Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rue des Fantasques

Publié le par Yv

Rue des Fantasques, André Blanc, Jigal polar, 2018....

Une sale nuit pour le commandant Farel, chef de groupe à la BRB lyonnaise. A peine endormi et en plein rêve érotique, il est réveillé par son téléphone. Quelques minutes plus tard, rue des Fantasques, il regarde le corps d'une jeune femme défenestrée après avoir été tuée par balle. Les nuits et les jours suivants n'apporteront pas le repos à l'équipe de Farel qui tire un à un les fils d'une enquête qui s'élargit. Ce qui se profile c'est une affaire politico-financière d'une envergure internationale mettant en scène des hauts personnages de l'état et des voyous de la pire espèce si tant est que les premiers cités ne fassent pas partie de la seconde catégorie.

Revoilà le commandant Farel après ses aventures mouvementées de Farel et Violence d'état.  Ceux qui ont eu la chance de lire ses précédentes enquêtes ne seront pas perdus et retrouveront avec plaisir la rigueur, le travail acharné, la pugnacité et l’opiniâtreté du commandant et de son équipe. Presque que des mecs : Lucchini, le Corse l'ami de Farel et son second ; Balme, Comont, Dumont, Havery et Jimmy Liergal un génie de l'informatique. Puis Maud, la compagne de Guillaume Farel, flic à Interpol qui se remet doucement des ses blessures et qui aidera l'équipe grâce à ses connaissances en informatique, ses intuitions et ses déductions toujours justes. Les lecteurs qui ne connaissent pas encore les héros d'André Blanc peuvent débuter par n'importe quel titre, ils ne seront pas perdus, l'auteur expliquant les liens de tous, faisant des allusions à ses titres précédents, certes, mais pas gênants pour comprendre ce livre-ci. 

Rien de fantasque dans ce roman -un peu facile, mais je n'ai pas pu résister-, sauf son titre : la rue des Fantasques existe réellement à Lyon, je me suis renseigné, elle est perpendiculaire au tunnel de la Croix Rousse. Rien de fantasque disais-je, André Blanc décrit une équipe de flics au boulot, qui se heurte à beaucoup de difficultés dès lors qu'elle s'intéresse à des personnages hauts placés, à des mafieux. Farel veut travailler vite et discrètement, mais il a affaire à des adversaires retors, vicieux. Comme à son habitude, il va s'appuyer sur son équipe au complet et sur la juge Fournier. 

André Blanc décrit une arnaque politico-financière mais a le bon sens de ne pas faire dans le "tous pourris". Il base son histoire sur une fraude à la taxe carbone qui a réellement existé (quelques informations ici et ) et à la lecture des deux articles en lien, ses escrocs sont influencés par la réalité. C'est sans doute pour cela que son histoire est très crédible, son roman policier tout à fait réaliste et minutieux, rigoureux. Il ne se lit pas vite au risque de rater une information importante, eh bien oui, tout caser en 260 pages, relève de l'exploit et donc nécessite de la part du lecteur quelques efforts qui d'ailleurs n'en paraîtront pas tant il est difficile de décrocher. Dans ce polar, c'est l'intrigue qui prime, la vie des héros est peu racontée, juste celle de Farel et de Maud et plus largement celles des escrocs. Ce n'est pas un problème, au contraire, les flics récurrents gardent un peu de leur mystère qui se révélera sans doute petit à petit dans la suite, car sûrement suite il y aura, même si ça ne paye pas comme l'écrit André Blanc "Mon dentiste qui écrit des polars, se plaint toujours que son éditeur lui verse des clopinettes." (p.166) ; est-il besoin de préciser qu'André Blanc est docteur en chirurgie dentaire ?

Commenter cet article

Mimi 20/03/2018 23:21

Un dentiste écrivain ? Je me demande où il puise son imagination. En tout cas un auteur à decouvrir pour ceux qui aiment les polars, comme moi !

Yv 21/03/2018 13:03

Désormais, j'imaginera mon dentiste inventer une histoire en auscultant mes dents, je ne sais pas si ça doit me rassurer.

Andre Blanc 21/03/2018 10:57

Dans le gouffre insondable de la nature humaine que j’essaie d’entrevoir, tout au fond, entre deux rangées de dents.

Yv 21/03/2018 09:00

A découvrir, bien sûr et Jigal polar aussi son catalogue est très étoffé.

Alex-Mot-à-Mots 20/03/2018 12:50

Double casquette pour ce dentiste-écrivain.

Yv 20/03/2018 13:20

Oui, mais j'aime mieux les écrivains que les dentistes

Moustafette 20/03/2018 12:48

Excellent, le coup du commentaire, ça va les chevilles ?!!

Yv 20/03/2018 13:20

ça va elles ont l'habitude, mais c'est vraiment le héros qui m'a écrit comme il l'avait fait sur le précédent !

Guillaume Farel 20/03/2018 08:42

Merci pour cette belle critique.

Yv 20/03/2018 10:04

Bonjour et merci, j'ai toujours un petit peu de fierté lorsque c'est le héros lui-même qui vient me remercier.