Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Brassens. Les jolies fleurs et les peaux de vache

Brassens. Les jolies fleurs et les peaux de vache, Bernard Lonjon, Ed. de l'Archipel, 2017...,

"Il a chanté l'épouse modèle (Pénélope) et la veuve consolée (La fessée), la lolita (La princesse et le croque-notes) et la putain (P... de toi), célébré des femmes les charmes (Rien à jeter) et les épines (Si seulement elle était jolie). Jolies fleurs et peaux de vache sont présentes à égalité dans l’œuvre de Brassens. Mais lui, quel homme fut-il ? Un coureur de jupons ? Un fidèle absolu ? Une tendre canaille ? Un amoureux transi ?" (4ème de couverture)

Et oui, c'est vrai ça ? Que connaît-on de la vie de Brassens ? Assez peu de choses en somme, il n'est ni de la génération qui s'épanchait dans les journaux  ni le genre d'homme à le faire. Brassens fait partie de ceux qui ont eu accomplir des choses avant d'être connus et qui ont été reconnus pour leur talent alors qu'aujourd'hui, la mode est plutôt à d'abord être connu pour éventuellement construire une carrière ensuite. Bernard Lonjon, sétois lui aussi,  est un grand connaisseur du chanteur à moustache et c'est par le biais des femmes qu'il aborde cette biographie. Elles furent nombreuses à l'aimer, l'encourager et l'inspirer. Il les aima en retour, en premier lieu, sa mère, sa tante et sa sœur, puis les amoureuses, les amies du métier et d'autres métiers, les femmes de ses amis...

Bernard Lonjon explique comment et pourquoi naquit telle ou telle chanson, en référence à une femme pour qui Brassens avait du respect et de l'admiration ou tout au contraire, d'où ces textes parfois vaches et un peu misogynes (alors que d'autres ne le sont pas du tout, loin de là). Beaucoup d'extraits sont cités, qui font inévitablement venir en tête les mélodies, et c'est une très bonne idée, car écouter ou lire Brassens c'est bon  pour les oreilles, les yeux et le cerveau. J'ai toujours apprécié les tournures de phrases, les beaux mots, les jolies manières de  tenir des propos vaches, c'est quand même plus marrant de se faire égratigner, brocarder en chanson avec le talent de Brassens plutôt qu'insulter par un vague éructeur de mots comme on en entend aujourd'hui.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hélène 03/10/2017 10:33

Intéressant !

Alex-Mot-à-Mots 03/10/2017 10:02

Bizarrement, je préfère avoir les chansons de Brassens en tête.

Yv 03/10/2017 18:45

Oui, pas indispensable, mais intéressant

Yv 03/10/2017 18:44

c'est toujours une bonne chose que de siffloter un air de Brassens

manou 03/10/2017 07:50

C'est sûr que celui-là je sais à qui je vais l'offrir ! C'est vrai qu'en te lisant me reviennent des mélodies et qu'en ce temps-là on ne savait rien de la vie de ceux qui étaient propulsés sur le devant de la scène par leur talent et Brassens n'en manquait pas...

Yv 03/10/2017 08:07

C'est un biais intéressant que de parler de Brassens par les femmes qui l'ont approché, ce n'est pas une bio complète, mais le livre est intéressant et effectivement met en tête les chansons de Brassens