Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Petite fleur (jamais ne meurt)

Petite fleur (jamais ne meurt), Iosi Havilio, Denoël, 2017 (traduit par Margot Nguyen Béraud)...,

José vit dans la banlieue de Buenos Aires. Marié et père d'une petite Antonia, sa vie se dégrade le jour où l'usine qui l'emploie brûle. Au chômage, il doit s'occuper de la maison pendant que Laura son épouse retrouve un travail de correctrice. José sympathise avec Guillermo son voisin qui l'invite à discuter, boire et écouter du jazz. Lorsque Petite fleur de Sidney Bechet passe, José est pris d'une irrépressible envie de tuer. C'est Guillermo qui en fait les frais, quasiment décapité à coups de pelle. Puis, José rentre chez lui, se couche et dort. Le lendemain, Guillermo est toujours en vie, ce qui laisse José très surpris.

Le plus dur, c'est d'entrer dans ce roman, les dix quinze premières pages peuvent rebuter. Ensuite, il faut se faire au rythme sans trêve possible. Le texte est dense, sans pause facile, ce qui peut faire reculer un lecteur avec mes habitudes de souvent poser et souvent reprendre un livre. C'est un peu comme quand j'allais courir -ça m'a passé depuis, je rassure mes fidèles lecteurs, j'ai abandonné le sport, ou peut-être bien que c'est lui qui m'a lâché- avec un copain qui ne s'arrêtait jamais alors que moi je voulais m'arrêter souvent... Pour faire le fiérot, je le suivais, mais j'arrivais essoufflé et crevé. Heureusement, le livre est court, à peine 120 pages, ça ressemble plus à un 100 mètres qu'à un marathon.

Une fois que ces deux petits écueils sont notés et passés, on peut se laisser porter par cette histoire étrange et originale, assez loin de ce qu'on lit habituellement. Iosi Havilio est fort, maître de son roman de bout en bout, abordant beaucoup de thèmes en peu de pages. En le lisant, il faut accepter d'entrer dans son monde magique, réaliste, cruel et humaniste, ironique (selon tous les adjectifs que je pique à la quatrième de couverture, mais elle est tellement dans le vrai que je ne peux que m'en servir). Les digressions de José sont assez nombreuses sur la littérature et la langue russes, sur le jazz, sur son entrée dans l'âge adulte et sa découverte de l'amour et de la sexualité, sur les sectes et les divers gourous qui prennent le pouvoir sur les esprits et les actes de personnes en difficultés dans leurs vies, sur la vie en général, la mort, la paternité, la maternité, la vie de couple... Tout cela est bien vu, pas toujours très fouillé, mais en 120 pages, difficile de faire une enquête sociologique sur chaque sujet. Non, ce qui est intéressant, c'est que José se pose les questions que l'on se pose tous à un moment de sa vie et pour lesquelles il n'y a pas de réponses toutes faites, chacun devant trouver les siennes.

Petite fleur est un roman très bien fait qui m'a agréablement surpris -et j'adore être surpris par un livre-  après un démarrage en demi-teinte. En plus, il incite à réécouter la Petite fleur de Sidney Bechet, et tout le reste du jazzman. Il débute ainsi :

"Cette histoire a commencé quand j'étais quelqu'un d'autre, un lundi. Comme chaque matin depuis notre emménagement ici, j'ai enfourché mon vélo et je me suis mis à pédaler. A la sortie du tunnel, le visage battu par le vent puissant du viaduc, j'ai imaginé qu'Antonia ne grandirait jamais."

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 13/03/2017 13:10

C'est sportif plus qu'on ne croit, la lecture.

Yv 14/03/2017 07:09

Oui, certains livres sont lourds

manou 13/03/2017 11:27

Un joli titre, une musique de fond que j'adore et une chronique à la fois palpitante et mystérieuse...je comprends que tu lises tout ça si tu as arrêté le sport :)

Yv 14/03/2017 07:08

On ne peut pas être partout...

keisha 12/03/2017 07:54

Tu es comme churchill, 'no sport' ?

Yv 12/03/2017 09:23

Yes