Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

La loi des Sames

La loi des Sames, Lars Pettersson, (traduit par Anne Karila), Folio, 2016 (Gallimard, 2014)....

Anna, substitut du procureur en Suède est appelée par sa famille maternelle en Laponie norvégienne pour aider à défendre Nils, son cousin, accusé de viol. Elle est chargée de trouver un arrangement avec la victime. Anna, qui a toujours vécu en Suède, retourne alors dans le grand nord qu'elle ne connaît que par de brefs séjours de vacances lorsqu'elle était enfant. En plein hiver, avec des températures frisant les moins cinquante, Anna se heurte à une communauté très soudée, les Sames dont elle est issue par sa mère mais qu'elle ne connaît que très peu ; de même ne comprend-elle et ne parle-t-elle que quelques mots de cette langue très particulière. Elle saisit, plus son travail avance, que le viol n'est malheureusement qu'une partie d'une affaire beaucoup plus importante.

 

Après la formidable trilogie -pour le moment- d'Olivier Truc, voici un autre roman lapon. Cette fois-ci écrit par un Suédois qui est tombé sous le charme de Kautokeino, localité tout au nord de la Norvège, et qui y passe ses hivers. C'est un roman lent. Très lent. Tout est blanc, gelé, on frôle parfois les moins cinquante degrés, et lorsque la température s'approche des moins dix, c'est que la météo est clémente. La première remarque qui vient à l'esprit est que l'auteur nous décrit beaucoup les différents parcours en voiture ou en scooter des neiges des différents personnages, Anna en particulier. D'où une certaine sensation de répétition, d'histoire qui tourne en rond et d'enquête qui fait du surplace. En outre, Lars Pettersson ne décrit pas les us et coutumes des Sames par des grands paragraphes. On peut donc ressentir une lassitude certaine et un ennui à la lecture, mais ce ne fut pas mon cas. En fait, Lars Pettersson est très habile et tisse son roman avec des fils visibles et invisibles. Il parle beaucoup des spécificités de la langue same et des paroles prononcées ou pas : "C'était ma mère qui m'avait appris cela. Ce que l'on taisait avait plus de poids que ce dont on parlait tout le temps. Il fallait apprendre à déchiffrer ce qui n'était pas dit. L'art de la conversation consistait à comprendre ce qui se cachait derrière les paroles que l'on prononçait réellement. Une vie en sous-texte." (p.71) Il construit son ouvrage de la même manière, le non-dit étant important. Il faut lire entre les lignes, rassembler les bribes d'informations semées de-ci de-là pour comprendre. Plus on avance dans l'histoire plus on intègre le truc et plus on comprend le mode de vie des Sames.

C'est très difficile pour Anna de revenir, elle est mal acceptée, sa mère ayant quitté la communauté depuis longtemps, tout ramène les habitants à elle et non pas à Anna qui reçoit et subit les reproches et les jalousies. Les Sames sont soudés, ils se connaissent tous. Les vieilles familles vivent de l'élevage des rennes sur des terres qu'ils sont les seuls à pouvoir exploiter. Mais si certains continuent l'élevage traditionnel avec peu de têtes, d'autres ont considérablement augmenté leurs cheptels et lorgnent sur les terres de ces familles, n'hésitant pas à s'accaparer des bêtes et tout faire pour couler l'adversaire. La société same qui semble si calme est en fait totalement bousculée par les notions de rendement, de richesse et par l'appât du gain. Les conflits d'intérêt sont légion mais comme les Sames se méfient des lois norvégiennes, ils préfèrent régler ça entre eux. C'est ce monde là que va découvrir -et nous faire découvrir- Anna. Elle va petit à petit trouver des indices qui la mèneront à soupçonner pas mal de monde. Elle va apprendre à connaître sa famille, tout un pan de son histoire personnelle.

C'est aussi un roman sur la condition féminine dans des sociétés où elles ne sont pas reconnues, même si de fait, ce sont elles qui les font tourner. Ajoutons à cela une nature somptueuse, blanche, silencieuse, les aurores boréales, ... et vous aurez toutes les bonnes raisons de jeter un œil attentif à La loi des Sames, un polar assez loin des clichés du genre.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

dasola 16/02/2017 23:10

Bonsoir Yv, j'ai repéré ce roman depuis un moment. Je pense qu'il est meilleur que les deux derniers Olivier Truc qui m'ont déçue (surtout le troisième). Bonne soirée.

Yv 17/02/2017 09:11

Bonjour Dasola, il est surtout très différent ; je n'ai pas lu le dernier Olivier Truc, mais j'avais bien aimé les deux premiers.
A bientôt

Emma 31/01/2017 17:25

Je sors tout juste du "Dernier Lapon" mais pourquoi pas ? Il me tente bien et la lenteur ne me fais pas peur ;)

Yv 01/02/2017 08:01

différent et très bien aussi

Alex-Mot-à-Mots 31/01/2017 09:59

Tu donnes envie de découvrir ce livre, et cette civilisation.

Yv 31/01/2017 10:32

tant mieux, c'est un roman à lire en plus de ceux d'Olivier Truc, il apporte autre chose, on est plus dans l'intérieur de la communauté same

cathe 30/01/2017 12:23

Je l'ai lu aussi et l'ai aussi trouvé très intéressant malgré quand même certaines longueurs... (que tu justifies...)

Yv 30/01/2017 13:35

C'est vrai qu'il y a des longueurs, mais je trouve que, pour une fois, elles servent le livre

Hélène 30/01/2017 10:26

Malgré tes réticences, je reste tentée, il est noté depuis x time dans ma LAL !

Yv 30/01/2017 13:33

Il existe en poche, achat raisonnable donc

keisha 30/01/2017 09:03

Si je le vois à la bibli, quoi.

Yv 30/01/2017 13:33

et oui, pourquoi pas dans ces conditions ?

manou 30/01/2017 07:39

Je le lirais vu que je ne suis pas du tout objective et que j'adore tout ce qui se passe dans le "Grand Nord". L'ambiance me plaît !

Yv 30/01/2017 08:45

l'ambiance est glaciale, mais les paysages beaux

Aifelle 30/01/2017 06:41

Je suis tentée ; quelques bribes d'ennui ne me font pas peur si l'ensemble tient la route.

Yv 30/01/2017 07:23

J'ai trouvé que l'ensemble était bien, très lent, très calme, comme si le bruit habituel des polars était atténué par la couche de neige et les températures glaciales