Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quichotte, autoportrait chevaleresque

Publié le par Yv

Quichotte, autoportrait chevaleresque, Eric Pessan, Fayard, 2018.....

"S'est-on jamais demandé ce que ferait Don Quichotte aujourd'hui ? 

Accablé par les nouvelles venues des quatre coins du monde, toutes plus terribles les unes que les autres, l'auteur de ce livre ne trouve de consolation que dans la littérature. Là se trouve l'ultime façon de résister au monde tel qu'il est. Là se trouvent les héros. Là se trouve le fabuleux chevalier à la triste figure, que l'auteur invite à revenir parmi nous. 

Notre triste époque ne fourmille-t-elle pas d'éplorés à protéger, de torts à redresser ?

Et si, mieux encore que la consolation, de la littérature venait le salut ?" (4ème de couverture)

Eric Pessan, écrivain prolifique et néanmoins auteur de romans excellents que je ne pourrais pas tous citer ici (allez voir  et encore ce ne sont que ceux que j'ai lus...) écrit, un jour où l'actualité le blesse encore plus que d'habitude, sur son écran d'ordi DON QUICHOTTE. Et de ce nom part cette idée de construire un roman qui entremêlerait une vie du héros de Cervantès toujours accompagné de Sancho Panza de nos jours et les réflexions de l'écrivain sur la vie, l'écriture, la littérature, l'économie, la géopolitique, le monde étrange dans lequel nous vivons qui marche sur la tête, qui ne reconnaît plus l'humanité, la fraternité, la liberté, sur les hommes qui  vivent aliénés par le travail, l'argent à gagner pour vivre, survivre ou amasser : "J'ai l'impression que ce livre doit être écrit ainsi, mêlant les aventures du Quichotte à mes questionnements d'écrivain. Et, surtout, j'en ai le désir. J'ai envie d'écrire, j'ai envie d'essayer, j'ai envie de tester cette structure, j'ai envie de me frotter au Quichotte, j'ai envie de faire vivre ma bibliothèque, j'ai envie de shooter dans ce qui m'étouffe, de prendre le réel entre deux mains et de le tordre jusqu'à en faire un nœud, comme les athlètes de cirque font d'une barre de fer. Et j'ai envie qu'il soit possible d'écrire juste parce que l'on en ressent le désir." (p.136)

Il est beaucoup question de littérature, des grands noms, de ceux qui ont écrit des livres importants, universels, qui ont donné le goût de la lecture à beaucoup et à Eric Pessan en particulier. Il est aussi question d'écriture, de ce travail dont beaucoup considèrent qu'il n'en est pas un, des efforts même corporels qu'il implique, des choix de vie sachant que peu d'écrivains vivent de leurs livres. Puis Eric Pessan parle aussi de ses indignations, de ses nausées lorsqu'il lit ou écoute ou regarde un journal d'actualité. Alors, il convoque Don Quichotte et Sancho Panza pour réparer les injustices, ce qui donne lieu à quelques passages épiques et drôles.

Certes, le livre n'est pas exempt de quelques longueurs et de répétitions dues à la manière dont l'auteur l'a écrit, sans relire la première partie avant d'aborder la seconde. Mais, malgré cela, je me suis régalé. D'abord parce que je partage beaucoup des points de vue, des indignations, des dégoûts et même des émotions et des sentiments de l'auteur. Ensuite, parce que ce livre n'a pas une forme qui permettrait de le ranger dans telle ou telle catégorie. Il est inclassable, perturbe donc un lecteur qui n'aimerait pas ne pas trouver de repères. J'adore ça quand un écrivain me trimbale loin des règles, des carcans et qu'il se joue des codes en abordant l'autobiographie, le roman d'aventures, la poésie, l'essai, le roman d'introspection, la farce, ... tout cela en un seul volume. Le texte coule aisément et l'on passe des aventures de Quichotte aux réflexions de l'auteur sans souci de compréhension ; les articulations se font naturellement comme si nous étions dans la tête d'Eric Pessan, ou dans la nôtre qui, parfois aussi saute d'une idée à une autre sans apparemment -mais il y en a- de lien. La seule difficulté éventuelle pourrait être dans le fait que ce-dit roman n'en est pas vraiment un tout en en étant un. Mais cette difficulté se transforme vite en découverte, puis en curiosité -ou vice-versa- et en réel plaisir de lecture.

