Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Yv

Le blog de Yv

Des livres, des livres... encore des livres, toujours des livres. Parfois un peu de musique.

La trève

La trève

La trêve, Saïdeh Pakravan, Belfond, 2016 (traduit par Agnès Michaux avec la collaboration de l'auteure)....

9 juillet, minuit, Simon Urqhart, flic, se réveille en plein cauchemar. Une heure du matin, Laurie décide de quitter son ami, violent, qui la laisse partir sans rien dire. Deux heures, Malcolm Wright se fait braquer à un distributeur de billets, puis le braqueur se sauve avec 20 dollars, sans rien tenter de plus. Un étrange phénomène semble s'emparer des États-Unis entiers : une trêve dans les meurtres, les agressions, les morts, les naissances, ... Une pause dans la vie de tous. Nul ne sait combien de temps elle va durer, mais chacun compte bien en profiter.

Imaginez un moment de quiétude, un instant suspendu : plus de mauvaises nouvelles, "tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes". Les chaines de télévisions et de radio d'informations ne changent rien, elles n'ont rien à dire mais le disent quand même, en boucle, une action lénifiante sur la population qui sort en masse aux cris de "Vive la trêve".

A travers une multitude de personnages, Saïdeh Pakravan dessine la société étasunienne : les pauvres, les riches, les noirs, les blancs, les latinos, les voyous, les gens honnêtes, les mecs violents, les mecs bien, les femmes indépendantes, les plus soumises qui justement profitent du moment pour accéder à une certaine indépendance, ... Les envies de meurtres et les potentiels passages à l'acte disparaissent peut-être même définitivement sous un flot d'émotion ou grâce à une reprise de conscience, à une rencontre. Le reproche qui pourra être fait à l'auteure c'est que ses histoires ne se rencontrent pas, qu'elles peuvent paraître déconnectées les unes des autres, qu'on aurait aimé plus de liens entre elles, des rencontres ou des croisements. Et puis, finalement, au fil de la lecture, je me dis que c'est très bien comme cela, que tous ces gens vivent ensemble et séparément ce grand événement qui les bouscule. On s'attache à presque tous les personnages -les gentils- et à toutes les situations qui évoluent au fil des heures, certaines, on ne les rencontre qu'une seule fois, d'autres reviennent, comme Simon, le flic ou Jennifer qui vient de quitter Sam son ami violent. Dans certains cas, on espère que le calme permettra de pérenniser ce qui naît pendant cette journée. Dans d'autres, on se dit que c'est juste un temps de repos avant le déchaînement sans doute inévitable de la violence, probablement même exacerbée par ces quelques heures de liesse populaire.

Un bien beau roman qui fait entrevoir un autre monde possible, sans violence ; la haine, la jalousie et les rancœurs sont toujours présentes mais chacun fait avec sans céder à la barbarie, aux excès. Ne fuyez pas, il ne s'agit pas d'un livre gnangnan bourré de bons sentiments à deux sous, mais d'une réflexion sur notre société contemporaine, ultra connectée pour le pire souvent -mais aussi pour le meilleur, la preuve, vous pouvez me lire même loin de chez moi- qui entend et voit donc de la violence 24h/24, même les politiciens en rajoutent pour nous faire peur et voter pour eux et leurs programmes sécuritaires, qui, si ma mémoire est bonne n'ont jamais fait baisser les agressions, au contraire. Saïdeh Pakravan pointe les travers des différentes dérives : sectes, addictions, violences conjugales, ... J'aime bien aussi le point de vue de Simon, le flic, sur cette pratique actuelle, qui veut maintenant qu'à chaque événement malheureux -ou heureux, voyez ces cadenas sur les ponts parisiens-, il faille mettre une bougie sur sa fenêtre, porter un bouquet de fleurs sur le lieu d'une agression ou d'un accident, etc, etc... "Les gens ont la manie de tout transformer en sanctuaire. Pareil quand une personnalité disparaît." (p.333) Comme s'il fallait manifester ostensiblement -comme des moutons, dixit Simon (et moi itou-) ses émotions ou ses états d'âme. On ne peut plus rien cacher, tout doit être montré à tous.

Malgré ses 430 pages, ce roman se lit tout seul, vite, sa construction en courts chapitres alternant les personnages n'est sans doute pas étrangère à cette sensation de lecture aisée. Belfond qui n'était pas mon éditeur favori, remonte dans mon estime après plusieurs textes franchement bons voire excellents.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 04/10/2016 14:01

L'éditeur était descendu si bas dans ton estime ?

Yv 04/10/2016 15:03

disons que ce que j'avais lu ne ma plaisait pas vraiment avant cette collection, je l'évitais donc un peu

zazy 01/10/2016 21:37

J'ai hésité, mais....

Yv 01/10/2016 22:01

tu n'aurais pas dû

Aifelle 01/10/2016 13:35

Je ne l'avais pas particulièrement remarqué, il faut dire qu'en ce moment ça se bouscule ! Je retiens le titre (moi aussi j'ai remarqué un changement dans les parutions de Belfond)

Yv 01/10/2016 14:10

Oui cette collection est très bien, les grands formats me plaisent beaucoup moins

Jostein 01/10/2016 08:58

Il m'attend! Je l'avais retenu car j'avais bien son précédent roman. A te lire, je crois que celui-ci va me plaire aussi

Yv 01/10/2016 11:11

Une très belle surprise pour moi