympathique, une espèce d'intellectuel élitiste qui comprend théoriquement qu'il peut y avoir des gens qui n'ont pas son intelligence et qui sont obligés de travailler de leurs mains, des manuels quoi, mais qui pratiquement les méprise. Le monde qui gravite autour de lui, des étudiants chercheurs eux aussi, des professeurs n'est pas plus gouleyant. Alors, certes, c'est de l'humour, de l'ironie, mais j'ai un peu de mal avec ce genre d'humour qui "généralise" et qui sous prétexte de faire rire stigmatise toute une catégorie. Ça peut être drôle à condition que ça ne dure pas. Hors, là, ça dure. Et c'est le plus gros reproche que je fais à ce bouquin : "Allez, Tore, c'est bon, fais-nous ton bouquin en 70 pages et c'est marre ! Après tu te  répètes et tu n'es plus crédible !" Et oui, je suis comme ça, je le tutoie moi, le Tore. Mais si en Norvège, c'est comme en Suède, il paraît que c'est l'usage !

Et Lotte me direz-vous -si, si je compte bien que vous me le disiez, donc je réponds avant même que vous ne m'eussiez posé la question ? Et bien Lotte, elle est là pour faire exploser la vie de Jarle. C'est le détonateur, le candide qui remet tout le monde dans le droit chemin. Tout est tellement prévisible ! On sait en gros en ouvrant le livre comment il finira. Si j'avais mauvais esprit, j'userais des deux adjectifs suivants : caricatural, stéréotypé et téléphoné. Quoi ? J'en ai écrit trois ? Ah, c'est que j'ai encore plus mauvais esprit que je ne pensais.

La magie n'opère pas. Peut-être ai-je perdu l'innocence nécessaire à ce genre de lecture ? Et pourtant, je travaille avec des enfants de cet âge 24h/24h, ce qui devrait me permettre de rester jeune. Qui sourit ? Attention, je prends les noms !

Sélection du Prix des Lecteurs de l'Express.

Commenter cet article

Sandrine(SD49) 03/03/2012 19:03

Je viens de le finir .... en accéléré, j'ai trouvé que c'était très bavard pour pas grand chose, grosse déception

Yv 04/03/2012 08:42



Tout à fait d'accord, ça traîne en longueur pour un résultat décevant



DENIS 27/02/2012 20:05

j'ai lu le premier chapitre et pour l'heure je ne suis pas déçu
il me reste 350 pages à lire (format poche), j'aurai peut-être le même ressenti plus tard...

Yv 28/02/2012 08:57



Le premier est bien, c'est après que ce se gâte !



Mélusine 08/04/2011 17:18


Peut-être que le thème n'était pas très original c'est pour cela que tu a été déçu...


Yv 08/04/2011 17:52



Pas seulement, parce que un thème déjà largement pris peut être intérressant si l'écriture ou le point de vue le sont.



Fransoaz 06/04/2011 10:07


Remplaçons le livre par ton billet qui lui est génial!


Yv 06/04/2011 11:42



Merci, je ne suis pas toujours content des billets que je publie. parfois, je me dis que ce n'est pas terrible, que je n'ai pas assez approfondi. Mais là, sur celui-ci, j'étais content et même un
peu fier de moi !



Flora 04/04/2011 19:21


Personnellement, j'ai bien aimé ce livre, je l'ai lu avec grand plaisir et plusieurs fois il m'a mis la larme à l’oeil alors que cela m'arrive très très très rarement avec un livre ! Mais c'est
vrai, c'est un peu caricatural bien que drôle souvent.


Yv 04/04/2011 20:15



Je n'ai pas été vraimen sensible à l'humour ni au livre d'ailleurs.



Ys 03/04/2011 15:01


Tu travailles 24/24 Yv !? Tu as pourtant l'air détendu sur la photo !


Yv 03/04/2011 17:49



C'est parce que je me ménage. Je travaille longtemps mais pas à un rythme effréné. C'est plus de la course de fond que du sprint !



alain 03/04/2011 11:09


je n'arrive pas à aller jusqu'au bout quand je n'accroche pas


Yv 03/04/2011 11:54



Pour être franc, lorsque j'ai compris que je n'accrichais pas, j'ai survolé la fin assez vite.