Dire que je conseille ce livre serait un euphémisme, il faut le lire absolument, on cerne mieux après le travail d'un écrivain, un de ceux qui chaque jour se mettent à leur table de travail pour nous donner à nous lecteurs des moments inoubliables -ou pas-, du rire, de la joie, de l'émotion, ... Je pense avoir pris autant de joie à lire ce Quichotte, autoportrait chevaleresque qu'Eric Pessan à l'écrire.

Commenter cet article

Caro 16/08/2018 23:31

J'ai assisté à un excellent spectacle sur Don Quichotte et je ne connais pas du tout cet auteur...

Yv 17/08/2018 07:58

Il faut croire que Quichotte est à la mode. pour Eric Pessan, c'est un romancier très prolifique autant en adultes qu'en jeunesse. Je t'en conseille la découverte

Hélène 15/08/2018 11:13

Cela me fait penser un peu à Un été avec Homère de Sylvain Tesson, observer le monde, parler de l'actualité, de la littérature et de l'homme, au prisme d'une oeuvre majeure et de personnages tant humains que symboliques, ça m'intéresse, et ton billet donne grandement envie de découvrir ce livre. Je note :)

Yv 15/08/2018 11:24

Sans doute, je n'ai pas lu le dernier de Sylvain tesson, j'ai lu un ou deux livres de lui qui ne m'ont pas plus. pour le reste, je suis d'accord avec toi. Essaie ce Quichotte, vraiment j'ai beaucoup aimé

argali 15/08/2018 10:22

J'ai aimé les deux romans jeunesse que j'ai lus de cet auteur. Je note celui-ci aussi vu ton enthousiasme.

Yv 15/08/2018 11:24

Ses romans adultes sont très bien également;

eimelle 15/08/2018 09:47

pourquoi pas!

Yv 15/08/2018 11:21

Plus que ça. Il faut essayer

Antigone 12/08/2018 09:39

Ce titre était déjà présent dans le dernier bilan des coups de coeur, conseillé par l'irrégulière, voilà qui le rend donc très tentant puisque tu confirmes avec ton billet !! ;) Merci pour le lien.

Yv 12/08/2018 11:17

Il le mérite, mais si tu veux, je peux changer, j'en ai d'autres...

Alex-Mot-à-Mots 17/05/2018 15:16

En phase avec l'actualité cinématographique.

Yv 17/05/2018 18:48

Oui a priori

Aifelle 17/05/2018 07:26

J'ai l'impression que c'est un objet littéraire non identifié ? En tout cas, ton billet est très tentant, le dégoût permanent en lisant l'actualité, je connais, je suis curieuse de voir ce que cet auteur en a fait en s'appuyant sur de grands textes.

Yv 17/05/2018 08:07

C'est un exercice j'imagine intéressant à écrire, à lire ça l'est

zazy 16/05/2018 19:46

Je viens juste de le terminer et commencer ma chronique. Je n'ai lu que ta conclusion qui est aussi la mienne

Yv 16/05/2018 20:34

Tant mieux, je suis ravi qu'il t'ait plu à toi aussi

Kathel 16/05/2018 13:39

J'ai vu hier soir une pièce intitulée "dans la peau de Don Quichotte" avec un Quichotte moderne, tu penses donc que ton billet me parle ! Et hop, noté !

Yv 16/05/2018 15:29

Avec le film de Terry Giliam enfin terminé, Quichotte serait-il à la mode ?

Mimi 16/05/2018 09:10

Voilà une critique pleine d’enthousiasme qui attire la lectrice que je suis. Et en plus, si Don Quichotte passe par là, je ne peux que m’incliner devant ce grandiose personnage aux rêves débordants et aux actions peu communes.

Yv 16/05/2018 13:05

Pour le coup, tu ne vas pas être déçue sur ses actions peu communes

manou 16/05/2018 08:14

Tu nous donnes envie de le découvrir...c'est sûr mais je déborde d'idées de lecture. Je le note...

Yv 16/05/2018 08:19

Ce n'est sans doute pas le livre le plus facile de l'année et je doute qu'il sorte en poche, mais si un jour tu le trouves, n'hésite pas c'est une belle réflexion

krol 16/05/2018 06:27

Après un billet si bien argumenté, c'est noté ! Pas le choix...

Yv 16/05/2018 08:07

J'espère que non