Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Colombienne

Publié le par Yv

La Colombienne, Wojciech Chmielarz, Agullo, 2019 (traduit par Erik Veaux).....

Un trafic de drogue entre la Colombie et la Pologne implique des jeunes gens recrutés pour tourner une publicité et manipulés pour passer de la cocaïne aux frontières.

A Varsovie, le corps d'un homme est retrouvé pendu et éventré sur le pont de Gdansk. Deux clochards qui vivent dans le coin ont appelé les secours. A la tête de l'enquête l'inspecteur Jakub Mortka dit Le Kub, de retour à Varsovie, asisté de Anna Suchocka, dite La Sèche (Sucho = sèche en polonais). Leur première mission sera de trouver l'identité du mort, puis, il faudra s'entendre et travailler ensemble, car Le Kub n'est pas simple et La Sèche non plus.

Troisième enquête du Kub et dépaysement polonais. L'inspecteur semble un peu assagi, canalise mieux ses colères et n'en veut plus à sa femme de l'avoir quitté. Il reprend le travail un peu plus tôt que prévu, un bras dans le plâtre, mais cette enquête paraît tortueuse et c'est l'homme de la situation.

La Pologne change en ce début de siècle -l'action se déroule en 2010-, et pas toujours pour le mieux : la drogue envahit les rues, les riches s'enrichissent et les pauvres s’appauvrissent. La société est conservatrice qui a, par exemple, un rapport daté avec l'homosexualité, décrite comme taboue, Wojciech Chmielarz en parle comme on n'en parle plus dans un roman français ou alors dans certains types d'écrits, machistes voire homophobes. Depuis, la Pologne a élu un président très conservateur, Andrzej Duda. Wojciech Chmielarz décrit son pays comme un observateur, il ne prend pas position et ses personnages ont des avis variés qui englobent la société polonaise.

Pour ce qui est de l'enquête, Le Kub avance doucement, aucun indice, aucune piste, le travail de fourmi des policiers devra donc payer. A force de petites avancées, un profil du coupable va se dessiner, et j'ai bien aimé le détail, l'élément anodin qui va relancer l'enquête, faire rebondir les flics et accélérer l'action jusqu'à la fin.

Quatre cents pages qui passent vite, pointilleuses sur l'enquête, qui parlent de la Pologne et s'intéressent aux personnages, à leurs vies, notamment celle du Kub. Je me suis fait une joie de le retrouver et comme un quatrième tome est sorti, mon petit doigt me dit que je vais vous en parler très vite.

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 20/02/2020 14:56

Je suis en plein dans le 4e et je me régale toujours autant. Le personnage de Kochan prend une autre dimension.

Yv 21/02/2020 07:44

Oui, c'est ça qui est bien, aucun personnage n'est figé et puis le reste est bien aussi