Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cannibale blues

Publié le par Yv

Cannibale blues, Béatrice Hammer, Ed. d'Avallon, 2020

1984, Philippe Ramou, un jeune français vient enseigner l'économie dans un pays d'Afrique, en coopération. Joseph sera son boy, bien que Ramou tel qu'il est vite appelé, ne souhaite pas avoir de serviteur. Mais Joseph est vite indispensable. Il semble travailler pour la Sureté du pays, surveille les moindres faits et gestes de Ramou. Mais pourquoi ce petit Français sans envergure est-il son sujet d'étude ? Et que cache Joseph ? Et Ramou est-il si falot qu'il paraît ?

Je retrouve Béatrice Hammer après Une baignoire de sang. Cannibale blues a été écrit avant et les toutes récentes éditions d'Avallon, structure associative gérée par des bénévoles, ont décidé de le rééditer. Bonne idée, car cette plongée dans le monde des expatriés sur fond de FrançAfrique est à la fois mordante et drôle. Empli de bonnes intentions et de bons principes d'égalité entre blancs et noirs, Philippe Ramou se confronte vite à la réalité du pays : les blancs y ont les postes les plus en vue, vivent entre eux et se paient les services d'Africains heureux de trouver du travail. Béatrice Hammer met le doigt sur la difficile adéquation entre les belles idées et la réalité. Se passer de serviteur est mal vu. Les payer davantage que les autres attise les jalousies de tous. Et finalement le pli semble vite pris. Sauf que Ramou se prend d'amitié sincère pour son boy Joseph. Comment agir lorsque les bonnes intentions se heurtent à la réalité et à la suffisance des blancs ressentie par les noirs, cette espèce de supériorité qui fait que certains pensent pouvoir apporter une aide nécessaire et indispensable ? La prise de conscience est rude.

Je ne cache pas que certains passages m'ont paru longs et répétitifs : la lente et longue introspection de Ramou sur la fidélité, ses questionnements maintes fois réitérés m'ont contraint à passer quelques pages. Néanmoins, sa maladresse, sa pudibonderie sont touchantes, totalement décalées dans le monde des expatriés dans ce pays. Ce livre fonctionne avec les codes du roman initiatique pour ce jeune homme un peu gauche qui sera transformé à jamais.

La seconde partie est plus vive, plus dynamique. Toujours aussi alerte et pleine d'humour, la plume de l'auteure est là pour souligner telle ou telle contradiction, tel comportement ou attitude. Et si je puis m'exprimer ainsi, tout n'est pas tout blanc ou tout noir dans ce roman, Joseph a un secret, d'autres locaux se jouent des blancs et comptent bien en profiter. C'est plutôt joyeux et enlevé mais le contexte est un questionnement de fond sur les rapports entre Occidentaux et Africains dans les années 80 aux grandes années de la coopération.

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 30/06/2020 11:40

Se jouer des blancs ? Ce roman semble renverses les codes.

Yv 01/07/2020 07:57

Les "ex-colonisés" comptent bien tirer profit du petit blanc qui vient avec de bonne intentions mais aussi tout le passé colonialiste de son pays et les traces et les blessures durables qu'il a laissé