Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémé

Publié le par Yv

Mémé, Philippe Torreton, L'iconoclaste, 2013....,

Philippe Torreton a passé beaucoup de temps avec et chez sa grand-mère qu'il appelle Mémé. Une grand-mère à l'ancienne, née en 1914, qui a passé toute sa vie dans sa ferme normande, loin des villes. Mariée, divorcée, remariée, veuve, elle a élevé des enfants, a passé du temps avec ses petits-enfants, a continué à travailler dur à la ferme. Pas d'effusions, de grandes embrassades, ce n'est pas le genre, mais tout est dit dans un geste, un regard. C'est de là que viennent les racines terriennes de l'acteur, ses origines modestes et son goût des choses simples, même s'il dit bien que maintenant, nous sommes et il est, loin de ce mode de vie à la dure où rien n'est gâché, rien n'est perdu, tout est économisé, utilisé jusqu'au bout. Une grand-mère qui serait taxée aujourd'hui de locavore, d'écolo, de radine, voire de bobo si elle habitait les beaux quartiers... Parce que de nos jours, vivre comme le faisaient nos grands-parents, c'est tendance.

Le portrait de Mémé est d'une tendresse infinie, d'un profond respect et d'un grand amour pour celle qui a marqué l'enfant, le jeune homme puis l'homme et qui ne le quittera jamais. Les mots sont justes, parfois durs ou crus, mais jamais déplacés. Beaucoup de pudeur, Philippe Torreton se dévoile et dévoile sa Mémé sans trop en montrer. On lit tout ce qu'elle lui a transmis, tout ce qu'il a voulu lui donner, tout le manque depuis qu'elle est morte. Et pourtant, Mémé était une femme simple, pas de ces héroïnes dont on parle partout. 

J'ai beaucoup aimé ce texte de bout en bout et les dernières pages, lorsque Philippe Torreton autorise sa Mémé à mourir, sont absolument magnifiques. Simples, fortes et tellement belles. Rien à dire de plus si ce n'est de lire Mémé si ce n'est pas encore fait. Merci à Nathalie, qui se reconnaîtra -j'espère- qui m'a fortement conseillé cette lecture lorsque j'étais en plein dans Jacques à la guerre du même auteur.

Commenter cet article

Emma 18/01/2019 14:37

J'ai beaucoup aimé aussi ce petit livre plein de tendresse et très émouvant.

Yv 19/01/2019 07:15

C'est cela, exactement

Alex-Mot-à-Mots 08/01/2019 12:47

Malgré ton enthousiasme, cette lecture ne me tente pas.

Yv 09/01/2019 07:50

je comprends, c'est un genre qui peut ne pas attirer

Autist Reading 07/01/2019 19:06

J'ai pris le chemin en sens inverse de toi. J'avais piqué Mémé à ma mère, par curiosité, et j'avais beaucoup apprécié. Du coup, j'ai glissé Jacques à la guerre dans ma liseuse, que je devrais lire cette année.

Yv 08/01/2019 08:31

Très différent, ce Jacques à la guerre, mais j'ai beaucoup aimé aussi

zazy 07/01/2019 14:43

Mémé, un mot que j'aime entendre dans la bouche de mes petits-enfants car oui, nous nous faisons appeler mémé et pépé parce que, nous ne sentons pas du tout mamie et papy.Peut-être lirai-je ce livre un jour

Yv 08/01/2019 08:30

Eh bien Mémé, ce titre est donc pour toi

Violette 06/01/2019 19:02

J'ai lu un billet moins élogieux que le tien mais je te fais confiance:) et j'ai bien le type! Bonne année!

Yv 07/01/2019 10:28

J'imagine que ça ne plaît pas à tous, mais c'est vraiment un très beau livre

sylire 06/01/2019 17:13

Ce livre est dans ma PAL, offert par une amie. Je ne devrais pas tarder à le lire. J'ai eu ce genre de mémé, moi aussi.

Yv 06/01/2019 17:40

Alors il te plaira, je l'ai lu sur le conseil d'une personne ayant eu une Mémé du genre également

Aifelle 06/01/2019 13:43

J'ai assisté à une rencontre avec l'auteur à la sortie de ce livre (du suivant aussi d'ailleurs). J'habite à Rouen, il y avait des gens dans l'assistance qui l'avaient connu petit, ça a donné une rencontre particulièrement émouvante. Et authentique.

Yv 06/01/2019 17:41

C'est l'impression que me fait cet homme, l’authenticité, à travers ses films, ses rôles et ses livres