Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

D'autres vies que la mienne

Publié le par Yv

D'autres vies que la mienne, Emmanuel Carrère, P.O.L, 2009
En vacances au Sri Lanka, et témoin chanceux du tsunami, Emmanuel Carrère écrit sur un jeune couple qui y a perdu sa fille. Il enchaîne en racontant sa belle-sœur qui décède d'un cancer, et l'amitié qu'elle entretenait avec un collègue, juge à Vienne, Etienne, et réchappé lui-même de la même maladie. Il finit ainsi la 4ème de couverture :"Il est question dans ce livre de vie et de mort, de maladie, d'extrême pauvreté, de justice et surtout d'amour. Tout y est vrai."
Je ne peux pas nier le fait qu'Emmanuel Carrère écrive de belle manière ni qu'il semble concerné par les vies des gens qu'il raconte. Seulement, moi, je ne l'ai été que partiellement. J'ai d'abord eu du mal à faire le lien entre le jeune couple qui a perdu sa fille dans le tsunami et la belle famille de l'écrivain. Ensuite, malgré de très belles pages, je n'ai jamais vraiment réussi à être intéressé. Trop de longueurs, de répétitions. A ceux qui trouvent ce livre profond, je dirai que je le trouve plutôt moyen, trop fouillis survolant plusieurs thèmes et finalement n'en approfondissant aucun. Je suis franchement déçu.

Commenter cet article

Isa 02/01/2013 09:07

Bonjour
J'arrive très tard dans cette discussion, deux ans après cette lecture, je reste toujours mitigée ; un sujet difficile, une écriture longue, détaillée qui englobe, accompagne, chérit presque chaque
personnage et puis un détail dérangeant ; la mère du juge a perdu un bébé, mort seul à l'hôpital dans de terribles souffrances et cela tombe comme un couperet, comme un détail sans accompagnement,
sans empathie aucune. Cette femme est abandonnée par l'écrivain et l'écriture. Était-ce donc nécessaire ? Sinon, la lecture a été éprouvante avec des pauses régulières mais je n'ai pas été touchée
; Emmanuel Carrère était trop présent.

Yv 02/01/2013 11:31



Tard peut-être, mais je m'aperçois que tu as eu a peu près la même lecture que moi. A travers ses histoires E. Carrère ne parle que de lui, et comme toi, j'ai eu du mal à faire le lien entyre
tout ce qu'il raconte



attila 01/08/2011 17:07


j'ai lu ce livre il ya 1 an et demi et si j'ai pas aimé la première partie sur le tsunami, j'ai beaucoup aimé la seconde. sans doute ai-je projeté sur le personnage féminin qui meurt ( j'ai oublié
son nom) en laissant des enfants en bas âge ..... blablabla ...
et j'ai franchement pleuré comme une madeleine, à tel point que j'ai du cesser ma lecture dans le train car les autres passagers commencaient à se poser indubitablement des questions.
et c'est pas si courant que ça les livres qui vous tirent les larmes !!!
j'ai beaucoup apprécié les passages sur les juges rouges et le surendettement (juriddiquement bien documenté).
je l'ai beaucoup prêté à des lecteurs de tous horizons et c'est vrai qu'il a fait l'unanimité. Mais je comprends qu'il puisse déranger.


Yv 01/08/2011 17:33



Je ne suis pas dérangé par le propos, je suis déçu parce que l'auteur aborde beaucoup de thèmes sans les approfondir, je suis plutôt frustré.



Asphodèle 14/04/2011 12:01


J'assume aussi ! Même ce qui n'est pas consensuel ou "fashion lit". j'ai remarqué depuis que je bloggue (novembre 2010, c'est récent)qu'il y avait des auteurs systématiquement boudés dans les
critiques (style moi je lis pas Anna Gavalda ou D.Kennedy !! Han trop nul !) alors que beaucoup en lisent en cachette !! Cette hypocrisie me chagrine un peu...Bon je ne peux pas lire de Marc Lévy
ou de Guillaume Musso mais j'en ai lu au moins pour voir avant de juger !!


Yv 14/04/2011 13:23



On peut trouver aussi des gens qui lisent ces auteurs. pour ma part, j'ai lu du Lévy et du Gavalda (pas les deux autres). Bon, voilà, je l'ai fait, ce n'est pas désagréable, mais ce n'est pas
trop ce que je recherche. mais je comprends qu'on puisse les lire et les aimer. Il y en a bien qui aiment Houellebecq ou Angot !



