Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ça coince ! (42)

Publié le par Yv

Pays provisoire, Fanny Tonnelier, Alma, 2018..

Amélie est modiste à Saint-Pétersbourg depuis sept années. Arrivée de France en 1910, elle a repris une boutique de chapeau et ses créations se vendent très bien dans la bourgeoisie russe. Mais en cette année 1917, le pays change et la révolution s'étend. Amélie est obligée de fuir, de quitter le pays. Première étape, la Suède.

Pas mal a priori, je ne frémis ni ne parvins réellement à m’intéresser aux mésaventures de la jeune femme. Rien pourtant ne fut rebutant, histoire plaisante, les quelques allers-retours entre Saint-Pétersbourg et la vie d'avant d'Amélie à Paris renseignant un peu sur son parcours.

Je ressentis bien que ce roman put être truffé d'aventures, de surprises, de paysages et de rencontres, néanmoins, je peinai à en tourner les pages. Un roman à refiler à des amateurs du genre qui se réjouiront.

 

 

 

Condor, Caryl Ferey, Folio, 2018 (Gallimard, 2016)..

"Dans le quartier brûlant de La Victoria, à Santiago, quatre cadavres d'adolescents sont retrouvés au cours de la même semaine. Face à l'indifférence des pouvoirs publics, Gabriela, jeune vidéaste mapuche habitée par sa destinée chamanique et les souffrances de son peuple, s'empare de l'affaire. Avec l'aide de son ami Stefano, militant rentré au Chili après plusieurs décennies d'exil, et de l'avocat Esteban Roz-Tagle, dandy abonné aux causes perdues qui convertit sa fortune familiale en litres de pisco sour, elle tente de percer le mystère. Dans un pays encore gangrené par l'héritage politique et économique de Pinochet, où les puissances de l'argent règnent en toute impunité, l'enquête dérange, les plaies se rouvrent, l'amour devient mystique et les cadavres s'accumulent..." (4ème de couverture)

Voilà, c'est bien dit, sauf que je n'y crois pas. Entre stéréotypes voire caricatures, et entrées en grand nombre de protagonistes dont au bout d'un moment je ne sais plus qui ils sont ni ce qu'ils font là, je ne parviens pas à m'intéresser à cette histoire. J'apprends des trucs sur l'histoire du Chili et de l'Amérique du sud, mais ça ne suffit pas à me faire tenir le coup toutes les pages. Le reste est convenu, déjà-lu. Rien de bien affolant. Ni l'histoire d'amour très Roméo et Juliette, ni l'intrigue. 

Ma première lecture de Caryl Ferey, j'aurais peut-être dû commencer par un autre titre...

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 12/03/2018 14:30

Je n'aime pas les gros romans de Caryl Ferey, je le trouve plus efficace dans ses romans moins denses.

Yv 12/03/2018 17:32

Ok, message compris

Le Merydien 10/03/2018 10:36

Tu as en effet commencé par celui que je trouve le moins bon et pourtant je suis aussi un inconditionnel du bonhomme. Celui qui vient juste de sortir fait parti de la sériedes Mc Cash et est sur un ton plus humour et ironie. Pas un grand roman mais une détente. Je l'ai chroniqué il y a peu https://bibliophare.wordpress.com/2018/02/20/plus-jamais-seul-caryl-ferey/.

Yv 10/03/2018 14:54

Bon j'en essaierai un autre alors

krol 10/03/2018 10:04

Pour Pays provisoire je craignais aussi de passer à côté, alors je l'ai laissé de côté... Pour Caryl Ferey, j'ai essayé d'en lire un il y a longtemps et l'ai abandonné...

Yv 10/03/2018 14:54

On est raccord sur ces deux titres

Moustafette 10/03/2018 09:24

Ce que tu dis du livre de C Ferey ne m'étonne qu'a moitié, pourtant je suis une inconditionnelle. Essaie de lire Zulu, tu verras de quoi est capable cet auteur. Et dans le registre humour, ses premiers polars sont originaux et excellents, surtout la série Plutôt crever et la suite.

Yv 10/03/2018 09:42

Merci des conseils, je les appliquerai :)

keisha 10/03/2018 07:39

Pas de chance! Jamais lu c Ferey, là je ne peux rien te dire.

Yv 10/03/2018 08:38

j'essaierai un autre, une autre fois