Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tête en l'air

Publié le par Yv

Tête en l'air, Richard Gaitet, Paulsen, 2018...,

Motivé pour être le premier écrivain dans l'espace, projet qu'il explique aux éditrices de Paulsen, Richard Gaitet se voit proposer plutôt d'être le premier à écrire un livre sur le mont Blanc du point de vue d'un novice. Son guide sera René Ghilini, un alpiniste réputé, chasseur de cristaux. C'est l'histoire de la préparation à cette ascension que Richard Gaitet raconte, puis en apothéose, cette fameuse montée jusqu'au sommet.

Génialement sous-titré par une longue phrase qui résume fond et forme : "Récit authentique et déséquilibré d'une ascension du mont Blanc par un blanc-bec à lunettes inexpérimenté qui, au cours de son voyage, réapprit à marcher.", ce livre est aussi l'occasion pour Richard Gaitet d'en appeler aux écrivains majeurs qui ont écrit sur les grands espaces, la montagne, les voyages, les sensations fortes et aux pionniers de l'alpinisme, à ceux qui ont découvert le mont Blanc et d'autres sommets. Très documenté et très drôle l'histoire de la préparation de ce "sportif proche de zéro, bigleux comme pas deux, finaliste annuel des championnats du monde des empotés, fêtard gourmand doté d'un charmant petit ventre à bière, descendant d'une longue lignée de cardiaques et intello poli du 20e arrondissement de Paris" (p.13)

Le décor planté, je dois dire que j'ai apprécié ma lecture bien que je sois très loin de la montagne, que je n'y sois allé qu'à de très rares occasions et que l'exploit sportif est aussi loin de moi qu'un saucisson pur porc d'un musulman (très) pratiquant. Ma relation avec le sport est conflictuelle, je ne l'aime pas et il me le rend bien.

Le plus de ce livre par rapport à tout autre, c'est évidemment le ton, entre le sérieux de la préparation et la fanfaronnade quasi permanente. Et puis un peu de lyrisme dans les descriptions des paysages et dans la fin lorsque l'objectif est atteint, sans doute le manque d'oxygène, le fameux mal des montagnes qui touche le romancier-alpiniste bien qu'il soutienne ne pas en avoir souffert, mais nous à le lire, on le ressent bien, ou alors c'est l'euphorie d'avoir réussi, c'est même sûrement cela, les deux causes ayant les mêmes conséquences.

C'est aussi une histoire de rencontres, avec René Ghilini et sa femme Petra bien sûr, mais aussi de plus éphémères avec des compagnons d'ascension ou d'entraînement, tous des gens fous de montagne, qui mesurent les risques tout en sachant que parfois, la montagne n'en fait qu'à sa tête, surtout maintenant avec le dérèglement climatique qui gêne les prévisions météorologiques et bouleverse fondamentalement la nature. 

Récit musical aussi, Richard Gaitet met en exergue -entre autres- une phrase tirée d'une chanson d'Alain Bashung, de son excellent et noir album L'imprudence. D'autres groupes et chanteurs sont cités. Personnellement, je n'ai pu me défaire, à chaque fois que je lisais le titre du livre, de la chanson de Jacques Higelin, qui porte le même nom. Allez, je suis bon, la voici.

 

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 05/06/2018 10:24

Une lecture pas gagnée d'avance pour toi.

Yv 05/06/2018 10:28

Pas du tout, effectivement

Aifelle 04/06/2018 13:17

Enfin quelqu'un qui déteste le sport autant que moi ! Néanmoins, je n'ai rien contre la lecture d'un exploit sportif, surtout avec l'humour d'un empoté en plus, donc je note.

Yv 04/06/2018 18:38

Je préfère le lire que le faire

zazy 03/06/2018 20:30

A priori un livre qui n'aurait pas attiré mon attention, mais voilà, tu en parles bien et ton intérpet est communicatif

Yv 04/06/2018 08:28

J'espère, mais la bonne humeur du livre est communicative

keisha 03/06/2018 07:04

ait à m'intéresser à la montagne, on dirait (le commentaire est parti à l'insu de mon plein gré)

Yv 03/06/2018 09:44

Paulsen, mais si tu dis que c'est bien, je te crois sur parole

keisha 03/06/2018 07:03

Ah Paulsen, c'est bien. Il arriver

Yv 03/06/2018 09:44

Je ne connais pas