Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ma reine

Publié le par Yv

Ma reine, Jean-Baptiste Andrea, Folio, 2019 (L'iconoclaste, 2017)....,

Shell, c'est un peu l'idiot du village. Il a 12 ans en ce début d'été 1965. Il grandit entre son père et sa mère qui tiennent une station service qui vivote dans la vallée, loin des grandes villes. Shell, c'est comme ça qu'on l'appelle à cause du blouson qu'il arbore fièrement lorsqu'il fait le plein aux rares voitures qui s'arrêtent. Lorsque ses parents et sa sœur beaucoup plus âgée que lui décident qu'il sera mieux en institution spécialisée, Shell s'enfuit dans la montagne. C'est là qu'il fait la connaissance de Viviane. Sa reine.

Chronique pré-adolescente vue à travers les yeux d'un jeune garçon hors la norme qui voudrait que chacun entre dans un moule éducatif et d'apprentissages. Shell est différent : pas intellectuel, ne sachant pas lire, peu doué pour les études, mais assez débrouillard dès lors qu'il s'intéresse. A 12 ans, il subit déjà et depuis longtemps les quolibets, les moqueries et les coups. A l'école, mais aussi à la maison où son père ne manque jamais de le rabaisser. Aussi lorsqu'il quitte la station, on sent bien que tout ne se déroulera pas bien pour lui, et sa rencontre avec Viviane, sa reine, à laquelle, il se dévouera totalement, risque bien de l'emmener loin de sa zone de sécurité.

C'est bien écrit, très agréable à lire, et pourtant je ne suis pas amateur des romans écrits du point de vue des enfants, qui parfois cachent ainsi des faiblesses et des maladresses. Ce n'est pas le cas ici, et Jean-Baptiste Andrea ne s'embourbe pas dans le piège de la facilité. Il fait évoluer son personnage pendant cet été, par ses rencontres, sa solitude, les paysages superbes qui se prêtent à l'introspection, aux questionnements, car même si Shell est l'idiot du village, il se pose pas mal de questions, les mêmes que chacun d'entre nous au même âge, mais sans doute d'une manière différente. Le romancier tire souvent des sourires, par des formules, la candeur de son héros ou des trouvailles : "Parmi les missions qui m'étaient confiées, je devais remettre du papier toilette dans le réduit marqué C -le W était tombé et on ne l'avait jamais remis quand on avait constaté qu'il faisait un excellent dessous-de-plat." (p.17)

Franchement, j'ai hésité avant d'ouvrir ce livre, parce qu'a priori, ce n'est pas trop mon style, mais je ne regrette pas du tout. Une très belle histoire, des beaux personnages et de superbes paysages, que vouloir de plus ? Un peu plus d'infos sur le site de l'éditeur : Folio.

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 09/02/2019 09:26

Une lecture qui m'a laissé un goût de trop peu.

Yv 09/02/2019 17:23

je l'ai prise simplement, sans en attendre quoi que ce soit, d'où sans doute, cette chronique positive

zazy 08/02/2019 20:20

Avis plus mitigé pour moi

Yv 09/02/2019 17:21

j'irai voir

Kathel 08/02/2019 08:14

Je devrais peut-être revoir les a priori qui m'ont poussée à ne pas ouvrir ce livre, alors...

Yv 08/02/2019 17:02

peut-être, si ce sont les mêmes que les miens

manou 07/02/2019 07:12

Comme toi j'avais hésité et je l'ai beaucoup aimé...un roman tout en pudeur dans lequel on entre par petites touches

Yv 07/02/2019 07:46

C'est exactement cela