Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Un dieu un animal

 Un dieu un animal, Jérôme Ferrari, Actes sud, 2009
Un jeune homme revient dans son village natal après s'être battu en Irak en tant que mercenaire. Il a perdu là-bas son ami d'enfance qu'il avait entraîné dans cette aventure. Il éprouve d'énormes difficultés à se reconnaître dans son village et à travers ses parents : "il est condamné à affronter parmi les siens une nouvelle forme d'exil." Il tente, pour se sauver, de retrouver la jeune fille qu'il avait rencontrée adolescent, Magalie.
Etonnant récit qui s'adresse au jeune homme à la deuxième personne du singulier, qui parle de Magalie à la troisième personne et qui passe de l'un à l'autre très habilement, sans arrêter le cours des mots et sans que le lecteur ne perde le fil. On suit très bien cet homme dans sa quête d'identité et de Dieu. Pas de chapitres, le récit est ininterrompu pendant les 100 pages du livre.  Magalie est plus ordinaire, si je puis m'exprimer ainsi, mais n'a pas vécu les horreurs de la guerre dans le désert. Néanmoins, elle est un personnage important qui peut sauver l'ex-mercenaire, elle-même en pleine interrogation sur le sens de sa vie.
Ferrari adopte un style très personnel, tout en retenue, en évocation plutôt qu'en description. Un style poétique qui tranche avec le sujet traité.
Je ne cache pas que je me suis un peu ennuyé sur certaines longueurs, notamment lorsque Jérôme Ferrari évoque le prophète Hussein Ibn Mansûr El-Hallaj et la quête divine du héros. J'ai été tenté de les passer assez vite. Par contre nombre de passages excellents voire vraiment jubilatoires et passionnants sauvent l'ensemble du bouquin qui marquera ses lecteurs, moi en particulier. D'une part par la qualité d'écriture et d'autre part par la qualité des personnages décrits et par leur force.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

attila 01/08/2011 17:13


je n'ai pas lu celui-ci mais j'ai été totalement scotchée, fascinée, hypnotisée par "où j'ai laissé mon âme". c'est un livre très puissant. les narrateurs contraignent le lecteur à assister à un
dialogue sourd entre deux ex militaires ayant servi en Algérie. pas de manichéisme ni d'angélisme. ça faisait longtemps que j'avais pas pris une claque comme celle-là.je te le recommande


Yv 01/08/2011 17:34



Un peu pareil pour Un dieu un animal, la narration, l'histoire tout est là pour scotcher le lecteur



Emmanuelle Caminade 11/04/2009 10:38

Personnellement, j'ai trouvé le livre de J. Ferrari très abouti . Et son sujet, le parallèle entre la folie meurtrière de la guerre et la cruauté du monde de l'entreprise ainsi que le regard mystique porté sur cette violence,s'avère plutôt original.
J'ai été très sensible au thème de la dépersonnalisation, de la fusion de l'individu dans le groupe, qui préoccupe visiblement l'auteur.

( J'ai consacré une critique à ce livre sur mon blog)

Yv 11/04/2009 16:01


Je vais aller voir cette critique. merci du passage.


Isa 01/04/2009 16:21

J'ai pas beaucoup accroché. Seul le personnage de Magalie m'a finalement intéressé. Du coup, je ne n'ai même réussi à trouver la motivation pour faire un billet sur mon blog !!!

Yv 01/04/2009 21:50


Dommage, mais c'est  vrai que Ferrari crée un univers très personnel et qu'il faut y entrer.