Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A l'ombre de la Butte-aux-Coqs

Publié le par Yv

A l'ombre de la Butte-aux-Coqs, Osvalds Zebris, Agullo, (traduit par Nicolas Auzanneau)  2020

Riga, Lettonie, 1906, un an après la révolution dans l'empire russe, la violence est toujours présente : émeutes ouvrières, pogroms, ... L'ombre de la révolution traîne encore et certains s'engagent dans la lutte.

Ce roman débute avec l'enlèvement de trois enfants de parents différents par un homme encore jeune qui les emmène fêter Noël dans un grand hôtel.

Osvalds Zebris est un journaliste et écrivain letton et c'est grâce à lui que son pays entre dans la maison Agullo.

Roman historique qui mêle la grande histoire de l'empire russe à de la fiction et à des anecdotes réelles. Osvalds Zebris prend de la hauteur pour raconter son pays au début du siècle dernier, à la manière d'un historien ; il sait, à la manière d'un journaliste y ajouter des histoires plus locales, moins théoriques et il sait  à la manière d'un écrivain accoler une fiction qui part de l'enlèvement des trois enfants. Il y a le risque de ne pas plaire à ceux qui ne jurent que par l'une ou l'autre des fonctions, mais il y a surtout le risque de passionner tous les lecteurs. J'y ajoute celui d'être très dense et parfois, à force de vouloir dire beaucoup de choses, de perdre un peu le-dit lecteur, moi en l’occurrence. Ce bémol personnel mis à part, ce roman est dépaysant et très instructif. Le contexte est fort, celui d'un petit pays qui voudrait s'affranchir du joug du tsar et tout cela est fort bien dit tant dans les parties historiques que dans les fictives. On sent également chez certains personnages, la peur de l'étranger et des juifs, toujours les premiers à trinquer lorsque ça va mal.

Je le disais c'est un roman dense, formidablement écrit -et donc traduit, enfin j'imagine, je ne parle pas couramment le letton- qui n'oublie pas les descriptions des paysages, du temps, des personnages. Beaucoup de longues phrases et pas mal de dialogues donnent un rythme qui alterne entre moments rapides et d'autres plus lents.

Encore une fois une belle découverte chez Agullo et cette belle couverture...

"Râblé, voûté, le type avance à grandes enjambées depuis la voie de chemin de fer de Dünaburg. Un tête volumineuse penchée de côté, le souffle lourd et irrégulier, il traverse la place de la gare flambant neuve, puis la rue adjacente -la neige dure, tassée par le piétinement continuel des passants, crisse sous ses brodequins bistrés." (p. 11)

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 08/09/2020 16:23

Ce titre de la dernière parution Agullo me tentait bien, mais j'ai eu peur d'être perdu en pays inconnu. A tord.

Yv 08/09/2020 19:38

On peut se perdre, mais c'est un risque à courir.