Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'aigle des tourbières

Publié le par Yv

L'aigle des tourbières, Gérard Coquet, Jigal polar, 2019....

Albanie 1981, Susan Guivarch, accompagnée de son fils Bobby, 12 ans est à deux doigts d'avoir un rendez-vous avec Enver Hoxha, le dictateur albanais, mais elle est contrainte de quitter le pays dans des conditions précipitées et terribles. 

Clifden, Irlande, 2015, Ciara McMurphy, flicque, mène sa vie tranquillement et gère des affaires courantes et banales avec son collègue Bryan Doyle. Mais l'Albanie et son Kanun, la loi du sang ancestrale qui multiplie vengeances, meurtres et violences débarquent en plein coeur de cette région paisible du Connemara et de la vie de Ciara.

Un polar qui a dès ses début ce genre de phrase : "La pièce possédait le charme discret d'un bloc opératoire vide. " (p.14) ne peut pas être mauvais. Gérard Coquet met dans le sien tout ce qu'il faut pour alpaguer son lecteur et ne plus le lâcher. Une introduction dans l'Albanie des années 80 assez longue et nécessaire pour bien comprendre toute l'intrigue, qui, justement, bien que dense, multiple et parfois ardue à saisir tient tout le bouquin. L'auteur n'épargne pas les rappels, les topos des flics, bienvenus pour ne pas perdre le fil. C'est très bien fait et vraiment maîtrisé, sans cela, je m'y serais perdu rapidement. Et non, je n'en dirai pas plus, d'une part parce que l'intrigue principale n'est pas facile à résumer sans perdre son intérêt et d'autre part je préfère laisser le suspense.

Un autre atout de ce polar est représenté par les personnages, Ciara en tête, atypique, une flicque au langage familier qui collabore avec Bryan Doyle, qui lui, use d'une lange châtiée et se permet des réparties chiadées qui tranchent avec sa collègue, apportent de l'humour et parfois même un peu de légèreté. Le duo fonctionne bien entre le scientifique qui ne peut s'empêcher d'envisager toutes les hypothèses et l'instinctive qui a des fulgurances qui ne préviennent pas. 

Ensuite, il y a les deux pays : l'Albanie d'abord, ses paysages, pas toujours exceptionnels, surtout en 1981, ses habitants qui vivent sous une double dictature : celle d'Hoxha et celle du Kanun. Puis il y a aussi l'Irlande, son climat froid et humide, ses pubs bondés où la Guiness coule généreusement, ses paysages pas toujours accueillants et exigeants avec les Irlandais, iceux des gens hauts en couleur.

Le tout bien mélangé forme un polar humide, râpeux, malté -bière ou whiskey-, parfois violent, dur, fortement ancré dans une réalité internationale, instructif, ... bref, un excellent polar, tout simplement.

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 25/03/2019 11:36

Unir ses deux pays dans un roman est déjà un tour de force.

Yv 25/03/2019 18:56

Oui, c'est déjà une contrainte pas évidente.