Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Broyé

Publié le par Yv

Broyé, Cédric Cham, Jigal polar, 2019.....

Christo travaille dans une casse dans un village loin de tout. Christo est un solitaire dont on devine que la vie a été particulièrement difficile et violente. Il lutte chaque jour pour contenir cette violence. Un jour, il croise Salomé, serveuse au bar du village, Salomé qui cherche à s'éloigner de son beau-père aux mains baladeuses, qui cherche également à faire de nouvelles rencontres. Christo l'intrigue.

Dans un autre espace, il y a Mathias, jeune homme en fuite qui se retrouve dans une cage, élevé comme un chien de combat, dressé. Pourquoi lui ? Pour quoi faire ?

Cédric Cham, je l'ai déjà rencontré dans son précédent roman, Le fruit de mes entrailles, un roman noir, très noir. Je pensais qu'il avait atteint les limites de cette couleur, mais je me trompais tant Broyé est encore plus noir. Pour Le fruit de mes entrailles, je parlais de l'outrenoir de Soulages, pour celui-ci, je parlerais plus volontiers du Vantablack utilisé exclusivement par Kapoor en peinture. 

Cédric Cham parle de l'enfermement physique mais aussi de l'enfermement psychique lorsqu'une personne est contrainte par une autre. La violence des mots est parfois plus forte que cette des actes. Christo a subi les deux et s'efforce de ne pas reproduire. Mais comment vivre "normalement" lorsque toutes les années précédentes ne furent que violences subies, puis infligées et toujours subies. La résilience, ce n'est pas aisé lorsque les coups et les insultes pleuvaient 24h/24. "Quant au passé, même si des fragments perçaient parfois la surface, à quoi bon s'étendre dessus ? Se souvenir, en parler, revenait à triturer le couteau dans la plaie. A se remémorer ce qu'ils avaient été et donc ce qu'ils étaient devenus. Voire ce qu'ils ne seraient plus. Jamais. Et puis, reconnaître le passé conduisait à prendre conscience du présent. Et donc à devoir affronter le futur. Ou plutôt l'absence de futur. Comment vivre sans but, sans possibilité de lendemain ?" (p.196)

Comment lier connaissance, nouer des relations dans ces conditions ? Comment garder sa part d'humanité ? Tout cela est abordé par l'auteur, parfois directement, parfois entre les lignes dans une écriture qui claque comme des coups. Le style est âpre. Sec. Violent. A l'os comme m'a dit quelqu'un un jour. Pas de fioriture, Cédric Cham va au plus profond sans détour. Un roman noir et dur qui ne laisse pas indemne. On frissonne encore une fois refermé en repensant à tout ce qu'on y a lu.

Je ne lirai pas tous les jours de livres de la sorte, pour mon confort et ma santé mentale -enfin, ce qu'il en reste- mais là, j'en suis encore tout chose, à tel point que, même pas sous la contrainte, j'en fais l'un de mes coups de coeur.

Commenter cet article

Antigone 11/08/2019 09:23

Outch ! Le genre de roman noir qui marque durablement on dirait... Merci pour ton coup de coeur, le lien est pris !

Yv 12/08/2019 08:43

C'est un bouquin qui remue

Mimi 14/06/2019 16:42

Coup de coeur pour un polar ultra noir ?! Tu es sûr de n’avoir pas eu le couteau sous la gorge :0)) Allez même pas peur (quoique), je le note.

Yv 17/06/2019 06:59

C'est sûr que tu as peur d'en dire du mal, tu mesures les conséquences... ;)