Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

En moi le venin

Publié le par Yv

En moi le venin, Philippe Hauret, Jigal polar, 2019.....

Franck Mattis, ex-flic revient dans sa ville natale pour la mort de sa mère. Il y retrouve d'anciens amis de lycée qu'il avait perdus de vue. Ben, informaticien solitaire. Valéry, patron d'une boîte de nuit et accessoirement proxénète. Esther, une ancienne petite amie, toujours aussi belle et désormais chargée de communication d'un candidat à la mairie, proche des idées nationalistes, Maxence. D'autres personnages entrent en scène : Warren l'amant incontrôlable de Valéry, Cécile la secrétaire de Maxence, Chana une des prostituées travaillant dans le bar ou Moe l'impressionnant homme de main et homme à tout faire de Valéry.

De livre en livre Philippe Hauret s'affirme comme un auteur de roman noir sûr. Son premier m'avait laissé dubitatif (Je vis, je meurs), les deux autres m'avaient davantage agréé (Que Dieu me pardonne et Je suis un guépard). Franchement, là, son En moi le venin est excellent. Tous les ingrédients sont réunis en son sein pour un résultat très convaincant. Une ville de banlieue -ou de province- dirigée par un maire depuis vingt ans, un type qui ne cherche qu'à garder sa place grâce à un immobilisme qui ne sied plus aux habitants ; iceux en proie aux difficultés de la vie : chômage, divorces, fins de mois qui arrivent de plus en pus tôt, jeunes à la dérive, drogue, alcool, ... Un ambitieux, Maxence le candidat à la mairie, qui promet en sachant qu'il ne pourra pas faire la moitié de ce qu'il avance, dans l'air du temps, malheureusement : "Les gens avaient toujours tendance à glorifier les forts en gueule et les mystificateurs. Il fallait promettre plus de travail et moins d'allocations, plus de profit et moins de taxes, plus de sécurité et moins de tolérance. Les opinions populistes gagnaient du terrain partout en Europe, une aubaine pour les candidats aux idées courtes." (p. 66) Un patron de bar qui rêve de régner sur le monde de la nuit de la ville. Une chargée de communication ambitieuse et un pauvre mec, ex-flic, paumé, qui revient pour cause de deuil.

C'est noir, très noir et il faut bien chercher les quelques lueurs d'espoir. C'est également un roman qu'on ne lâche pas, l'ambiance est glauque, sombre, désespérée. Elle m'a happé de bout en bout. Un roman qui pourrait bien, comme moi, vous tenir éveillé tard juste pour ne pas avoir à le refermer avant sa dernière page.

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 23/10/2019 13:40

C'est pas un peu noir, tout ça ?!

Yv 24/10/2019 13:31

si très très noir