Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'otage

Publié le par Yv

L'otage, Olav Hergel, Ed. Gaïa polar, 2008
La journaliste Rikke Lyngdal est envoyée en Irak pour couvrir la guerre et l'après Saddam Hussein auxquels les troupes danoises participent aux côtés des troupes étasuniennes. Elle y est enlevée par des terrosistes qui exigent le retrait du Danemark contre sa libération. Lorsqu'elle s'évade et rentre au pays, elle devient une héroïne mondiale. Seulement, quelques doutes naissent au sein d'esprits de journalistes danois. Aurait-elle menti ? Et si oui, pour quelles raisons ?
Difficile de classer ce roman comme un simple polar ; l'intrigue est surtout prétexte pour Olav Hergel à démonter le fameux système danois très envié : petit pays riche, numéro un mondial des pays dans lesquels nous aimerions vivre. Sous ces aspects de pays particulièrement agréable, on y découvre en fait une société en proie à la peur des immigrés, entretenue quotidiennement par un parti d'extrême droite (le Parti du Peuple Danois) qui fait la pluie et le beau temps dans la politique danoise. En effet, fort des intentions de vote en sa faveur, ce parti s'allie avec tel ou tel autre parti de pouvoir : les ambitions personnelles des uns et des autres font le reste. Olav Hergel dresse donc un portrait peu flatteur de son pays, des ses hommes et femmes politiques, mais aussi (et presque, surtout) de ses journalistes. Il maîtrise très bien son sujet  étant lui-même journaliste depuis plus de vingt ans.
J'ai vraiment passé un très bon moment de lecture avec quand même un reproche de taille : Olav Hargel pousse souvent trop son propos : il répète inlassablement ses critiques, constatations. Certes, il est bon que les choses soient dites, mais point trop n'en faut, car, à mon sens, trop rabâchées, elles perdent de leur force. Pour résumer : un bon livre, bien construit, dans un contexte extrêmement intéressant, mais un peu gâché par une critique trop systématique et trop forte à mon goût (mais en passant certains de ces passages, l'ensemble est très bien !)
Livre lu dans le cadre du prix inter C-E. Vous pouvez aussi lire un interview de l'auteur ici.

Commenter cet article

Daniel Fattore 29/12/2008 21:44

Je vais garder la référence en mémoire. Je reviens justement d'un trip au Danemark... A noter que là-bas, les étrangers, ça commence avec les Suédois, ce qui débouche sur des réflexions qui ne manquent pas de piquant.

Yv 30/12/2008 11:02


On sent bien effectivement dans ce bon roman que les Danois sont des gens assez repliés sur eux-mêmes (tout cela pour ne pas dire xénophobes). Pas tous évidemment, mais dans ce polar, Hergel
dénonce cet état de fait et la manipulation des gens par ce fameux parti d'extrême droite danois.


Michel 08/12/2008 22:27

Moins dur que toi, le style collant à l'évolution du récit... un style danois ! tout s'empile comme des Lego !
un polar coup de gueule comme je les aime

Yv 09/12/2008 15:12


D'accord avec toi, mais le coup de gueule est trop appuyé pour moi : plus léger, il aurait gagné en crédibilité, à mon sens. Cela étant, je confirme que c'est un très bon livre.


sylire 08/12/2008 21:27

Cela semble assez différent de ce que l'on trouve habituellement dans le prix.

Yv 09/12/2008 15:11


Ca l'est réellement : plus politique et engagé que ce que j'ai déjà lu pour ce prix. Peut-être l'ouverture à des livres étrangers offre-t-elle cela ? Tant mieux. Vive la diversité !