Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Poussière tu seras

Publié le par Yv

Poussière tu seras, Sam Millar, Fayard, (traduit par Patrick Raynal), 2009.....

Jack Calvert, ex-flic devenu peintre ne se remet pas du décès accidentel de sa femme un an auparavant. Lors d'une de ses nombreuses et denses cuites, son fils Adrian, adolescent, sort et découvre  dans la forêt de Barton, un os d'apparence humaine à côté d'un corbeau mutilé.

Deux vieux barbiers de la ville Joe et Jeremiah tentent de survivre dans un monde qui les a dépassés, des virtuoses du coupe-choux...

Sam Millar, ancien combattant de l'IRA a passé quelques années en prison, ceci est son roman d'entrée dans le noir. Superbement traduit par Patrick Raynal, il est éprouvant. C'est un vrai coup de poing, littéralement. On est presque groggy en en sortant tant l'ambiance est glauque, ouateuse d'un brouillard qui ne se lèverait jamais, je pourrais dire comateux si tant est que ce qualificatif puisse s'appliquer à un polar. Peu d'espoir, peu de lumière et pourtant, on en voit une sur la couverture, pas naturelle, mais serait-ce l'infime dose qui suffit pour ne pas sombrer dans une déprime totale ? J'exagère un peu, à peine. Ceci étant dit, ce bouquin est du genre qu'on ne lâche pas. Il fait frissonner, et l'on se sent bien sur son canapé ou ailleurs, loin des environs sombres de Belfast.

L'écriture est précise, va au plus court. Sam Millar sait qu'il va toucher et n'en rajoute pas dans le gore, les descriptions morbides et sanguinolentes, il n'en a pas besoin. De courts chapitres qui alternent les narrateurs, un coup Jack et/ou Adrian et un autre Joe et/ou Jeremiah, qui donnent du rythme et permettent de souffler. Je vais peut-être lire un truc un peu plus léger maintenant, histoire de revenir un jour à Sam Millar, parce que le pire, c'est que j'en redemande, et pourtant je n'aime ni me faire peur ni me faire du mal.

Juste la première phrase pour mettre en appétit : "Adrian Calvert fit l'horrible découverte à moins d'un mile de chez lui, à Barton's Forest, dans les environs de Belfast, là où les arbres couverts de neige se tricotaient à l'infini, immenses sous le plafond des nuages." (p. 11)

Commenter cet article

zazy 07/01/2020 13:46

Oh, le vil tentateur est de retour !!!

Yv 07/01/2020 22:44

;)

Jean dewilde 06/01/2020 17:08

Très belle année 2020.
Sam Millar ne fait JAMAIS dans la dentelle mais on l'aime pour ça. Amitiés. Jean.