Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Ça coince ! (2)

 francesca.gifFrancesca, Sara Poole, Éd. MA, 2011

"Rome, été 1492. Dans les entrailles de la ville éternelle, le mal s’est réveillé. Le meurtre brutal d’un alchimiste va déclencher une course désespérée pour mettre au jour un complot visant à éteindre la lumière de la Renaissance pour replonger l’Europe entière dans les ténèbres moyenâgeuses. Déterminée à venger l’assassinat de son père, Francesca Giordano défie toutes les convenances en s’octroyant la charge d’empoisonneuse au service de Rodrigo Borgia, l’homme à la tête de la plus célèbre et la plus dangereuse famille d’Italie. Elle devient la confidente de Lucrèce Borgia et l’amante de César Borgia." (4ème de couverture)

Tentant, n'est-il pas ? Comme la charmante demoiselle sur la couverture peut le laisser penser. Certes, mais bavard et long ! Pas d'intérêt particulier : écriture banale et sobre, dialogues creux. Dommage, Francesca avait l'air un rien mutin mais farouchement indépendant, ce qui, en 1492, est assez rarement des qualités que l'on donne aux femmes.

 

la soeurLa soeur, Sandor Marai, Albin Michel, 2011 

"En 1939, un pianiste hongrois en pleine gloire est brusquement hospitalisé à l'issue d'un concert à Florence, victime d'un mal mystérieux. Il va passer trois mois en proie à de grandes souffrances, dans un état quasi-hallucinatoire parfois, tandis que quatre infirmières, des religieuses à la fois bienveillantes et un peu inquiétantes, lui dispensent l'oubli à coups de morphine. Ce sont ses "rendez-vous chimiques" qu'il attend avec l'impatience d'un amant. Tandis qu'au-dehors la guerre se déchaîne, Z mène à huis clos un combat contre un mal intérieur dont il cherche les causes. Il revisite la relation passionnelle qu'il entretient depuis plusieurs années avec une femme mariée, belle et frigide. Un bonheur qui se nourrissait du manque et du déni. Mais la dépossession de soi qu'engendre la maladie est peut-être le premier pas vers une renaissance." (4ème de couverture)

Autant j'avais aimé Les Braises de Sandor Marai, autant là, je ne réussis pas à m'intéresser à cette histoire, écrite peu après pourtant, dans les années 1940. L'introduction de près de 80 pages est longue et la mise en route ardue. Et puis, après cette entrée en matière décevante pour moi, j'ai eu du mal à passer outre mes premières impressions. Il peut en être ainsi parfois des rencontres avec de grands écrivains, néanmoins, je garde ce bouquin tout près et tout prêt au cas où, un jour de meilleure disposition, je voudrais m'y remettre.

 

mamba boy Black Mamba boy, Nadifa Mohamed, Ed. Phébus, 2011

"Ce premier roman de Nadifa Mohamed débute à Aden, au Yémen, en 1935. Il retrace la vie mouvementée de Jama, un enfant des rues dont le père a disparu peu après la naissance et dont la mère lui jure qu’il est né sous une bonne étoile. À la mort de celle-ci, Jama part à la recherche de son géniteur. Ce périple rendu incandescent par la croyance en une terre promise, lui fait traverser l’Abyssinie, la Somalie, l’Érythrée, le Soudan, l’Égypte et la Palestine. Mais chaque frontière franchie se révèle source de déception. Les décennies passent, les empires coloniaux s’effondrent, le monde change, cependant Jama l’aventurier demeure un laissé-pour-compte, malgré le serpent tatoué sur son bras, le fameux mamba noir. Évocation puissante de contrées en proie à la guerre, mais aussi roman de formation, Black Mamba Boy est une véritable épopée qui nous fait mieux comprendre le destin de cette partie du globe." (note éditeur)

Malgré ce résumé très tentant, je n'ai pas réussi à entrer dans l'histoire, à m'intéresser à Jama et les autres. C'est un peu frustrant, d'autant plus que j'avais très envie de lire ce roman. Mais bon, quand ça ne veut pas, je ne me force pas... tant  pis pour moi !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

BORY CHRISTINE 22/01/2012 19:15

A propos de "Francesca" on me l'a offert "hélas !!!" je me suis ennuyée mais vraiment ennuyée, je ne l'ai même pas terminé. Je retiens seulement la belle couverture de ce livre.

Yv 22/01/2012 20:21



Ça me rassure, je ne suis pas tout seul. A bientôt



Alex-Mot-à-Mots 19/01/2012 16:05

Apparement tu n'es pas le suel pour "Black Mamba boy".

Yv 20/01/2012 08:02



Je crois qu'il a ses adeptes et ceux qui ne réussissent pas à le lire



Aliénor 17/01/2012 18:31

Le Marai était un de mes cadeaux de Noël... on verra si je partage ton avis.

Yv 18/01/2012 22:11



J'espère pour toi que non



krol 15/01/2012 16:18

Passe après rectification du blanc sur blanc, donc je lis bien tes commentaires. Je ne connais aucun de ces auteurs et pour l'instant, je ne tiens pas à les lire, étant donné ce que tu en dis.

Yv 16/01/2012 08:00



De Sandor Marai, je conseille quand même "Les Braises"



Lystig 15/01/2012 15:30

trois... à passer

Yv 16/01/2012 08:00



D'autres lecteurs peuvent y trouver leur compte.



clara 15/01/2012 10:51

je n'arrive pas à lire le blanc... censure ?

Yv 16/01/2012 07:59



Normalement, avec aide de mon grand garçon, c'est réparé !



Aifelle 15/01/2012 10:31

Pareil que Kathel ! et on ne voit que des lignes blanches pour les deux derniers romans.

Yv 15/01/2012 14:14



J'y suis, j'ai réussi pour le premier livre, mais le second résiste



Kathel 15/01/2012 07:35

Aucun de ces livres ne me tentait, ça va ! Sais-tu que tu as écrit en blanc sur blanc ? J'ai réussi à lire en surlignant ! ;-)

Yv 15/01/2012 14:12



Je tente de réparer le problème , mais c'est dur !