Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Schtilibem 41

Publié le par Yv

Schtilibem 41, Georges Arnaud, Finitude, 2008 (première édition, Julliard, 1953).....

"Schtilibem 41, drôle de titre. Schtilibem, ça veut dire prison en argot. Et 41, pour 1941. C'est l'année où le futur auteur du Salaire de la peur découvre la prison, accusé d'un triple meurtre. Il sera innocenté, mais dix-neuf mois de captivité, en pleine guerre, cela laisse des traces.

Schtilibem 41 est le cri d'un homme meurtri, cassé. Et Georges Arnaud sait crier fort. Il se révolte en argot, la langue des irréguliers, des irréductibles, pour nous offrir un brûlot qui prend aux tripes." (4ème de couverture)

Georges Arnaud, de son vrai nom Henri Girard (1917-1987) fut donc accusé en 1941 d'avoir tué son père, sa tante et une domestique. Il fut acquitté à son procès en 1943, reçut même un triomphe du public du palais de justice mais les dix-neuf mois passés en prison dans des conditions terribles où le froid et la faim ont entraîné des dizaines de morts, le marqueront à vie. Dix ans plus tard, il écrit ce drôle de petit livre, drôle dans le sens de bizarre par son titre mais aussi par la langue employée. 

J'ai découvert ce titre suite à une visite dans ma librairie ; je regardais le dernier roman de Philippe Jaenada, La serpe et l'histoire qu'il y raconte est celle du triple meurtre dont fut accusé Henri Girard. Mais devant l'épaisseur du bouquin, j'ai regimbé et évité l'obstacle. En cherchant quelques renseignements sur le livre, je suis tombé sur une note concernant Schtilibem 41. Et hop, retour à la librairie et commande. Dans sa préface intitulée Présence sentimentale des langues d'argot, Pierre Mac Orlan écrit : "A mon avis, il n'est pas possible de le critiquer parce qu'il n'existe pas de mesures officielles, légales afin de vérifier et comparer ses dimensions sentimentales." (p.9). Je le rejoins sur la difficulté de critiquer un tel texte qui est à la fois déroutant, puissant, hermétique, poétique, beau, noir, violent, prenant, émouvant, dur, ... 

Mon ressenti sera assez bref : j'ai rarement lu un texte aussi étonnant, différent. Je n'ai pu m'en détacher même si je n'ai pas tout compris, l'argot y est omniprésent et même si certains mots sont désormais populaires, d'autres le sont beaucoup moins. J'avoue avoir souvent consulté au début le lexique final, puis au fil des pages, je me suis laissé porter par les mots, même ceux que je ne connaissais pas ni ne comprenais vraiment, je les ai plus devinés que compris. Un récit très court, d'à peine 70 pages duquel je ressors un peu groggy, mais que jamais je n'aurais pensé quitter brutalement. Franchement, je ne regrette pas mon choix, entre ce court livre et le pavé de P. Jaenada, dont je respecte le travail mais les pavés, très peu pour moi. 

Pour finir, deux extraits, vous m'excuserez la longueur, mais ils m'ont touché :

"Il arrive aussi qu'on meure. Des fois c'est la faim, des fois la misère et des fois la peur de très exactement tout. Mais toujours c'est de la taule qu'on meurt et tout le monde s'en fout. Alors les autres sentent monter le coup de sang, de pétaga, de rébecca, et gambergent qu'ils vont pas laisser ça là, mais personne bouge, on y croit pas mais alors ce qui s'appelle pas. Wallou." (p.17)

"Maintenant quand on dit "misère" devant moi, baissant la voix, je sais tout ce qu'il y a sous ce mot, ce qu'il y tient de peine, inclus peine à croire et pas la peine. Il ne me reste qu'envie de ne plus avoir faim et envie de ne plus avoir trop froid ; on me ferait pleurer seulement à me dire à l'oreille, une voix douce, une voix de femme : un lit chaud pour ton sommeil d'enfant perdu." (p.35)

Commenter cet article

zazy 15/12/2017 21:38

De très beaux extraits. Je ne l'ai pas trouvé sur le site de la bib

Yv 16/12/2017 08:05

ce n'est pas un livre très connu ou répandu.

Gwenaelle 15/12/2017 07:10

Le dernier extrait est particulièrement émouvant!

Yv 15/12/2017 07:24

Oui, le livre est plein de passages comme ceux-ci, ou violents ou émouvants, durs toujours.

keisha 14/12/2017 14:52

Exact, j'ai repéré ce titre dans la Serpe (tu devrais bien le lire, n'aie crainte)

Yv 14/12/2017 18:22

oui, je sais mais 700 pages, pfff...