Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Lettres d'Ogura

Lettres d'Ogura, Hubert Delahaye, L'Asiathèque, 2017...,

"C'est un monde en miniature non loin de Kyoto, où une vingtaine de maisons se serrent sur l'ubac d'un seul côté de la route qui ne mène nulle part, afin de laisser place à une vingtaine de rizières grandes comme la main. On les inondera bientôt, avant le repiquage, et les grenouilles folles de joie sortiront de la rivière pour y faire leur vie et leurs têtards." (4ème de couverture)

L'Asiathèque est, comme son nom l'indique, un éditeur spécialisé dans les ouvrages d'apprentissages des langues d'Asie. Mais la maison publie également des romans et des nouvelles d'auteurs locaux et des petits textes d'auteurs français connaisseurs des pays d'Asie dans la jolie collection Liminaires. Ce fut le cas avec le très beau Halabeoji, de Martine Prost ; c'est de nouveau réussi avec Lettres d'Ogura. Cette fois-ci, le Japon. Mais pas celui qu'on nous montre partout, ultra-connecté, moderne, à la pointe du progrès. Hubert Delahaye s'intéresse à un petit village et plus particulièrement à une vieille dame qui y habite. Comme chez nous, ce village éloigné est déserté par les jeunes, des maisons sont abandonnées et ne restent quasiment plus que des vieux voire des très vieux qui s'aident, se parlent.

Le texte est beau, lent, très lent, contemplatif, décrivant admirablement la nature, la faune et la flore. Il colle parfaitement au rythme de vie du village. Dès le début je suis sorti des mes lectures habituelles et me suis retrouvé plongé dans un monde qui n'a pas mes codes. C'est troublant parce le texte n'est pas écrit par un Japonais et que pourtant tout pourrait le faire croire. Cent-vingt pages de zen, de calme, de beauté, de fréquentation de cette vieille dame charmante qui ne se plaint pas. Cent-vingt pages positives teintées d'un léger humour qui font sortir du quotidien. 

Belle collection à la couverture et la mise en pages soignées qui a les bonnes idées d'abord d'insérer dans le texte français des mots écrits en japonais, non pas que je les comprenne, mais ça permet d'entrer encore plus dans le monde décrit par Hubert Delahaye et ensuite de n'être pas chère. Si vous ne connaissez pas encore L'Asiathèque -ce n'est pas bien parce que j'en ai parlé, toujours conquis (Le phare, Histoire de dame Pak, L'art de la controverse, Halabeoji, Le magicien sur la passerelle)-, passez le cap, regardez attentivement le catalogue et n'hésitez pas à en parler à votre libraire préféré(e). Je me permets ce conseil, car j'ai toujours eu un peu de mal avec la littérature asiatique -et particulièrement la japonaise- et grâce à L'Asiathèque entre autres -mais aussi Intervalles-, j'apprends à la connaître et à l'apprécier.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Aifelle 03/04/2017 11:12

Exactement le genre de livre qui me convient ! Noté et surligné. Je me souviens très bien de tes billets sur l'Asiathèque.

Yv 03/04/2017 13:00

Petit livre très bien dont je ne doute pas une seconde qu'il te plaira. Bonne lecture. Pour l'Asiathèque, j'ai peur parfois d'être un peu lourd ;)

Jostein 03/04/2017 08:39

J'ai beaucoup aimé ce petit roman. En discutant sur le stand de l'Asiathèque au Salon du Livre, j'ai decouvert deux autres récits de la même collection. Et celui sur la Corée me tente beaucoup.

Yv 03/04/2017 12:59

Halabeoji est très beau aussi, les autres, je ne connais pas encore