Asphodèle 14/04/2011 10:41


J'arrive 2 ans après la bataille mais comme j'ai ce livre dans ma PAL, ton avis m'intéressait. N'ayant lu aussi que des critiques dithyrambiques !! Je l'aborderai différemment, c'est sûr, j'avais
déjà des doutes car je n'aime pas (a priori) ces récits de catastrophes à la chaîne et de pathos plus ou moins bien digéré...merci de l'avertissement !! ;)


Yv 14/04/2011 11:02



Je suis cependant un peu seul sur ce coup : les avis sont tous très positifs, sauf le mien, mais j'assume.



Mélusine 23/05/2010 20:07


Bonsoir,
Je vois que ce roman a suscité beaucoup de commentaires et je trouve que le partage n'en est que meilleur ! J'ai lu le livre et il a été un coup de coeur pour moi...je vous livre ici mes
impressions :
Un livre bouleversant et remarquablement écrit, avec une justesse étonnante des sentiments et beaucoup d’émotions, sans tomber dans le pathos.
Un livre poignant, qui quelque part dérange et qui remet en place les vraies valeurs de la vie.
Il est question de découverte et d’annonce brutale de la catastrophe et de la maladie, puis de la bataille, de rémission et d’espoir et à nouveau, de souffrance morale et physique puis de mort.

Je le recommande, sincérement...


Yv 23/05/2010 20:21



Il ne m'a pas touché ce livre. Je le trouve malgré son titre, vraiment egocentrique et larmoyant. Je ne pense pas que l'auteur remette en place les valeurs de la vie : il les aborde, mais
n'approfondit rien. Une vraie déception pour moi.



capucine 03/01/2010 23:34


Alors, je ne comprends pas qu'on puisse dire que les thèmes y sont survolés. il ne fait pas ici une thèse sur la mort ou la maladie, mais il s'agit d'un récit. Cela donne surtout l'occasion de
parler des gens, des Gens en général. Il a été le témoin de deux événements particulier qu'il en fait que relater et essaye de transposer au mieux les sentiments de chaque personne, avec émotions
mais sans mélo, c'est terriblement émouvant. Et c'est aussi une manière de parler de lui en faisant parler les autres. Très troublant. Première très belle lecture 2010! bonne année


Yv 04/01/2010 16:58



Ca donne à l'auteur surtout l'occasion de parler de lui et encore de lui en prenant l'alibi du malheur des autres. C'est un procédé que je trouve détestable. Je maintiens aussi que par
l'intermédiaire d'un récit, en oubliant un peu sa petite personne un auteur peut aller au fond des choses. Une vraie déception pour moi !
Bonne année également, que cet écart d'appréciation de ce livre ne nous fâche point !



Marie-Lorraine Martin 10/11/2009 10:42


Bonjour, j'arrive un peu tard dans la bataille Voilà ce que j'ai envie de dire sur ce livre. C'est un sujet poignant, on peut difficilement rester insensible et le message d'E. Carrère me semble
simple (voire simpliste)mais essentiel: la vie est fragile, profitions-en, Carpe Diem. Toutefois, il y a quelque chose que m'a vraiment gênée dans l'affaire, c'est la position de voyeur dans
laquelle me met l'auteur. Je trouve généreuse l'entreprise qui consiste à faire les portraits de personnes disparues pour ceux qui restent mais n'aurait-il pas mieux valu que ce récit reste à ceux
qui en sont les protagonistes? Le propos d'E. Carrère m'intéresse mais il m'aurait davantage touché si il y avait mis plus de distance, s'il était passé par le filtre bienheureux de la fiction.


Yv 10/11/2009 13:49


Il n'est jamais trop tard, surtout pour donner une opinion qui ressemble un peu à la mienne. Je me sentais un peu seul dans ce concert de louanges dithyrambiques parfois à l'égard d'un livre que je
n'ai pas trouvé bon, parce que trop superficiel.


Albertine 03/06/2009 08:05

Difficile de prendre du recul parfois je me laisse emporter par mon enthousiasme du moment !

Yv 03/06/2009 16:34


C'est pareil pour moi. Parfois, en relisant un article, je me dis que j'en ai trop fait, que malgré ses qualités, le livre ne mérite pas forcément un tel enthousiasme. Mais après réflexion, je
laisse l'article tel quel : il reflète mon état d'esprit à la sortie du livre.


