Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nue

Publié le par Yv

Nue, Jean-Philippe Toussaint, Minuit, 2013.....

Deux mois se sont passés depuis la dernière rencontre entre le narrateur et Marie. Ils s'étaient revus après leur séparation pour le décès du père de Marie, et son enterrement à l'île d'Elbe qu'ils avaient fui lors d'un grand incendie. Depuis, lui s'est installé dans un petit deux-pièces de la rue des Filles-Saint-Thomas tandis qu'elle gardait l'appartement de la rue de La Vrillière. Deux mois sans se voir, sans se parler mais à penser sans cesse à l'autre, au moins pour lui qui raconte l'histoire. pour Marie, on ne sait pas. Lorsque Marie l'appelle et lui donne rendez-vous dans un café, c'est un peu fébrile qu'il s'y rend.

Quatrième et ultime volet de l'ensemble romanesque Marie Madeleine Marguerite de Montalte, après Faire l'amour, Fuir et La vérité sur Marie. Et comme pour les autres titres, je suis sous le charme de l'écriture de JP Toussaint. Si vous ne voulez pas relire mes trois billets précédents, ce qui, évidemment n'est pas bien, car ils sont vraiment excellents, celui-ci résumera tout le bien que je pense de la série sur Marie mais plus globalement de l’œuvre de l'auteur.

D'abord, c'est superbement écrit, assez simplement, l'art de JP Toussaint n'est pas de trouver des gros ou grands mots pour faire le pédant ou le cultivé, non, son art est de construire de belles phrases -longues-, de beaux paragraphes, de beaux livres -courts- avec un vocabulaire certes étendu mais point abscons. Marie est styliste, le point d'orgue de son défilé est une robe en miel. JP Toussaint raconte le défilé et d'autres choses que l'on connaît, très pratiques, très courantes et l'on visualise aisément sans jamais s'ennuyer aux descriptions de gestes ou actes banals. Et puis, il y a cette histoire d'amour et de rupture avec Marie. Et cette ode à la féminité et à la force de Marie, sa volonté de vivre sa vie comme elle l'entend, son indépendance, sa créativité. Lui, sans être l'amoureux transi de "Ne me quitte pas" de Jacques Brel, ne vit que par le souvenir de Marie, que par sa volonté de la revoir. Le reste du temps, il vit, certes, mais beaucoup moins sereinement.

Que dire de plus si ce n'est que cet ensemble romanesque est excellent ? Si j'insiste, je vais finir dans le dithyrambe, j'aime la sobriété, je stoppe ici cette chronique.

Commenter cet article

zazy 13/02/2020 17:09

Comme toi, je suis sous le charme de l'écrire de P. Toussaint

Yv 13/02/2020 17:14

et ça le fait à tous les coups