Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

121 curriculum vitae pour un tombeau

121.jpg121 curriculum vitae pour un tombeau, Pierre Lamalattie, L'Éditeur, 2011

Dans ce roman, Pierre Lamalattie prend à la lettre l'adage "on n'est jamais mieux servi que par soi-même". C'est donc lui le héros de son livre. Il est à la fois, employé à mi-temps du ministère de l'agriculture et d'une école, l'ISV. Dans l'un, le ministère il s'occupe "des restructurations et des plans sociaux dans les industries agroalimentaires. Dans l'autre, "l'Institut supérieur du vivant, autrement dit à l'ISV, [il est] une sorte de conseiller d'orientation pour les étudiants" (p.36). Mais Pierre Lamalattie est aussi peintre dans son autre mi-temps et il a pour projet de monter une exposition de 121 portraits de gens inconnus -du grand public- "sous la forme d'un cycle de curriculum vitae" (p.45), à Brive, non loin de l'endroit où sa mère, gravement malade est venue passé ses derniers instants.

Toutes ses activités amènent l'auteur-narrateur à faire des rencontres et à nous les raconter sur un mode tragi-comique.

On pourrait juger le propos assez vain voire totalement inutile : la vie d'un homme normal, ses rencontres, ses difficultés avec ses collègues, sa mère qui ne va pas bien. Sûrement, mais je n'ai pas lâché mon bouquin. Est-ce le détachement, l'humour de l'auteur qui retiennent ? Ou alors sa narration, dans une langue "mesurée, concentrée, criconspecte" (4ème de couverture) ? Plus probablement les deux ajoutés au fait que P. Lamalattie ne ménage pas ses contemporains, dressant parfois des portraits acides, mais qu'il ne se rate pas non plus.

Une petite explication pour les plus impressionnables : dans le cas présent, le tombeau du titre n'est point mortuaire, mais c'est un genre musical en hommage à un grand musicien ou un ami, ... Une pièce pas forcément  triste qui peut s'écrire du vivant de la personne concernée. "Voilà exactement ce que je voulais faire en peinture : un tombeau des hommes et des femmes de notre temps." (p.46)

121 CV résumés à l'essentiel des gens que rencontre l'auteur émaillent le récit, comme part exemple le sien :

"1- Pierre

Après Soir 3, il s'est endormi durant l'émission intitulée : "Les secrets du plaisir féminin". (p.47)

Ce livre assez linéaire, à part quelques retours en arrière, est donc le récit des rencontres, des pensés d'un homme préparant une exposition : il pourrait être celui du lecteur au jour le jour. Pierre Lamalattie aborde un nombre impressionnant de sujets, comme nous pouvons le faire dans une seule journée, donc a fortiori sur 6 mois ! La peinture bien sûr, avec une critique dure et drôle des impressionnistes et surtout de ceux qui les adulent : "Une peinture sympa, en somme. Évidemment, pas très élaborée sur le plan des registrations, des matières, des sujets, ni de rien, mais sympa... Ils ont inventé la peinture sympa." (p.162)

On a aussi des pages sur l'écologie, sur l'art contemporain, sur un mariage de bobos auquel comme Pierre, j'aurais absolument détesté être, sur les tracas d'un chef de service qui a besoin systématiquement d'une tête de turc pour asseoir son autorité, sur les soi-disants réussites d'hommes partis de rien qui montent une petite entreprise qui grossit jusqu'à devenir une grosse entreprise, puis qui font faillite mais restent toujours arrogants, apportant plus d'importance à leur image, leur réussite professionnelle qu'au désarroi et à la détresse des gens qu'ils licencient.

J'ai adhéré à beaucoup de propos de l'auteur, me suis retrouvé dans certaines situations comme lui à la fois dedans et au dehors, comme si une partie de notre individu était partie prenante et l'autre en observation. J'ai un mot pour ça, parfois, je me qualifie de dilettante mais je ne sais pas si Pierre Lamalattie se retrouverait dans cette définition.

Tout cela pour dire que ce livre un peu fourre-tout m'a beaucoup plu à tel point, que non amateur de gros livre, jamais je n'ai pensé à stopper ma lecture de ces 447 pages, un très bon critère pour moi. J'aurais pu citer encore beaucoup de passages, mais malheureusement trop longs, ainsi que des CV-portraits ; allez, juste un dernier pour la route, pris totalement au hasard :

"49- Orgon

Il a des toilettes sèches, un bac à compost, mange des légumes de saison et filtre son eau de pluie" (p182)

Finalement, la seule chose que je regrette après ma lecture c'est de n'avoir pas pu assister à l'exposition de Brive ; maintenant, j'aimerais bien voir les portraits de Pierre Lamarattie.

Merci Marianne.

PS : j'ai depuis quelques heures le livre des portraits (chez l'Éditeur également) et ma prochaine mission : reprendre le récit avec ce livre pour voir qui est qui. Sans m'étendre sur le sujet qui mériterait plus que trois lignes, je peux dire que les portraits de Pierre Lamalattie ont l'air animés et la petite phrase dessous permet d'en imaginer un peu plus sur la vie de chacun.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

cv gratuit 03/02/2012 12:06

J'aimmeee

Yv 03/02/2012 20:05



On est deux !



lucie 25/01/2012 17:51

oui je pense que cela vaut le coup de les voir de près, le fond est sacrément travaillé, il y a du relief !

Yv 26/01/2012 10:12



Ah zut alors, tu me donnes encore plus de regrets !



lucie 25/01/2012 16:42

j'ai aimé ce roman !! pourtant les peintures ne m'attiraient pas trop, ces huiles me dépriment un peu, mais j'ai beaucoup aimé le propos !!!

Yv 25/01/2012 17:44



j'aurais bien vu de plus près les toiles : elles ont un truc qui les anime !



Géraldine 16/12/2011 21:22

Dis donc, les auteurs que tu chroniques savent choisir leur titre pour attirer l'attention !

Yv 17/12/2011 13:25



Tu crois qu'il sfont cela exprès pour moi ? Quel honneur ! ;)


Ou alors, c'est moi qui suis sensible aux titres étonnants



Alex-mot-à-Mots 13/12/2011 16:25

De belles réflexions en perspective.

Yv 13/12/2011 18:43



Oui, oui pas si mal que cela. Mon article a peu fait recette en terme de commentaires, mais il est à découvrir !



Laeti (histoires-de-livres) 11/12/2011 10:52

Bizarre d'écrire un livre dont on est le "héros". Le sujet bien qu'original ne me tente pas. Dommage!

Yv 12/12/2011 08:47



En fait, c'est son parcours pour arriver jusqu'à son exposition à Brive : plutôt intéressant et assez original.