Albertine 14/05/2009 11:03

Je ne suis pas du tout d'accord. Effectivement, des longeurs et des pages un peu survolés parfois, mais une plume extraordinaire portée par un discours littéraire et l'influence des plus grands littérateurs. Mon avis sur mon blog

Yv 14/05/2009 15:29



Je sais que je fais figure d'épouvantail pour n'avoir pas aimé, mais je maintiens mes dires quant au survol des sujets que Carrère traite, me semble-il. Quant à sa plume, sans lui enlever
son talent, très évident,  je ne la qualifierais pas d'extraordinaire.



Eliane, Carré d'Art 05/05/2009 12:38

Ca fait un moment que je n'avais fréquenté ton blog. Je suis étonnée que ce livre figure dans tes lectures... une des meilleures ventes du moment ! contagion ? envie de conformisme ? :-) (je plaisante bien entendu !)

Yv 05/05/2009 17:38


Sa lecture m'a été imposée par un comité de lecture pour un prix littéraire dont je parlerai plus tard. Sinon, je crois que je ne l'aurais pas ouvert. D'ailleurs sois rassurée, car mes choix pour
ce jury sont un peu isolés par rapport aux autres jurés. Il n'aiment que très peu ce que j'aime, peut-être que finalement, je ne deviens pas conformiste. Ouf !


Dexter 26/04/2009 20:50

bonjour,
c'est bien la première fois que j'entends un avis mitigé sur ce livre.
ce problème pose aussi des questions sur la relation entre les livres, les médias, des victimes et le public.
nous vivons déjà dans un monde surmédiatisé ou tout repose sur notre rapport émotionnel aux malheurs de ce monde.
il faut se méfier de l'égo démesuré des écrivains, il est capable de vampiriser toute la misère du monde.
J'ai entendu que les victimes dont il est question dans le livre ont remercié Carrere de les avoir mis dans son livre, ils disent que cela les aidera à surmonter leurs problèmes,
tout ceci est très problèmatique, je suis étonné que les critiques ont foncé tête baissée sans s'interroger sur le sens qu'il faut donner à cette affaire.
bàv

Yv 27/04/2009 13:49


Est-ce réellement un problème ? Je n'ai fait que donner mon humble avis sur un livre que je n'ai que très moyennement apprécié. Le fait que toute la critique soit unanime ne me fera pas changer
d'avis (d'ailleurs je ne le savais pas moi qu'elle était unanime la critique !). Maintenant que les victimes aient remercié Carrère et que le livre leur ait fait du bien, tant mieux pour elles. A
moi, il ne m'a rien fait si ce n'est m'ennuyer.


Cécile+de+Quoide9 24/04/2009 22:03

Premier avis mitigé que je lis. Je vais de ce pas faire envoyer le lien de ton message sur le blog de la vipère littéraire où quelqu'un se posait (comme moi d'ailleurs) des questions à propos de l'unanimité autour de ce roman.

Yv 26/04/2009 10:27


Merci pour lr lien et finalement, je suis assez ravi de ne pas faire comme tout le monde et de n'avoir pas aimé ce livre : ça fait parler au moins.


Aifelle 23/04/2009 11:38

Premier avis mitigé que je lis sur ce livre encensé de tous côtés. J'ai de toute façon envie de le lire, je verrai bien de quel côté je penche.

Yv 23/04/2009 19:45


Voilà, je crois que c'est plus sage de procéder comme cela, mon avis ne valant que pour moi.


Aliénor 23/04/2009 11:10

Voilà un avis qui va à contre-courant !

Yv 23/04/2009 19:45


J'en ai bien conscience. Aller à contre courant ne me déplait pas, en général. Ici, je ne l'ai pas fait exprès, je n'ai vraiment pas aimé.


Ys 23/04/2009 08:46

Ah dommage ! Tout ce que j'ai lu d'E. Carrère jusqu'à présent m'a plu et je vais quand même certainement tenter celui-là, on verra bien...

Yv 23/04/2009 09:31


Fais toi ta propre opinion, car j'ai l'impression que la mienne n'est pas partagée.


sylire 22/04/2009 21:56

Le premier avis mitigé que je lis !
J'ai bien l'intention de me faire ma propre opinion de toute façon.

Yv 23/04/2009 09:30


J'avoue me sentir un peu seul, car quasiment tout le monde a aimé. Je trouve qu'E. Carrère survole le sujet de la mort, mais ne s'y attarde pas, préférant en survoler d'autres. Il n'approfondit
rien.