Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Petit-Zob pète les plombs

Publié le par Yv

Petit-Zob pète les plombs, Bernard Nuss, Le verger, 2016

Petit-Zob naît d'une relation incestueuse, d'une mère de 14 ans. Pas déclaré à la naissance, donc pas de prénom juste ce sobriquet censé définir son anatomie, le garçon vit dix ans des pires horreurs à peine descriptibles. La famille entière se vautre dans l'inceste, la débauche, les orgies, l'alcoolisation a plus qu'outrance. Tout petit il sert d'objet sexuel, de punching-ball aux adultes qui peuplent la maison jamais visitée par les forces de police ou les services sociaux.

Strasbourg, 32 années plus tard, un tueur en série met les flics en échec et particulièrement le commissaire Troudunowicz qui vient de se faire voler le poste de commissaire principal par un intrigant notoirement incompétent et con que les différents services de l'état se repassent, le sieur Quémeune de la Hure.

Étrange roman noir qui s'attarde sur les protagonistes qu'il met en scène plus que sur l'enquête. Même si le travail pointilleux est bien montré, il faut une belle part de chance pour que les flics flairent la bonne piste.

Ce qui marque dès les premières pages, c'est le calvaire de Petit-Zob : si avec un tel titre, je croyais entrer dans un roman un peu léger, j'en suis pour mes frais : "A l'arrivée d'Attila, Petit-Zob allait définitivement tomber en enfer? Jusqu'à présent, il était négligé, bousculé, maltraité, il ne sortait jamais, n'avait aucun jouet et aucun contact avec d'autres enfants, ne recevait jamais de cadeau, mangeait les restes des adultes, couchait sur un grabat immonde dans un cagibi infesté de vermines. A 3 ans il avait l'air d'en avoir 2 à peine. Il était battu régulièrement par Émilie et Grand-ma Pan Pan avec le manche d'une énorme cuiller de bois réservée à cet usage. Attila utilisait son ceinturon cloué et, les jours où il était mal luné, une batte de base-ball. Quand il était vraiment très mal luné il concluait la séance par des coups de pieds." (p. 6) Et la suite est pire encore, mais paradoxalement, jamais insoutenable, notamment parce que Bernard Nuss ne s'attarde pas sur les descriptions scabreuses.

Puis il fait un bon dans le temps et s'intéresse à Petit-Zob devenu grand dont on ignore l'identité et aussi aux flics et dans les chapitres consacrés à iceux, le ton est plus léger, l'auteure ironise sur les ambitions politiques de Quémeune de la Hure et sur le personnage en entier, sur les politiques en général. Il s'en donne à cœur joie et on profite bien content de profiter d'un peu d'humour.

Bernard Nuss fait preuve d'originalité en changeant de ton et de style pour ses deux principaux personnages ou point de vue. Ce qui donne à ce roman un ton à part. Comme il a en plus la bonne idée de ne point faire trop long, ça me va tout à fait, mais attention néanmoins à ne pas mettre forcément entre toutes les mains sans avertissement.

Commenter cet article

zazy 07/05/2020 16:31

En l'état actuel des choses, et de l'instant, je fais l'impasse sur ce livre

Yv 07/05/2020 16:49

Dommage

Alex-Mot-à-Mots 07/05/2020 15:27

Ce n'est pas lassant de lire ce prénom qui n'en est pas un à toutes les pages ?

Yv 07/05/2020 16:49

Non, j'ai vraiment bien aimé ce livre

Luocine 05/05/2020 01:17

Quelle horreur que ses enfances brisées à toit jamais.

Yv 05/05/2020 07:17

Oui, c'est d’ailleurs bien dit dans ce roman