Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jaune soufre

Publié le par Yv

Jaune soufre, Jacques Bablon, Jigal, 2018.....

Une très jeune femme, pas encore sortie de l'adolescence, 16 ans, se présente à la clinique pour accoucher. Caroline donne naissance à Rafa, son fils. Quelques années plus tard, Rafa, jeune homme peine à trouver du travail. 

Dans le même temps, Warren traverse la France pour chercher sa sœur : leur père est mort assassiné longtemps auparavant déchu de ses droits parentaux, ses deux enfants ne se sont jamais vus. Mais Marisa, la sœur n'a aucune envie de se coltiner un frangin.

Regarder la couverture d'un roman de Jacques Bablon c'est déjà avoir la surprise de l'association de la couleur : Trait bleu, Rouge écarlate, Nu couché sur fond vert. Ouvrir un roman de Jacques Bablon, c'est avoir l'assurance que rien ne nous fera le refermer avant sa fin. C'était vrai sur les trois premiers en lien ci-dessus, c'est le cas également sur Jaune soufre. Ça commence avec une image forte, très forte et donc dès les premières lignes j'ai su que ça le ferait. Ensuite ça continue comme ça : "Elle se rappela qu'on lui avait demandé ce qu'elle préférerait manger au petit-déjeuner, pas si elle avait répondu viande ou poisson, et ce qu'on lui servit dans une barquette cartonnée ne l'aida pas à retrouver ce qu'avait été son choix." (p.11) Alors qu'eussiez-vous voulu que je fisse d'autre que continuer ? (bon, là, je suis pas sûr des temps verbaux ni des formes, mais ça sonne bien !)

J'aime beaucoup l'écriture de Jacques Bablon, unique, personnelle et assez déroutante. Avec lui, on ne sait jamais où ni quand surviendra le rebondissement, la seule chose sûre c'est qu'il arrivera. Ce qui est bien également, c'est de tenter de comprendre comment tous les protagonistes vont, à un moment ou un autre, se rencontrer ou comment le romancier va faire pour qu'ils se croisent, se frôlent parfois simplement. C'est un vrai bonheur, du grand art. Jacques Bablon sait indéniablement raconter des histoires noires dans lesquelles cependant l'espoir réside. Car tous ses personnages ne sont pas perdus. Certains pètent un câble de manière inattendue, d'autres résistent. Ils sont issus de milieux pas favorisés, des arnaqueurs à la petite semaine, des galériens du boulot qui veulent s'en sortir et qui hésitent à passer la ligne de la légalité. Crédible, réaliste, le roman parle des laissés pour compte, des abandonnés qui tentent de se refaire. C'est un roman noir selon la définition de JB Pouy, avec du social dedans, de vrais morceaux d'humanité et de constat que notre société ne va pas si bien que cela. 

Jacques Bablon : quatre bouquins chez Jigal, quatre réussites. J'attends les autres qu'ils soient violets, pourpres, orange, ou de n'importe quelle couleur.

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 19/02/2018 11:16

Un joli nuancier à venir.

Yv 19/02/2018 11:19

ça commence à faire une belle palette effectivement

keisha 17/02/2018 14:43

Je balance : c'est overblog!!! ^_^

Yv 19/02/2018 07:53

chez toi, je dois juste signaler que je ne suis pas un robot. Chez overblog, j'ai été obligé de prendre un "premium" (50€ l'année) pour ne pas avoir de pub, donc normalement, je suis bon à ce niveau...

keisha 19/02/2018 06:55

Si chez moi tu as le blocage, tu me dis (c'est pour éviter ça que je modère). Oui, overblog pas mal, sauf les publicités parfois je crois (pas chez toi!). Parfois aussi je dois me battre (il existe une plateforme très très rare où je n'arrive pas à commenter (faut s'inscrire et ensuite elle rejette totalement vos identifiants)

Yv 17/02/2018 17:07

Et pourtant il m'apparaît que ce n'est pas la pire des plateformes,parfois laisser des commentaires sur certaines est long et nécessite patience et zenitude

Moustafette 16/02/2018 20:55

Je viens de lire tes autres billets concernant cet auteur, quelle palette, ça déménage. Du noir bien coloré !

Yv 17/02/2018 08:06

Voilà, tu as raison, j'aime beaucoup ta dernière phrase, c'est exactement cela.

keisha 16/02/2018 09:09

En effet, ça commence bien.
Michel Pastoureau adorerait cet auteur! ^_^

Yv 16/02/2018 12:39

Ah cool, tu me répètes, mais je n'ai pas encore Alzheimer, tu sais ?

keisha 16/02/2018 09:09

En effet, ça commence bien.
Michel Pastoureau adorerait cet auteur! ^_^

Yv 16/02/2018 12:39

Sans aucun doute, j'ai lu son livre sur le rouge, passionnant