Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Capillaria ou le pays des femmes

capillaria.jpgCapillaria ou le pays des femmes, Frigyes Karinthy, La différence, 2014 (traduit par Véronique Charaire, première parution chez le même éditeur en 1976)....

 

Un médecin explorateur fait naufrage, coule et se réveille au fond des mers, affublé d'étranges branchies, étonné de pouvoir y respirer et même parler. Il se trouve dans un monde étonnant dans lequel les femmes, les Ohias vivent en reines, tenant en esclavage de tout petits êtres à tête humaine, les Bullocks, qui de fait, sont de sexe masculin. Notre médecin, Gulliver de son nom, apprend à découvrir ces deux mondes qui cohabitent.

 

 

Frigyes Karinthy  (1887-1938), écrivain hongrois, s'est d'abord fait connaître par ses parodies de Jules Verne, Oscar Wilde, Ibsen, Pirandello ou encore J. Swift comme ici, reprenant notamment le nom de Gulliver. A savoir que Frigyes Karinthy est aussi l'inventeur (en 1929) du concept des six degrés de séparation, cette théorie qui dit que chacun d'entre nous sur la planète, peut être connecté à une autre personne en suivant une chaîne de connaissances  ne contenant pas plus de cinq intermédiaires. (merci Wikipédia, je connaissais la théorie, mais point son inventeur). Théorie qui paraît de plus en plus réelle avec l'éclosion des réseaux sociaux. Frigyes Karinthy est aussi le père de Ferenc Karinthy, auteur de Épépé dont j'ai récemment parlé et réédité chez Zulma.

Mais revenons à Capillaria, court roman écrit en 1925 et son monde sous-marin sorte de monde inversé dans lequel les femmes se comporteraient comme les hommes sur terre ; enfin comme en 1925, parce que de nos jours, aucun homme ne négligerait la Femme ne la cantonnerait dans un rôle quasi exclusif de reproductrice et de mère, ne la frapperait pour qu'elle obéisse, ne la traiterait comme une espèce à part inférieure à l'Homme. Non, de nos jours les femmes ont l'égalité absolue, elles accèdent aux postes les plus hauts dans toutes les sociétés politiques ou religieuses (une femme Présidente ou même Première Ministre -il y en eut une seule en France- c'est forcément pour bientôt-, dans les entreprises où elles trustent les postes à responsabilités, les hommes prenant activement et volontairement leur part de tâches ménagères, d'éducation des enfants...

Mais plutôt que d'ironiser, revenons encore une fois à Capillaria qui est d'une force satirique très actuelle, une sorte de récit intemporel, tant les choses n'ont point beaucoup évolué. C'est aussi plein d'humour et d'ironie, formidablement vif et vivant lorsque Gulliver tente d'expliquer à Opula, la reine des Ohias comment est la vie sur terre et comment là-haut, les hommes règnent sur le monde mais restent finalement soumis aux désirs 

"De la façon décrite, j'ai fait connaître à sa Majesté la situation de la femme en Europe au cours de l'évolution historique. J'ai parlé sans détours de l'oppression regrettable que viennent seulement de dévoiler les chercheurs de notre siècle. Pendant des milliers d'années, les hommes avaient refusé aux femmes les droits dont l'exercice est le devoir le plus sacré de tout citoyen civilisé. Les hommes s'étaient réservé tous les privilèges en invoquant simplement le droit du plus fort qui peut tout se permettre vis-à-vis des plus faibles. Les femmes n'avaient ni le droit de travailler, ni d'étudier. Seuls les hommes pouvaient gagner le pain quotidien à la sueur de leur front, ce qui fatigue le corps et amoindrit la sensibilité de l'âme." (p.54/55)

Un petit bouquin excellent, édité dans la collection Minos, admirablement écrit qui devrait faire partie de ces classiques lus et relus, inoubliables en tous cas.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Theoma 18/07/2014 16:42

Alors là, je veux, et tout de suite !!!

Yv 18/07/2014 16:57



Tu as une librairie près de chez toi, j'espère



Praline 06/07/2014 22:53

Mince, j'ai lu trop vite, j'ai cru que c'était de Ferenc. Le père vaut-il le fils ? Parce qu'Epépée, j'ai adoré !

Yv 07/07/2014 12:14



J'ai préféré Capillaria à Epépé, mais c'est très personnel, une belle famille de déjantés en tous cas



Aifelle 05/07/2014 13:19

Je n'en ai pas entendu parler, me voilà très appâtée par ton billet.

Yv 07/07/2014 12:13



J'avais été intrigué pace que c'est le même nom que l'auteur d'Epépé, normal c'est son père



keisha 05/07/2014 10:17

Ma bibli possède plusieurs titres, mais pas celui ci.
Je découvre comme toi qu'il est l'auteur du concept des six degrés de séparation (fascinante théorie!)

Yv 07/07/2014 12:12



Et oui, une théorie intéressante avérée de nos jours