Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Deuxième mi-temps

Publié le par Yv

Deuxième mi-temps, Hugues Serraf, Intervalles, 2019...,

Cinquantenaire célibataire -divorcé- chauve, le héros de Deuxième mi-temps, vient s'installer à Marseille. Il a lâché sa profession de journaliste pour tenter celle d'écrivain et à lâché Paris pour Marseille pour profiter du soleil, du rythme plus lent qui siéra davantage à ses nouvelles occupations. Actuellement attelé à l'écriture d'un roman policier décalé, il espère écrire juste après son chef d'oeuvre. Mais en attendant, il profite de la vie avec ses copains et les femmes qu'il rencontre.

"Je m'habille comme un plouc. C'est mon style, où plutôt mon absence de style, mais il faut tout de même que je me méfie de ne pas trop me laisser aller. [...] A l'occasion, installé à la terrasse de mon PMU, pas rasé depuis trois jours et avec un T-shirt fripé sur le dos, je me dis que je m'intègre un poil trop bien au paysage et qu'il faudrait que je fasse un effort si je ne veux pas finir en bas de jogging Adidas et en claquettes de piscine Sergio Tacchini, avec cette petite sacoche en bandoulière pour le téléphone portable, les clés de la voiture et le portefeuille que les Marseillais affectionnent." (p.47)

Comme cet extrait le laisse penser, ce roman est plutôt léger et drôle. Hugues Serraf fait preuve de pas mal d'ironie, se moque gentiment de son double littéraire qui lui-même fait preuve d'auto-dérision. Evidemment, s'il n'y avait que cela ce serait un peu facile et vain. C'est pourquoi ces pages humoristiques parlent aussi de la seconde moitié de la vie d'un homme, de l'accès à ses envies et désirs les plus forts : vivre de ses livres, la liberté que procure une vie d'écrivain et une vie de célibataire mais aussi les contraintes et la solitude. Les compromis à faire comme écrire un polar à la fin ouverte pour se ménager une rémunération s'il se vend bien avec une série, alors que l'écrivain écrit plus aisément "une histoire d'amour de quinqua chauve qui tourne mal, ce qui est tout de même plus original." (p.112), mais qui se vend moins.

Pas d'apitoiement ni d'auto-flagellation, le tout est, comme je l'écrivais plus haut, léger et enlevé. Un roman très agréable, dans la veine du précédent de Hugues Serraf : Comment j'ai perdu ma femme à cause du Tai Chi, mais encore mieux, plus maîtrisé. Et puis, malgré le titre, "Deuxième mi-temps [...] ne parle surtout pas de foot." (4ème de couverture), ce qui, à Marseille est presque un exploit, et à mes yeux une qualité indéniable.

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 04/04/2019 13:47

Ca ne parle pas de foot ? Tant mieux !

Yv 05/04/2019 09:25

;)