Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Ça coince ! (17)

rien.gifRien, Emmanuel Venet, Éd. Verdier, 2013..

Un homme et une femme se retrouvent pour fêter leurs vingt ans de mariage dans une chambre de l'hôtel Negresco. Vingt ans de mariage d'érosion des sentiments et des désirs. Après avoir fait l'amour, chacun d'entre eux se laisse aller à la rêverie.

Voilà pour les premières lignes du roman, et puis, on n'accède absolument pas à la rêverie des deux personnes, mais seulement au travail universitaire de l'homme sur Jean-Germain Gaucher, un compositeur de second ordre : sa vie son œuvre. Son œuvre indissociable de sa vie amoureuse et de sa vie d'homme de cabaret louche au début du 20ème siècle. 

C'est un roman très bien écrit, on sent l'exigence littéraire, l'amour des belles phrases et du beau texte, mais ça ne suffit pas pour m'intéresser. Manque sans doute de l'émotion, du souffle, un je-ne-sais-quoi qui ferait que je pourrais m'intéresser à Jean-Germain et aux femmes qui l'entourent. Las, c'est un récit plat, inodore et sans saveur.

Tout le monde ne pense pas comme moi : Libfly.

dialogues croisés

 

soleil.jpgLe soleil à mes pieds, Delphine Bertholon, Lattès, 2013..,

Deux sœurs totalement opposées : le grande, exubérante, nymphomane fascinée par la mort et les cadavres, qui travaille au SAMU parisien et qui dirige la vie de sa sœur, qui la tyrannise, elle, la petite, renfermée, timide et qui s'exclut des relations sociales. Orphelines depuis toutes petites. Depuis 18 ans.

Un peu déçu de ce roman qui ne parvient pas à m'émouvoir : je suis les deux sœurs sans vraiment ressentir quoi que ce soit pour l'une et pour l'autre. Je ne sais si c'est dû à des personnages ou des situations déjà vus ou lus. Sans doute. Ou à une écriture volontairement déstructurée, parfois hachée qui n'apporte pas d'intensité au texte ni d'émotion. Probablement. Ou encore à l'absence de détails tels les prénoms des jeunes femmes, qui sont nommées la grande et la petite. Plausible. Sûrement ces trois raisons simultanément qui font que jamais je n'ai pu m'intéresser vraiment à cette histoire et que, très franchement, je m'y suis ennuyé.

Des lecteurs ont passé un moment plus agréable : Stephie, Clara, sur Babelio et Libfly


 

Ces deux livres entrent dans le challenge rentrée de Sophie Hérisson.


rentrée 2013

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

monpetitchapitre 07/10/2013 13:30

Exactement le même ressenti que toi sur Le soleil à mes pieds, en tous points. Je n'ai pas du tout été émue, ce genre de livre et d'écriture me laisse...perplexe. Merci de me faire sentir moins
seule!

Yv 07/10/2013 16:25



C'est bon de savoir qu'on est épaulé... merci à toi également



dasola 11/09/2013 07:44

Rebonjour Yv, pour le premier roman, je constate que l'histoire se passe dans un milieu social aisé: Le Negresco n'est pas à la portée de toutes les bourses. Donc "Rien" n'est pas grand-chose si je
comprends bien. Bonne journée.

Yv 11/09/2013 08:40



Bien vu. Bonne journée également



Mélopée 10/09/2013 22:15

Eh bien moi c'est le genre d'avis dont je suis friande car il y a foncièrement des livres de la RL dont on pourrait se passer. Pour ma part, aux oubliettes "Manger" de Marie-Odile Beauvais et
"Partition silencieuse" d'Ea Sola.

Yv 11/09/2013 08:36



Certains livres de la rentrée mais aussi de toute l'année sont très largement évitables...



eulimene 09/09/2013 22:42

Le soleil à mes pieds est dans ma PAL ... Ne lire que des avis positifs dessus me donnaient moins envie de le lire, ton avis provoque l'effet inverse ;)

Yv 10/09/2013 21:00



je vois que tu réagis un peu comme moi, l'unanimité me fait reculer



Philisine Cave 09/09/2013 21:43

oh, la boulette ! je suis désolée de te contredire (franchement pour moi, le roman Les onze reste un vrai mystère)

Yv 09/09/2013 22:01



Aucun souci, un livre ne peut pas faire l'unanimité, et heureusement, ce serait si triste alors...



Philisine Cave 09/09/2013 21:35

Pour le premier bouqin chroniqué, j'ai ressenti la même chose avec les onze de Pierre Michon : super bien écrit mais aucune émotion dégagée, rien nada (oui, je me répète). Bonne soirée, Yv.

Yv 09/09/2013 21:38



Alors que moi,,j'ai adoré les Onze, comme quoi les goûts...



keisha 09/09/2013 14:01

Chez Verdier o na parfois de superbes surprises ou des abandons. Mais ça vaut le détour en général, pas du pré mâché!

Yv 09/09/2013 21:37



Exact, je te suis sur ce propos



Sandrine 09/09/2013 13:47

Je suis d'accord avec toi : il ne suffit pas qu'un livre soit bien écrit, il faut qu'il touche. C'est vrai d'ailleurs aussi dans l'autre sens.

Yv 09/09/2013 13:55



J'ai un peu réfléchi pour la fin de ton commentaire, histoire de remettre dans l'ordre et je partage entièrement ton avis



krol 09/09/2013 13:43

Rien !!! Risqué comme titre effectivement... tu ne me donnes pas envie de le lire. Le second titre m'attend sur une étagère. Je verrai si je partage ou non ton avis.

Yv 09/09/2013 13:54



J'ai lu des artciles dans lesquels le lecteur était comme moi dubitatif et d'autres plus enthousiastes pour le second roman



Emma 09/09/2013 11:10

Le premier porte bien son titre apparemment... Et le second ne me tente pas du tout, merci ça en fait toujours deux de moins à lire ;-)

Yv 09/09/2013 12:21



C'est vrai que l'auteur prend un risque à appeler son livre Rien



Alex-Mot-à-Mots 09/09/2013 10:57

Dommage pour le Delphine Bertholon, car c'est un auteur que j'aime bien.

Yv 09/09/2013 12:21



Ce n'est qu'un avis personnel, Clara et Stephie ont aimé par exemple



clara 09/09/2013 08:16

Tu connais mon avis sur celui de Delphine Bertholon !

Yv 09/09/2013 12:20



Oui, oui, j'ai vu que nous étions en désaccord