Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

Dans l'ombre du jaguar

Dans l'ombre du jaguar, Thierry Vieille, Eric Hossan, Ed. Odin, 2016 (première édition : Les nouveaux auteurs, 2012)...,

Katherine Krall est entomologiste au sein d'une fondation monégasque, la Green Rock Planet. Elle dirige une mission en Amazonie lorsque son ami Jim Henderson qui travaille avec elle lui signale qu'un chaman, Yaméo veut lui parler. Le vieil homme lui raconte que son peuple est enlevé et séquestré dans un dôme d'argent en pleine jungle. Curieux, Katherine et Jim suivent Yaméo et découvrent un laboratoire secret qui fait des tests sur les Waimiri, le peuple de Yaméo. Les scientifiques recherchent le savoir ancestral guérisseur des chamans pour l'exploiter à grande échelle et en tirer un maximum  de profit. Katherine et Jim vont tout faire pour empêcher cela.

 

Un polar qui met en avant la protection de la nature et des sociétés ne pouvait que m'intéresser. Mais bien sûr, taquin comme je suis, j'ai repéré quelques incohérences. Si Katherine Krall et Jim Henderson veulent protéger les cultures des peuples et la nature dans laquelle ils vivent, ils n'hésitent pas pour ce faire à user des moyens les plus coûteux et surtout les plus polluants : jets privés, avions de ligne, hélicoptères, 4x4, ... Ils sillonnent la planète de long en large et en travers, de l'Amazonie à Monaco, en passant par l'Irlande et New York, ... le bilan carbone de leur aventure est catastrophique et s'il ne tue pas directement les Waimiri, il n'aide pas à leur bien vivre.

Mais fini de chipoter et parlons du roman lui-même. S'il n'évite pas des longueurs, des détails inutiles, des répétitions, comme si les auteurs voulaient nous décrire par le menu tous les faits et gestes de leurs personnages, il est bourré d'informations sur les diverses contrées visitées, parfois au risque d'être bavard et de perdre le lecteur qui ne retiendra pas tout (évidemment, je parle pour moi, un lecteur plus averti et avec meilleure mémoire retiendra peut-être l'avalanche d'informations). On peut avoir l'impression par moment que les romanciers veulent absolument recaser soit leur savoir personnel soit la somme de leur documentation -eh bien oui, tant de travail, ça mérite d'être su. Non pas que ce soit inintéressant, mais comme je l'écrivais plus haut, c'est un peu "too much". Passées ces réserves, c'est un roman d'aventures mouvementé, tonique, actuel, qui reprend à son compte les codes du genre. Les personnages sont sympathiques, assez complexes pour avoir eu d'autres vies avant de se mettre à défendre la planète (notamment Jim, ancien mercenaire, militaire, ...). Dans leur lutte, ils se révèleront, se lieront d'amitié avec le fils de Yaméo, le chaman, Jivajos, lui-même chaman qui pourrait bien devenir un personnage récurrent (mais je n'en dis pas plus... suspense). Le jaguar est aussi très présent, animal totem de Yaméo et Jivajos, celui qui se montre dans leurs rêves et dans ceux de Katherine lorsqu'il veut les alerter sur un danger, ce polar laisse donc une belle part aux croyances chamaniques à une dose de ce qu'on pourrait appeler d'irréalité, bien vue, elle donne plus de force encore en ancrant davantage le roman dans la jungle amazonienne et la vie des peuples autochtones.

On croise même le Prince de Monaco dans un second rôle déterminant ; c'est gonflé de placer dans une fiction d'aventures un personnage réel et vivant ; certes, il est du bon côté et éminemment sympathique, tout bon pour son image. De fait, il l'est peut-être en vrai, je ne peux pas dire le contraire, il n'a pas l'honneur de me connaître (ou l'inverse peut-être ?), mais s'il veut venir à la maison, ma porte lui est ouverte (ou l'inverse peut-être là-aussi ? Bien sûr, volontiers, merci Albert -vous permettez que je vous appelle Albert, je ne suis pas très à l'aise avec les titres et tous les tralalas princiers ?- ; euh, vous prenez en charge les billets d'avion ? Et si c'est pas trop demander, un petit coup de pouce pour mon blog à Monaco, c'est possible ?).

Toujours est-il que l'ensemble se lit bien et vite parce qu'on est accroché du début à la fin. Rebondissements, morts, tortures -quelques lignes un peu dures, mais rien de rédhibitoire. Un polar qui a reçu le Prix Géo 2012 du voyage extraordinaire et qui est réédité chez Odin dans une version enrichie. Une suite est écrite et sortie depuis novembre 2016, mais ça, je vous en parlerai l'an prochain...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article