Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Ça coince ! (19)

le-printemps-des-enfants-perdus.jpgLe printemps des enfants perdus, Béatrice Egémar, Presses de la cité, 2013..

Paris, 1750, des enfants disparaissent mystérieusement. Lorsque deux enfants de l'entourage de Manon Dupré, charmante parfumeuse très en vogue parmi les artistes et les femmes qui comptent, disparaissent à leur tour, elle décide de mener sa propre enquête. 

Pas mal sur le papier, et puis je déchante assez vite. On sent que Béatrice Egémar a fait des recherches, qu'elle a approfondi son sujet, l'époque dans laquelle elle place son héroïne. Elle a bossé également la parfumerie et l'art de fabriquer les crèmes, parfums et divers produits en vogue à l'époque. Tout est reproduit dans ce roman historico-policier, mais très franchement, rien ne m'y retient. Comment dire sans froisser personne ? Le livre est propret ainsi que Manon, mais elle n'a pas vraiment de stature et l'histoire met beaucoup de temps à décoller. Intéressant, mais pas passionnant. Je me suis sans doute auto-induit en erreur en ouvrant ce livre pour lequel, manifestement, je ne suis pas le public, puisque d'autres l'ont aimé. Oncle Paul reproche un trop grand emploi du mot "joli" : c'est exactement cela, tout doit être joli, propre, rien ne dépasse. "Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil" disait l'excellent Jean Yanne, c'est un peu cela, sauf les méchants bien sûr ! La romance n'est pas loin non plus, qui fleurit au coin des rues de Paris. Madoka a adoré !

 

polars

 

CommentLutter.jpgComment lutter contre le terrorisme islamiste dans la position du missionnaire, Tabish Khair, Éd. Du Sonneur, 2013 (traduit par Antonia Breteuil)..

Le narrateur, athée convaincu, pakistanais, professeur de littérature anglaise à Aarhus au Danemark vit en colocation avec Ravi et Karim, deux Indiens totalement opposés. Karim est un musulman pratiquant, et Ravi un jouisseur.

Me voilà bien embêté parce que Zazy m'a gentiment prêté son livre suite à son billet et que je me suis un peu ennuyé dans cette lecture. Tout débute formidablement, les personnages sont bien décrits en totale opposition tous les trois ce qui amène des explications et des questions. Le ton est alerte, très humoristique : on n'est pas loin de la gaudriole avec un fond moins léger qu'il n'y paraît, puisqu'il y est question de vivre en tant qu'étrangers dans un pays qui ne les accepte pas vraiment. Tout aurait dû me plaire, mais l'auteur tourne en rond, se répète n'avance pas vraiment : au bout de 120 pages on n'en sait pas plus qu'au début. Je me suis un peu forcé pour arriver jusque là, et d'un coup, un midi, en reprenant le bouquin, je n'ai plus réussi à faire l'effort. Trop long, trop dilué et humour un peu répétitif. Manifestement, il est préférable de varier les positions, celle dite du missionnaire est, malgré un plaisir certain, un peu lassante si elle est la seule pratiquée...

Désolé Zazy mais grand merci à toi quand même pour ce prêt. Et si d'aucuns veulent un avis nettement plus positif, eh bien, qu'ils aillent sur ton blog en cliquant sur ton nom !

 

rentrée 2013

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Philisine Cave 01/12/2013 20:39

autant !

Yv 02/12/2013 07:41



précision utile quand on tape trop vite, nos doigts ne nous obéissent pas totalement



Philisine Cave 01/12/2013 20:39

Les deux premières de couverture me font fuir (je sais qu'il ne faut pas s'arrêter à ce menu détail, mais la première impression reste souvent prégnante). Je suis d'autan plus motivée par ce choix
en te lisant ensuite.

Yv 02/12/2013 07:41



c'est un argument que je prends en compte également parfois, associé à d'autres



keisha 01/12/2013 10:40

Là tu sors un bon argument (je suis avec un shérif de l'Arizona, actuellement)Bien sûr je suis conscience que les "ficelles " que je reproche à certains romans régionaux français, ça marche aussi
pour les non français. Mais comme dit ma mère (qui en raffole) "encore la guerre, j'ai sauté les pages".
Jaouen, oui, ça a l'air bon.

Yv 01/12/2013 18:55



Ah ah, je suis ravi que mes arguments fassent mouche 



keisha 01/12/2013 09:15

Hum, la collection Terres de France offre sans doute des pépites, les auteurs peuvent écrire bien et en tout cas s'être bien documentés, mais en règle générale je passe...

Yv 01/12/2013 09:36



J'ai découvert cette collection il n'y a pas très longtemps par de très bons bouquins (H. Jaouen, P. Pélissier, O. Bouhier,  D. Humbert, ...) je pourrais t'en citer plein ; je ne me focalise
pas en général sur l'éditeur ou la collection (même si j'ai quelques préférences) mais plutôt sur le contenu. Cette collection est basée sur le roman (en tout genre) régional, mais en
réfléchissant bien, beaucoup de romans le sont, un personnage qui évilue dans une petite ville perude de l'Oklahoma n'est-il pas au fond un personnage de roman régional ?



Oncle Paul 30/11/2013 15:17

Bonjour Yv
Béatrice EGEMAR a écrit de très nombreux romans pour enfants et il m' a semblé que cet ouvrage s'adressait plus à des ados qu'à des adultes avertis. Mais comme j'aime les romans historiques... tu
comprendras pourquoi j'ai aimé tout en émettant quelques réserves.
Amitiés

Yv 01/12/2013 09:31



Bonjour Paul, oui, j'ai bien lu que tu avais des réserves et je trouve intéressant, surtout quand on n'a pas aimé un livre de mettre un lien vers un lecteur qui a apprécié tout ou partie de ce
roman, pour contrebalancer l'avis négatif. Sauf si c'est vraiment un torchon, ce que n'est pas loin de là, le livre de B. Egemar


Amicalement,



Emma 30/11/2013 12:47

Dommage pour les lectures ratées, cela dit le premier me tente bien, à voir je le note tout de même....

Yv 01/12/2013 09:29



ça arrive parfois de rater des lectures, je m'en remettrai