Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Cette nuit, je l'ai vue

9782752909695.jpgCette nuit, je l'ai vue, Drago Jancar, Ed. Phébus, 2014 (traduit du slovène par Andrée Lück-Gaye).,

 

1937, Un officier de la cavalerie serbe, très bien noté est chargé par son commandant de donner des cours d'équitation à Véronika Zarnick, la femme de l'un de ses amis. Leur relation est au départ tendue, puis les deux deviennent amants. Il est muté, elle le suit. Puis le quitte et revient vivre avec son mari. En 1944, Veronika et Leo son mari disparaissent mystérieusement. La parole est donnée à des personnes de leur entourage qui éclairent alors leurs personnalités.

 

Un roman polyphonique que je ne comprends pas et qui m'ennuie. C'est long, bavard, le fait de passer d'un narrateur à un autre n'allège absolument pas la narration mais la rallonge par diverses répétitions de situations, de faits ou d'observations. L'auteur y revient sans cesse comme si son lecteur était atteint d'Alzheimer et qu'il fallait lui rappeler à chaque chapitre des bribes de la vie de Véronika et Leo. Ajoutons de longues pages au début sur l'art et la manière de s'occuper d'un cheval, de le monter. Bon, je n'ai rien contre les canassons, pourvu qu'ils ne soient pas dans mes lasagnes, mais je n'ai rien pour non plus, et je ne suis pas cavalier. Pourtant, j'ai essayé de me forcer, je me suis fait violence (pas trop quand même, le masochisme, très peu pour moi), mais je ne réussis point. On n'avance pas, on fait du surplace, et même rendu à la page 100, on n'en sait pas plus qu'au début. J'aurais pu espérer le beau portrait d'une femme libérée pour l'époque, sa perception de la société, l'image qu'elle renvoie aux autres, c'eut été intéressant, mais on saute d'un personnage à un autre et on n'apprend que très peu sur Véronika. Dommage. De même, on aurait pu s'attendre à un contexte historique fort, très présent, on est aux prémices de la seconde guerre mondiale dans une région particulièrement importante en ces années-là, or on en est loin, très loin. Double dommage.

Et puis ce titre ! Quelle horreur ! On dirait un titre de (mauvais) roman de gare ou de mauvais porno -dont le sous-titre serait "Coucou la voilà". Brrr, je fuis... Et pourtant ce roman à reçu le Prix du meilleur Livre étranger (cliquez dessus si vous voulez savoir ce qu'il en est de ce prix assez discret, créé en 1948).  Décidément, je ne suis pas fait pour lire les livres récompensés (sauf si bien sûr l'ouvrage est dans mes goûts, alors dans ce cas uniquement, le Prix est justifié ; sans aucune mauvaise foi de ma part, il va sans dire..., ce que je disais récemment ici.)

Un point de vue très différent chez Itzamna, qui recense d'autres liens

 

rentrée 2014

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 30/12/2014 09:26

Ceci dit, pour un billet publié le 24 décembre, j'ai bien cru que tu avais vu le Père-Noël !

Yv 30/12/2014 13:54



Pas mal, mais selon l'orthographe, j'aurais plutôt vu la Mère Noël



Itzamna (Gaëlle) 27/12/2014 16:03

Bien bien... J'attendais de finir ce livre et mon billet avant de venir lire le tien. Je ne voulais risquer de copier des impressions (j'évite en effet de lire des avis avant de faire mes billets
pour ne pas être influencée). Mais là ! Je ne risquais pas le plagiat ! Parce que j'ai aimé ce livre. Je ne sais pas encore combien je lui donnerai, mais beaucoup plus que toi très certainement !

Yv 27/12/2014 17:24



Comme toi, je ne lis pas les billets avant de rédiger les miens, même si je peux insérer des liens dans mon argumentation après coup sans changer mon point de vue. Là, sur ce coup, on a une
lecture totalement différente de ce livre, pour moi, rien n'est à en retenir...


PS : merci pour ton prénom, 



krol 25/12/2014 16:28

C'est vrai que le titre est digne d'un roman d'amour à l'eau de rose !

Yv 26/12/2014 09:17



Au minimum voire pire...



Aifelle 24/12/2014 16:41

Ah mince, il me tentait et j'avais lu un très bon billet d'une blogueuse.

Yv 26/12/2014 09:15



J'ai ouï dire que d'autres ont aimé (un livre pour le club de lecture de la librairie qui n'a pas pu se réunir en décembre, mais onen parlera en janvier)



keisha 24/12/2014 09:12

Mouais, ça casse quoi... Le syndrome Murakami de 1Q84?

Yv 26/12/2014 09:12



Je n'ai pas lu 1Q84, mais d'autres de Murakami qui m'ont fait effectivement le même effet