Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Les brumes du passé

 Les brumes du passé, Leonardo Padura, Ed. Métailié noir, 2006 (348p)
Cuba, été 2003, Mario Conde, dit le Conde, vit en achetant et vendant des livres anciens. Ancien policier -il a démissionné une douzaine d'années plus tôt-, il traque les bonnes affaires des Cubains obligés de vendre leurs livres pour pouvoir manger. C'est en visitant une bibliothèque extraordinaire qu'il va découvrir, des livres précieux, certes, mais aussi une mystérieuse voix de femme qui va littéralement l'envoûter et qui l'amènera à découvrir les bas-fonds de La Havane.
Ce roman commence comme une histoire tranquille et l'on se demande même pourquoi il est qualifié de "noir". Et puis, doucement, l'histoire et les personnages basculent dans le sombre et le policier. Leonardo Padura écrit dans une langue très colorée, haute en couleur. Il utilise beaucoup d'images dans de longues phrases donnant un ton très personnel et très agréable à son style et la sensation de lire un vrai auteur cultivé et documenté. Elles suivent ou impriment la lenteur et la distance nécessaires au Conde pour entrer dans l'histoire et raisonner correctement. Les dialogues ne sont pas en reste et les personnages, aussi bien le Conde, que ses acolytes moins exposés, sont bien décrits et assez forts pour tenir tout au long de cette histoire pleine de rebondissements et de découvertes. L'auteur oscille  habilement entre le roman noir et un livre plus "mélancolique sur la perte des illusions, l'amour des livres, de la culture ..." (4ème de couverture). Il n'est pas exempt non plus du constat de la déchéance de La Havane et de Cuba et de la désillusion des habitants obligés à moult bassesses pour simplement manger et la résignation des gens aimant la culture qui constatent la quasi disparition de celle-ci de cette île qui fut pourtant un terreau fertile pour la musique et l'écriture. En cela, on peut rapprocher Padura des Mankell et autres écrivains de polars ou romans noirs ne se contentant pas de raconter une bonne histoire, mais y ajoutant une réflexion sociétale ou politique ; de quoi lire avec plaisir en s'instruisant !
Je ne connaissais pas Leonardo Padura, ni son personnage Mario Conde, et étais très peu au fait de la vie à Cuba : je lui sais gré de m'avoir un peu ouvert les yeux sur son île natale et j'avoue avoir très envie de retrouver le Conde dans d'autres aventures : je me suis laissé dire d'ailleurs que L. Padura avait écrit d'autres livres avant celui-ci avec comme héros l'inspecteur Mario Conde, du temps où il était encore policier.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

cynic63 11/12/2009 16:30


Il y en a 4 (je crois). Plus aussi "Adios Hemingway" qui met en scène Conde et le grand écrivain américain..j'en ai parlé il y a peu.
Padura était en France en novembre pour des rencontres: il est en plus très sympathique


Yv 13/12/2009 15:10


J'ai donc pas mal de retard en ce qui concerne cet écrivain


Armande 29/07/2009 18:21

C'est un auteur que j'ai envie de découvrir depuis la lecture d'un article élogieux chez Katel. Seulement, le temps me manque ! Mais où passent les journées ?

Yv 29/07/2009 18:47


Eh bien oui, j'ai mis presque une semaine à le finir : malheureusement on ne peut pas lire toute la journée.


Mango 29/07/2009 06:39

Un roman policier sur Cuba, c'est intéressant!

Yv 29/07/2009 18:46


Pas sur Cuba, mais à Cuba, plutôt à La Havane. Et très intéressant et dépaysant.