Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La danse du Vilain

Publié le par Yv

La danse du Vilain, Fiston Mwanza Mujila, Métailié, 2020

Lorsque le Congo s'appelait encore le Zaïre et que le voisin angolais était en guerre civile, ses habitants passaient la frontière pour aller traquer le diamant, oubliant que chez eux il y en avait aussi, sous la protection de Tshiamuena, la Madone des mines de Cafunfu.

A Lumbumbashi, au Zaïre, les conspirations sont légion, le temps est proche du changement de régime politique et de dirigeants. Sanza, jeune homme qui a quitté sa famille est approché par M. Guillaume et sa police secrète. Il y a aussi tous ces enfants des rues à l'avenir incertain, Franz un écrivain autrichien et le Mambo de la fête où tout se finit toujours avec l'inévitable danse du Vilain.

Foisonnant et ensoleillé. Musique omniprésente, personnages tous plus barrés les uns que les autres. Ça part un peu dans tous les sens, aucun destin n'est tout tracé ni linéaire. Chaque anecdote devient un événement et chaque événement peut changer le cours d'une vie, autant pour la faire monter vers les sommets d'un pouvoir que pour plonger dans les abysses. Personne dans le roman de Fiston Mwanza Mujila n'est à l'abri de devenir quelqu'un d'important ni de replonger plus vite qu'il n'est monté.

Dans une région très troublée, le romancier met en scène des personnages qui ne le sont pas moins, qui ont envie de sortir de leur condition de pauvre, de se libérer du poids des liens familiaux, qui y parviennent plus ou moins. Travail précaire et peu payé, alcool, prostitution, guerres, tout cela constitue le fonds du roman, très présent, très fort dans lequel tentent de survivre Sanza, Tshiamuena, tous les chercheurs d'or et autres.  Dans une langue très imagée, parfois très drôle il aborde des thèmes qui ne le sont pas toujours : "Des croyances plus persistantes encore sur l'homme blanc à mi-chemin du cannibalisme hantaient la tête des gens. Les esclaves convoyés dans des embarcations ne rentraient plus jamais. Alors ceux qui tentaient d'expliquer le phénomène conjecturaient que l'homme blanc les sectionnait en morceaux, grillait des bouts qu'il mangeait avec grand appétit. A partir de la viande qui restait, il confectionnait des fromages et, puisqu'il n'entreprenait jamais les choses à moitié, il remplissait des citernes de sang humain à partir duquel il fabriquait du vin de la même couleur." (p.71) C'est assez cocasse de trouver ce retournement de pensée, puisque l'homme blanc a longtemps eu peur de anthropophagie de l'homme noir qu'il venait coloniser et réduire en esclavage.

Fiston Mwanza Mujila est né en République Démocratique du Congo et vit en Autriche. La danse du Vilain est son deuxième roman.

Commenter cet article

Luocine 17/09/2020 06:01

Je ne suis pas certaine de te suivre dans cette lecture. J'ai du mal à me rendre compte si tu as aimé ou pas.

Yv 17/09/2020 07:10

Si j'ai bien aimé, c'est parfois un peu long pour moi, mais c'est une belle découverte