Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La folle de la rue Guyale

Publié le par Yv

La folle de la rue Guyale, Michel Bouvier Pôle Nord-Gilles Guillon, 2019.....

Boulogne, 1901, le corps de Jules Coqueret, directeur de la fabrique de plumes, homme bon et apprécié de tous, est découvert au coin d'une rue. Le commissaire Riqueval est sur les lieux, bien décidé à confondre l'assassin. Mais il aura fort à faire entre ses préoccupations familiales -sa fille Sophie veut aller étudier la peinture à Paris-, une veuve abattue, des tables qui tournent, de mystérieuses pièces d'or russes qui circulent, une vieille folle qui prétend savoir qui a tué. Son flegme sera mis à l'épreuve.

Michel Bouvier, je le lis depuis Lambersart-sur-Deuil, paru en 2012 et dernièrement dans L'émasculé du Cran-aux-Œufs , lui aussi chez Pôle Nord, et à chaque fois, je me régale avec son écriture. Cette fois-ci encore, avec ce roman policier édité dans la collection Belle époque, qui est un délice pour les oreilles si l'on lit à voix haute et globalement pour tout le corps et l'esprit. Si j'ôte de mes louanges une double faute (pléonasme p.26 "... les histoires qui vont s'avérer vraies" et oxymore p.289 "... la seule piste que nous avions s'avère fausse."), le reste est succulent. Un roman policier littéraire qui enchaîne les tournures certes parfois désuètes, mais qui collent à l'époque décrite, les imparfaits du subjonctifs qui coulent exquisément, les dialogues et réparties tout en finesse, comme la première rencontre avec la sœur de la veuve :

"- Votre beau-frère était un homme unanimement estimé. N'auriez-vous pas, cependant, pu remarquer quelque chose de moins admirable en lui ? Une faiblesse cachée qui pourrait nous conduire à comprendre que quelqu'un eût pu lui en vouloir jusqu'à souhaiter sa mort ?

- Il y a du mystère en chacun de nous. Mais de ce mystère, c'est justement ce dont les plus proches ne savent souvent rien, sinon, serait-ce un mystère ?" (p.90)

Ah, je me pâme, je me régale, de lire un roman policier à contre courant, qui fait de cette si jolie langue son attrait principal. Et là de me dire que je n'ai parlé que de la belle écriture de Michel Bouvier et point de son intrigue, de son histoire, que dis-je de ses histoires tant il en mêle, pour, là aussi, notre plus grande joie. Sous son air bonhomme, le commissaire Riqueval est une fine mouche qui saura délier les fils parfois très emmêlés des événements, des confessions des uns et des autres. C'est également un homme de son temps qui se pose des questions très actuelles sur la condition féminine, sur la place des femmes dans la société et celle des hommes dans l'éducation des enfants, des filles notamment puisqu'il en a trois avec Albertine. 

Bath roman dans une chouette livrée orangée. Beau travail de cet éditeur nordiste, Pôle Nord-Gilles Guillon.

Commenter cet article

Patrick S. VAST 21/04/2019 11:34

Un bel exemple de ce que j'aime appeler, "le polar alternatif".

Yv 21/04/2019 11:43

Pas mal, à l'occasion, je reprendrai le terme (en vous citant bien sûr)