Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Soleil de cendres

Publié le par Yv

Soleil de cendres, Astrid Monet, Agullo, 2020

Marika a longtemps habité à Berlin. Elle a vécu avec Thomas, dramaturge avec lequel elle au eu un enfant Solal. Pour raisons familiales, Marika est retournée en France avec Solal âgé de quelques mois et n'est jamais retournée à Berlin. Sept ans plus tard, elle décide de présenter le père et le fils et retourne donc en Allemagne. Les souvenirs reviennent, pas toujours les plus joyeux. Puis, un séisme coupe la ville en deux, Marika est séparée de Solal resté avec Thomas. La jeune femme n'aura de cesse de retrouver son fils.

Astrid Monet connaît bien Berlin puisqu'elle y a vécu une douzaine d'années. Son roman s'y déroule entièrement, mais dans un Berlin défiguré par un séisme et un nuages de cendres qui se dépose dans le moindre recoin de la ville et sur ses habitants. Pas mal de thèmes sont abordés dans ce roman, deux sont prégnants : l'amour filial, l'attachement d'une mère pour son fils et vice-versa et le dérèglement climatique, ce dernier -avec ses conséquences- jouant le contexte pendant que le premier s'exprime à travers les personnages. Ceux-ci, qu'ils soient principaux comme Marika et Solal ou secondaires sont très réalistes et attachants. Ils ont leurs fêlures, leurs forces et leurs faiblesses, leurs doutes. Astrid Monet décrivant en avance ce qui nous attend sans doute : des températures caniculaires quasi insupportables, un manque d'eau, des conditions de vie difficiles et un avenir pas enthousiasmant, ses personnages ne sont pas très optimistes. Ils se questionnent beaucoup sur leurs actes, sur leurs relations, sur le mal qu'on se fait parfois sans intention. C'est l'apocalypse mais les humains veulent toujours y croire.

Le roman est oppressant tant par le monde qu'il décrit que par l'écriture d'Astrid Monet, intense : tout est dit en un minimum de mots et d'effets. C'est un concentré, pas besoin de lire un roman-catastrophe de cinq ou six cents pages lorsqu'une autrice -j'ai tendance à dire auteure, mais beaucoup d'éditrices et d'autrices disent autrice, comme Agullo, alors, je respecte- peut vous le faire en 200 pages sans superflu ni manque. Phrases plutôt courtes -mais pas toujours-, rythme enlevé, un peu de dialogue pour alléger, Astrid Monet a su construire et écrire un roman d'une densité et d'une force incroyables. Noir, évidemment, la cendre est omniprésente, mais des lueurs parviennent à la transpercer, on les sent, on les lit entre les lignes.

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 30/08/2020 14:37

Ce roman Agullo me tentait à cause de Berlin, mais le côté fin du monde poussière ne me tente pas.

Yv 30/08/2020 16:52

Et pourtant, c'est vraiment bien

Kathel 29/08/2020 16:53

Plutôt tentant, ce premier roman français d'Agullo !

Yv 29/08/2020 17:52

oui, c'est un roman à découvrir

Luocine 28/08/2020 07:36

Moi aussi je préfère auteure à autrice mais cela ne m'empêchera d'aller bets ce roman que tu décris bien.

Yv 28/08/2020 08:40

Il paraîtrait, que jadis, autrice était le terme, peut-être suffit-il de s'y habituer ? Quant au roman, il mérite que l'on prenne le temps de le lire.