Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Fleur de tonnerre

Fleur de tonnerre, Jean Teulé, Pocket, 2014 (Julliard, 2013)..

Hélène Jégado naît en 1803 à Plouhinec dans le Morbihan. Élevée dans une famille pauvre et aimante, elle se passionnera très tôt pour les légendes bretonnes qui sont encore très présentes dans la région, la religion catholique ne les a pas encore toutes étouffées malgré ses efforts. L'Ankou en particulier attire la petite fille, la mort personnifiée avec sa faux perpétuellement en main. Hélène surnommée Fleur de tonnerre apprend également les caractéristiques de certaines substances comme la belladone et l'arsenic. Bientôt, autour d'elle, on meurt beaucoup...

Version romancée de celle qui est connue comme étant la plus grande tueuse en série française, puisque qu'elle aurait à son actif au moins soixante morts sur presque cent tentatives. Décapitée en 1852 à Rennes, elle sillonna la Bretagne en s'engageant en tant que cuisinière dans les cures, les grandes maisons les laissant parfois totalement vides après son passage. C'est donc d'un personnage particulièrement fort -et finalement assez méconnu- que s'empare Jean Teulé. Son roman débute bien, par les années de jeunesse de Fleur de tonnerre sur la ferme de ses parents. Il décrit les conditions de vie pauvres, l'aridité de la terre, les légendes et croyances encore très présentes mâtinées de la religion qui tente de s'imposer, c'est sans doute pour cela qu'il y a plein de calvaires en Bretagne, pour contrer les coutumes païennes : "Des pierres druidiques, ici, on en verra de moins en moins puisque lorsque le clergé ne s'en sert pas dorénavant comme carrière pour construire des chapelles, il les catholicise en taillant une croix romaine à leur sommet. [...] Les religions se succèdent en se pénétrant. la nouvelle prend le dessus en avalant l'ancienne qu'elle digère avec le temps." (p. 19/20). Tout cela, qui forme le contexte du roman est fort bien rendu, qui le rend instructif et intéressant et qui explique en partie pourquoi et comment Fleur de tonnerre a pu "exercer" son fatal office pendant aussi longtemps, surtout si l'on ajoute que le choléra faisait encore des victimes et que certaines de l'empoisonneuse ont pu passer pour malades du choléra.

Là où je me lasse, c'est que bientôt le roman de Jean Teulé devient un macabre inventaire, un prétexte à accumuler des morts sans que rien d'autre ne change vraiment au gré des chapitres. Répétitif et morbide et même si le romancier sait se faire beaucoup plus discret que d'habitude, dans ses tournures de phrases, ses dialogues beaucoup moins fleuris, c'est peut-être cela d'ailleurs qui me surprend et me déçoit ici, une certaine "sagesse" du récit qui aurait sans doute mérité plus de truculence dont Jean Teulé sait user, parce que sur la longueur eh bien son roman devient ennuyeux. Un comble !

Encore une fois je n'accroche pas et je ne parviens pas à goûter totalement aux joies de la lecture teuléenne. Décidément, il est écrit que cet auteur n'est pas pour moi !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 12/07/2017 09:21

Il a fini par me lasser, également, pour les mêmes raisons.

Yv 12/07/2017 13:51

je comprends, je crois que je vais arrêter les frais avec ce roman

Violette 10/07/2017 10:49

ce n'est pas mon préféré de l'auteur (plutôt Le Montespan...), tu l'as dit, on se lasse des procédés de l'auteur même si j'aime le lire de temps en temps ou l'écouter parler.

Yv 11/07/2017 07:54

j'aime l'écouter mais vraiment pas le lire

zazy 09/07/2017 22:07

Pas lu celui-ci, mais il me semble qu'il m'attend sur l'étagère à lire

Yv 10/07/2017 07:57

Très bien, je verrai ton avis alors.

keisha 09/07/2017 07:35

Juste démarré un de ses titres (le Montespan) et moi, ça ne m'amuse pas alors que je sens que c'était censé le faire... Donc au revoir (à moins que, comme Sandrine, ce soit justement le bon, mais moi j'aime la Bretagne, alors...)

Yv 09/07/2017 08:47

Je trouve que celui-ci est moins drôle, plus posé, mais pas meilleur que les autres

manou 09/07/2017 07:22

Et bien, parfois cela arrive. Personnellement je ne suis pas attirée par ses livres mais cela fait longtemps que je n'ai pas essayé :)

Yv 09/07/2017 08:46

j'ai réessayé sur des conseils d'amis, mais bon, ça ne fonctionne pas

Sandrine 09/07/2017 07:13

Je viens de me ramasser avec Puértolas donc je pense comprendre ce que tu ressens. Mais ce Teulé-là, c'est mon préféré ! J'ai ri tout le temps (peut-être parce que je n'aime pas la Bretagne !) avec un tableau d'honneur aux deux coiffeurs qui m'ont pliée de rire... Par contre, je n'ai pas ri une minute à l'adaptation de ce roman (il n'y avait pas les coiffeurs et Benjamin Biolay est un TRES mauvais acteur) et j' 'ai trouvé "Héloïse ouille" inutilement vulgaire.

Yv 09/07/2017 08:45

Les coiffeurs ne sont pas bretons, mais normands ;) et je ne vois pas du tout ce qu'ils font dans ce roman, des personnages totalement inutiles et inintéressants. Pour le reste, j'aime beaucoup la Bretagne et je n'ai pas trouvé le roman drôle, non pas parce qu'il égratigne les Bretons, mais parce qu'il décrit très bien ce que devaient vraiment être les conditions de vie de l'époque et rien ne m'a fait sourire