Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mariages

Publié le par Yv

Mariages, Jacques A. Bertrand, Julliard, 2010.....

Recueil de nouvelles qui parlent toutes de mariages, de rencontres, de vie en commun, de séparations, d'amour. Dix-sept histoires qui jamais ne se répètent bien qu'elles traitent du même sujet, vaste il est vrai, à part la première et l'ultime qui racontent l'éveil de l'auteur à la sensualité. "Ma première maîtresse était blonde, soyeuse, pleine, affectueuse, et ce que j'apercevais de sa poitrine veloutée, lorsqu'elle se penchait sur moi pour m'embrasser, dans un nuage parfumé, n'était rien d'autre que ma conception du paradis. [...] Ma quête de poitrines divines auréolées de sourires extatiques me mit souvent dans l'embarras. Je finis même un jour par me trouver ligoté par les liens du mariage. On ne se méfie jamais assez de l'attrait des cérémonies, des romans de cape et d'épées ou des vies de saints." (p. 11/12)

Jacques A. Bertrand raconte les rencontres amoureuses, les "officielles", les adultérines. Le désir aussi, le sexe, car les corps qu'il décrit s'expriment et, à défaut de toujours exulter, ils vivent, parfois subissent, mais -quasi- toujours aiment.

Comme toujours, le nouvelliste fait preuve de malice, de tendresse, d'une ironie douce et d'une langue sensuelle et belle. Il est fin, délicat et au détour d'une description, hop, la petite vacherie drôle, toujours bien amenée, qui génère le sourire, sachant qu'il est toujours au bord des lèvres et qu'il ne demande qu'à s’exprimer. "Il débarque régulièrement le week-end avec des copains et une nouvelle petite amie. Il se lasse vite de ses petites amies, à moins qu'elles ne se lassent de lui ou de la vie de château du Moyen Age. On a connu une Espagnole charmante, une aristocrate italienne un peu snob. En ce moment, c'est une Anglaise, ce n'est pas interdit." (p. 108)

J'ai envie de plein de jolies épithètes pour qualifier les livres de Jacques A. Bertrand. Lorsque je lis ce que d'autres ont écrit sur lui, je ne peux qu'opiner tant, à chaque fois que j'ouvre un de ses livres, je me régale. Si vous n'aimez pas les nouvelles, essayez les siennes, et si vous voulez un très bon conseil de lecture, de ces livres qui marquent, qui m'a marqué, lisez Le pas du loup. Jérôme Garcin (cité en revers de couverture) finit son propos pas deux mots auxquels je souscris : "Quelle classe !"

Commenter cet article