Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La marque du père

Publié le par Yv

La marque du père, Emelie Schepp, Harper Collins, 2020

Sam Witell est travailleur social et s'occupe de personnes démunies. Sa femme Félicia est dépressive et leur fils Jonathan attend avec impatience les moments passés avec son père. Un soir, à la fin d'une course express en épicerie, Jonathan l'appelle et lui dit qu'un inconnu est entré dans la maison. Sam rentre en urgence et trouve sa femme morte, allongée sur le sol. Jonathan a disparu. C'est la procureure Jana Berzelius qui dirige les opérations avec en première ligne pour enquêter les policiers Henrik Levin et Mia Bolander.

Quatrième tome de la série Jana Berzelius et premier pour moi. Les bandeaux et l'appellation de "nouvelle star du polar suédois" qui doivent attirer des lecteurs mais qui personnellement me feraient plutôt fuir, annoncent des promesses tenues. J'ai beaucoup aimé et ai eu du mal à sortir du livre pour diverses taches beaucoup moins captivantes. L'originalité du roman est qu'outre Jana Berzelius qui est la figure centrale, deux autres personnages ont des rôles principaux et bénéficient d'un traitement approfondi : les deux enquêteurs. Là où beaucoup de polars font la part belle à un héros et oublient un peu les autres, Emelie Schepp construit une équipe. Jana a une vie particulière, une enfance difficile et violente lorsque les deux flics sont davantage dans la norme ; l'un est marié avec des enfants, tente de concilier vie de famille et travail et y parvient avec l'aide de sa femme et l'autre entame une relation avec un homme plus âgé et riche. Quant à Jana, elle se débat avec les démons de son enfance, surtout lorsque ceux-ci ont visage humain et la contraignent à certains comportements et actes. Elle débute timidement une relation avec son collègue Per et se limite à quelques échanges avec son père adoptif, ancien procureur, personnage trouble au cœur de l'enfance violente de Jana.

Le roman va vite bien que l'enquête piétine. L'intrigue principale est habilement alternée avec une secondaire qui concerne uniquement Jana et qui semble sans issue, ce qui donne un rythme et une ambiance prenants. C'est terriblement addictif, angoissant et ainsi que la suite, je lirais très volontiers les tomes précédents...

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 21/08/2020 12:54

J'attends ton avis sur les tomes précédents, pour les lire dans l'ordre, éventuellement.

Yv 22/08/2020 09:01

Si je les trouve, je n'hésiterai pas

Luocine 19/08/2020 07:08

Les polars, très peu pour moi, même suédois. Pourtant j'aime bien ce que tu dis de celui-là.

Yv 19/08/2020 07:42

Les polars, c'est comme les romans plus classiques, il y en a de tous les genres. Personnellement, je n'aime pas trop les thrillers dans lesquels l'hémoglobine coule à gros flots. J'aime lorsque le polar ou roman policier raconte de beaux personnages et un contexte que je ne connais pas : social, historique, géographique, ...
Parfois, certains livres d’écrivains classés comme romans flirtent avec le policier et l'on pourrait même les inscrire dans ce genre que souvent on réduit trop